Le Scorpion (constellation)

Constellation du zodiaque traversée par le Soleil du 23 octobre au 29 novembre.

Abréviation/Symbole : Sco
Appelé aussi : (constellation du) Scorpion – Scorpius (latin nominatif) – Scorpii (latin génitif) – Scorpion de feu
Anglais : Scorpius
Chinois : 天蝎座 (tānxiēzuò)
Russe : Скорпион (созвездие) (skorpion, sozvezdiye – constellation)

Scorpius constellation map-fr.png - Wikimedia Commons

Il appartient à l’hémisphère sud céleste, et une grande partie de la constellation est sous l’écliptique.

Constellations voisines : Balance, couronne boréale, sagittaire
Étoiles brillantes :
13
Forme :
 Thorax d’un scorpion très brillant
Hémisphère :
 Sud
Observation : Il se situe entre la Balance à l’ouest et Ophiuchus à l’est, entre 40° Nord et 90° Sud
Position :
 Au sud de l’équateur, avec projection de la Voie Lactée (VL 20)
Type : Zodiacale (Z 9)

ScorpiusCC.jpg - Wikimedia Commons

Origine : À l’origine, la constellation comprenait également la Balance (qui figurait alors les pinces du scorpion) . Le Scorpion est l’objet de plusieurs légendes selon la mythologie grecque : il s’agirait du Scorpion de feu envoyé par Artémis pour tuer le chasseur Orion . Ainsi il se trouve opposé à la constellation Orion, se levant en été lorsqu’Orion se couche . D’autres versions suggèrent qu’Apollon envoya le Scorpion de feu par jalousie envers l’attention qu’Orion portait à Artémis . Il apparait aussi durant la quête de Persée . Scorpion était l’une des 48 constellations identifiées par Ptolémée.

Le Scorpion désigne également un signe du zodiaque correspondant au secteur de 30° de l’écliptique traversé par le Soleil du 23 octobre au 22 novembre . C’est dans ce sens qu’il sert au repérage des déplacement planétaires, encore utilisé en astrologie.

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation


Cf. les fiches-clées :

Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Constellation – (Rubrique), ancienne – (Inventaire), moderne – (Inventaire), zodiacale (Z) – (Inventaire) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère sud – (Inventaire) – Petite constellation – (Inventaire)
Écliptique
Équateur – (Inventaire), céleste, galactique, terrestre – (Rubrique) – Sud de l’équateur – (Rubrique/Inventaire)
Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), brillante – (Rubrique) – (Inventaire), visible (à l’œil nu) – (Inventaire) – Le Soleil, notre étoile – (Rubrique)
Galaxie(Rubrique)(Inventaire) – Centre galactique – (Inventaire) – Notre galaxie, La Voie lactée – (Rubrique) – Le centre (galactique) de la Voie Lactée – (Rubrique)
Hémisphère (terrestre) sud – (Rubrique)

La Balance (constellation) – (Rubrique)
Le Scorpion (rubrique) – Les pinces du Scorpion – (Rubrique)
Ophiuchus (constellation) – (Rubrique) – Orion (constellation) – (Rubrique) – Persée (constellation) – (Rubrique)

Zodiaque – (Rubrique) – Signe du zodiaque – (Inventaire)

(Chercheurs) Claude Ptolémée – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Scorpion (constellation) – Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles du Scorpion – Wikipedia

Sources :

ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionWikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

Le Sculpteur (constellation)

Constellation de l’hémisphère sud, peu lumineuse.

Abréviation/Symbole : Scl
Appelé aussi : (constellation du) Sculpteur – Sculptor (latin nominatif) – Sculptoris (latin génitif) – L’Atelier du sculpteur – Dédale – Icare
Anglais : Sculptor (constellation)
Chinois : 玉夫座 (yùfū zuò)
Russe : Скульптор (созвездие) (skul’ptor, sozvezdiye – constellation)

Carte pour la constellation Sculpteur Produite à l'aide du logiciel PP3 - Orthogaffe / Korrigan - Wikimedia Commons

Constellations voisines : Baleine, fourneau, grue, phénix, poisson austral (PsA), verseau
Étoiles : α Scl, β Scl, γ Scl (gamma), δ Scl (delta), R Sculptoris (géante rouge)
Étoiles brillantes :
 0
Forme apparente :
 Lettre y
Hémisphère :
 Sud
Objets : NGC 253, NGC 55
Observation : Entre 50° Nord et 90° Sud
Position :
 Au sud de l’équateur, au sud de l’écliptique, avec projection du pôle sud galactique (PS gal.), de la Voie lactée

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine : Introduite par Nicolas-Louis de Lacaille en 1752 en même temps que 13 autres pour nommer un pan du ciel austral sans dénomination, elle était originellement nommée L’Atelier du sculpteur avant que son nom soit raccourci . Chez les Grecs, on l’identifie parfois à Dédale ou à Icare.


Cf. les fiches-clées :

Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Constellation – (Rubrique), ancienne – (Inventaire), équatoriale – (Inventaire), faible (peu lumineuse) – (Inventaire), moderne – (Inventaire) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère sud – (Inventaire) – Petite constellation – (Inventaire)
Écliptique – Sud de l’écliptique – (Rubrique/Inventaire)
Équateur – (Inventaire), céleste, galactique, terrestre – (Rubrique) – Sud de l’équateur – (Rubrique/Inventaire)
Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), brillante – (Rubrique) – (Inventaire), visible (à l’œil nu) – (Inventaire) – R Sculptoris (géante rouge) 
Galaxie(Rubrique)(Inventaire) – Centre galactique – (Inventaire) – Notre galaxie, La Voie lactée – (Rubrique) – Le centre (galactique) de la Voie Lactée – (Rubrique)
Hémisphère (terrestre) sud – (Rubrique)

La Baleine (constellation) – (Rubrique) – La Grue (constellation) – (Rubrique)
Le Fourneau (constellation) – (Rubrique) – Le Phénix (constellation) – (Rubrique) – Le Poisson austral (constellation) – (Rubrique) – Le Sculpteur (rubrique) – Le Verseau (constellation) – (Rubrique)

Pôle – (Inventaire), galactique, nord (terrestre) – (Rubrique), nord galactique (voie lactée), sud (terrestre) – (Rubrique), sud galactique (PS gal., voie lactée) – (Rubrique), sud céleste – (Rubrique/Inventaire)

(Chercheurs) Nicolas-Louis de Lacaille (astronome – 1752) – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Sculpteur (constellation) – Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles du Sculpteur – Wikipedia

Sources :

ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionRémi Kaupp / Korrigan (wikimedia commons) – Orthogaffe (wikimedia commons) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

Les Voiles

Une des 88 constellations du ciel, visible essentiellement de l’hémisphère sud.

Abréviation/Symbole : Vel
Appelé aussi : (constellation des) Voiles – Vela (latin nominatif) – Velorum (latin génitif) – Navire argo (inexact)
Anglais : Vela (constellation)
Chinois : 船帆座 (chuán fān zuò)
Russe : Паруса (созвездие) (parusa, sozvezdiye – constellation)

Carte pour la constellation des fr:Voiles Produite à l'aide du logiciel PP3 - Orthogaffe / Korrigan - Wikimedia Commons

Les Voiles sont la deuxième constellation résultante par la taille.

Constellations voisines : Boussole, carène, centaure (cen), machine pneumatique, poupe
Étoiles : δ Vel (delta), IRAS 08544-4431 (étoile double), κ Vel (kappa), λ Vel (lambda), μ (mu), φ (phi), ψ (psi), ϒ Vel (upsilon)
Étoiles brillantes :
 5
Forme :
 Une / des voiles de bateau
Hémisphère :
 Sud
Observation : entre 30° Nord et 90° Sud
Position :
 Au sud de l’équateur, au sud de l’écliptique, avec projection de la Voie Lactée (VL 15)

Origine : Le Navire Argo représentaient, dans la mythologie grecque, le navire avec lequel Jason partit à la recherche de la Toison d’or . Ptolémée l’avait répertoriée dans son Almageste . À cause de sa taille (1 884 degrés carrés) et de son étendue (70° d’est en ouest), Nicolas-Louis de Lacaille la divisa en trois constellations en 1752 afin de pouvoir la manier plus aisément . La constellation des Voiles est l’une des parties résultantes.

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation


Cf. les fiches-clées :

Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Constellation – (Rubrique), ancienne – (Inventaire), moderne – (Inventaire), vaste – (Inventaire) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère sud – (Inventaire) – Petite constellation – (Inventaire)
Écliptique – Sud de l’écliptique – (Rubrique/Inventaire)
Équateur – (Inventaire), céleste, terrestre – (Rubrique) – Sud de l’équateur – (Rubrique/Inventaire)
Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), brillante – (Rubrique) – (Inventaire), visible (à l’œil nu) – (Inventaire) – IRAS 08544-4431 (étoile double) – (Rubrique)
Hémisphère (terrestre) sud – (Rubrique)

(Chercheurs) Nicolas-Louis de Lacaille (astronome – 1752) – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Voiles – Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles des Voiles – Wikipedia

Sources :

ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionRémi Kaupp / Korrigan (wikimedia commons) – Orthogaffe (wikimedia commons) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

Le Sextant (constellation)

Constellation très peu lumineuse, située sur l’équateur céleste, d’où elle peut être vue quasiment de n’importe quelle latitude, sauf aux pôles.

Abréviation/Symbole : Sex
Appelé aussi : (constellation du) Sextant – Sextans (latin nominatif) – SEXTANS – Sextantis (latin génitif) – Suaire du Christ (rheita)
Anglais : Sextans
Chinois : 六分仪座 (liù fēn yí zuò)
Russe : Секстант (созвездие) (sekstant, sozvezdiye – constellation)

Carte pour la constellation Sextant Produite à l'aide du logiciel PP3 - Orthogaffe / Korrigan - Wikimedia Commons

Étoiles : α Sex, β Sex, γ Sex
Hémisphère :
 …
Observation : …
Position :
 Équatorial (Eq 9), au sud de l’écliptique

SextansCC.jpg - Wikipedia

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine : Introduite par Johannes Hevelius en 1690, elle tire son nom d’un appareil de mesure permettant de mesurer la hauteur d’un astre au-dessus de l’horizon, instrument qu’Hevelius utilisait précisément pour ses relevés . Avant Hevelius, le moine Antoine de Rheita créa en 1643 à cet emplacement du ciel le Suaire du Christ, une constellation qui tomba rapidement en désuétude avant d’être remplacée par le Sextant.


Cf. les fiches-clées :

Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Constellation – (Rubrique), ancienne – (Inventaire), équatoriale – (Inventaire), faible (peu lumineuse) – (Inventaire), moderne – (Inventaire) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère nord – (Inventaire), de l’hémisphère sud – (Inventaire) – Petite constellation – (Inventaire)
Écliptique – Sud de l’écliptique – (Rubrique/Inventaire)
Équateur – (Inventaire), céleste, galactique, terrestre – (Rubrique)
Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), brillante – (Rubrique) – (Inventaire), visible (à l’œil nu) – (Inventaire)
Hémisphère (terrestre) nord – (Rubrique), Hémisphère (terrestre) sud – (Rubrique)

Pôle – (Inventaire), galactique, nord (terrestre) – (Rubrique), nord galactique (voie lactée), sud (terrestre) – (Rubrique), sud galactique (voie lactée) – (Rubrique), sud céleste – (Rubrique/Inventaire)

(Chercheurs) Johannes Hevelius (astronome polonais – 1690) – (Rubrique) – Antoine (anton / antonius, maria schyriaeus) de Rheita (moine, astronome et opticien) – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Sextant (constellation) – Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles du Sextant – Wikipedia

Sources :

ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionRémi Kaupp / Korrigan (wikimedia commons) – Orthogaffe (wikimedia commons) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

Le Triangle austral (constellation)

Petite constellation de l’hémisphère sud dont les trois étoiles les plus lumineuses (de deuxième et troisième magnitude apparente) forment approximativement un triangle d’apparence équilatéral.

Abréviation/Symbole : TrA
Appelé aussi : (constellation du) Triangle austral – Triangulum Australe (latin nominatif) – TRIANGULUM AUSTRAL – Trianguli Australis (latin génitif)
Anglais : Triangulum Autrale
Chinois : 南三角座 (nán sānjiǎo zuò)
Russe : Южный Треугольник (yuzhnyy treugol’nik)

Carte pour la constellation Triangle asutral Produite à l'aide du logiciel PP3 - Orthogaffe / Korrigan - Wikimedia Commons

Étoiles : α tra, β tra, γ tra (gamma), δ tra (delta), ε tra
Hémisphère :
 Sud
Observation : …
Position :
 Au sud de l’équateur, au sud de l’écliptique

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine : Le Triangle austral fut introduit pour la première fois par le navigateur italien Amerigo Vespucci en 1503 . Réinventée par les navigateurs néerlandais Pieter Dirkszoon Keyser et Frederick de Houtman à la fin du xvie siècle et introduite par Johann Bayer dans son Uranometria en 1603.


Cf. les fiches-clées :

Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Austral (adjectif) 
Constellation – (Rubrique), ancienne – (Inventaire), moderne – (Inventaire) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère sud – (Inventaire) – Petite constellation – (Inventaire)
Écliptique
Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), brillante – (Rubrique) – (Inventaire), de deuxième magnitude (2e) – (Rubrique) – (Inventaire), de troisième magnitude – (Rubrique) – (Inventaire), visible (à l’œil nu) – (Inventaire)
Hémisphère (terrestre) sud – (Rubrique)
Uranometria (premier atlas céleste, cartographie du ciel austral – 1603 – johann bayer)

(Chercheurs) Johann Bayer (astronome) – (Rubrique) – Frederick (frederik) de Houtman (navigateur et cartographe céleste néerlandais, xvie s.) – (Rubrique) – jPieter Dirkszoon Keyser (petrus theodori, navigateur et cartographe céleste néerlandais, xvie s.) – (Rubrique) – Amerigo Vespucci (navigateur – 1503)(Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Triangle austral – Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles du Triangle austral – Wikipedia

Sources :

ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionRémi Kaupp / Korrigan (wikimedia commons) – Orthogaffe (wikimedia commons) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

Le Toucan (constellation)

Constellation de l’hémisphère sud, légèrement plus lumineuse que les autres constellations de cette partie du ciel austral.

The "southern birds" as seen in Johann Bayer's Uranometria. Tucana (as "Toucan") is in the middle. - Johann Bayer - Wikimedia Commons

Abréviation/Symbole : Tuc
Appelé aussi : (constellation du) Toucan – Tucana (latin nominatif) – TUCANA – Tucanae (latin génitif)
Anglais : Tucana
Chinois : 杜鵑座 (dùjuān zuò)
Russe : Тукан (созвездие) (tukan, sozvezdie – constellation)

Carte pour la constellation Toucan Produite à l'aide du logiciel PP3 - Orthogaffe / Korrigan - Wikimedia Commons

Hémisphère : Sud
Observation : …
Position :
 Au sud de l’équateur, au sud de l’écliptique

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine : Inventée par les navigateurs néerlandais Pieter Dirkszoon Keyser et Frederick de Houtman à la fin du xvie siècle, elle fut popularisée par Johann Bayer lors de la publication de son Uranometria en 1603.


Cf. les fiches-clées :

Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Ciel austral
Constellation – (Rubrique), ancienne – (Inventaire), moderne – (Inventaire) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère nord – (Inventaire), de l’hémisphère sud – (Inventaire) – Petite constellation – (Inventaire)
Écliptique – Sud de l’écliptique – (Rubrique/Inventaire)
Équateur – (Inventaire), céleste, terrestre – (Rubrique) – Sud de l’équateur – (Rubrique/Inventaire)
Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), brillante – (Rubrique) – (Inventaire), visible (à l’œil nu) – (Inventaire)
Hémisphère (terrestre) sud – (Rubrique)
Uranometria (premier atlas céleste, cartographie du ciel austral – 1603 – johann bayer)

(Chercheurs)
Johann Bayer (astronome – 1603) – (Rubrique) – Frederick (frederik) de Houtman (navigateur et cartographe céleste néerlandais, xvie s.) – (Rubrique) – Pieter Dirkszoon Keyser (petrus theodori, navigateur et cartographe céleste néerlandais, xvie s.) – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Toucan (constellation) – Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles du Toucan – Wikipedia

Sources :

Johann Bayer – ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionRémi Kaupp / Korrigan (wikimedia commons) – Orthogaffe (wikimedia commons) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

Le Télescope (constellation)

Constellation de l’hémisphère sud.

Abréviation/Symbole : Tel
Appelé aussi : (constellation du) Télescope – Telescopium (latin nominatif) – TELESCOPIUM – Telescopii (latin génitif)
Anglais : Telescopium
Chinois : 望远镜座 (wàngyuǎnjìng zuò)
Russe : Телескоп (созвездие) (teleskop, sozvezdiye – constellation)

Carte pour la constellation Télescope Produite à l'aide du logiciel PP3 - Grum / Orthogaffe / Korrigan - Wikimedia Commons

Hémisphère : Sud
Observation : …
Position :
 Au sud de l’équateur, au sud de l’écliptique

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine : Cette constellation fut introduite par Nicolas-Louis de Lacaille en 1752 pour désigner un pan de ciel sans dénomination . Comme plusieurs autres constellations créées par Lacaille, elle porte le nom d’un appareil scientifique.


Cf. les fiches-clées :

Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Constellation – (Rubrique), ancienne – (Inventaire), équatoriale – (Inventaire), moderne – (Inventaire) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère sud – (Inventaire) – Petite constellation – (Inventaire)
Écliptique – Sud de l’écliptique – (Rubrique/Inventaire)
Équateur – (Inventaire), céleste, terrestre – (Rubrique) – Sud de l’équateur – (Rubrique/Inventaire)
Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), brillante – (Rubrique) – (Inventaire), visible (à l’œil nu) – (Inventaire)
Hémisphère (terrestre) sud – (Rubrique)

(Chercheurs) Nicolas-Louis de Lacaille (astronome – 1752) – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Télescope (constellation) – Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles du Télescope – Wikipedia

Sources :

ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionRémi Kaupp / Korrigan (wikimedia commons) – Orthogaffe (wikimedia commons) – Poulpy / Grum (wikimedia commons) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

La Table (constellation)

Constellation de l’hémisphère sud, peu lumineuse.

Abréviation/Symbole : Men
Appelé aussi : (constellation de la) Table – Mensa (latin nominatif) – MENSA – Mensae (latin génitif) – Mensa Mons (la montagne-table)
Anglais : Mensa (constellation)
Chinois : 山案座 (shān àn zuò)
Russe : Столовая Гора (созвездие) (stolovaya gora, sozvezdiye – constellation)

Carte pour la constellation Table Produite à l'aide du logiciel PP3 - Grum / Orthogaffe / Korrigan - Wikimedia Commons

Elle découpe un pan de ciel quasiment vide d’étoiles et d’objets célestes.

Hémisphère : Sud
Observation : Elle est de plus impossible à observer au nord de l’équateur.
Position :
 Au sud de l’équateur, au sud de l’écliptique

Constellation Mensa.jpg - Wikimedia Commons

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine : Elle fut introduite par Nicolas-Louis de Lacaille en 1752 afin de combler un pan du ciel austral sans dénomination . Originellement nommée Mensa Mons (la montagne-table), son nom vient de la montagne dominant Le Cap, en Afrique du Sud, où Nicolas-Louis de Lacaille réalisait ses relevés.


Cf. les fiches-clées :

Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Ciel austral
Constellation – (Rubrique), lumineuse – (Inventaire), moderne – (Inventaire) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère sud – (Inventaire) – Petite constellation – (Inventaire)
Écliptique
Équateur – (Inventaire), céleste, terrestre – (Rubrique)
Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), brillante – (Rubrique), visible (à l’œil nu) – (Inventaire)
Hémisphère (terrestre) sud – (Rubrique)
Objet (spatial) – (Inventaire)

(Chercheurs) Nicolas-Louis de Lacaille (astronome – 1752) – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Table (constellation) – Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles de la Table – Wikipedia

Sources :

ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionRémi Kaupp / Korrigan (wikimedia commons) – Orthogaffe (wikimedia commons) – Poulpy / Grum (wikimedia commons) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

Le Sagittaire (constellation)

Constellation la plus australe du zodiaque traversée par le Soleil du 18 décembre au 18 janvier.

Xem bói tình yêu cung Bọ Cạp năm 2016 đầy đủ nhất - KÊNH GiaiTri

Abréviation/Symbole : Sgr – Sag – SGR – ♐ (Unicode U+2650) est le symbole pour la constellation du zodiaque le Sagittaire. - Wikipédia
Appelé aussi : (constellation du) Sagittaire – Sagittarius (latin nominatif) – Sagittarii (latin génitif) – L’Archer – Pholos (centaure, mythologie grecque) – ARCIFERE – Crotos – Chiron – L’arcifère (le porteur d’arc)
Anglais : Sagittarius (constellation)
Chinois : 人马座 (rénmǎzuò)
Russe : Стрелец (созвездие) (strelets, sozvezdiye – constellation) 

Il s’agit d’une constellation de grande taille, comprenant de nombreuses étoiles brillantes, un grand nombre d’amas stellaires et de nébuleuses diffuses.

Type : Zodiacale (Z 11)

(constellation entière) - Sagittaire (Sagittarius) - Le Ciel et Les Constellations - La Fenêtre de l'Univers

Hémisphère : Nord et Sud
Observation :
 Entre 55° Nord et 90° Sud – La constellation se situe entre Ophiuchus à l’ouest et le Capricorne à l’est.
Position :
 Au sud de l’équateur, avec projection de la Voie Lactée (VL 1) 

Sagittarius constellation map-fr.png - Wikipedia Commons

Amas globulaire : M22 (facies ?) (le troisième plus lumineux du ciel), M8 (spiculum)
Étoiles :
 Albaldah, alnasi (γ), arkab posterior (β2), arkab prior (β1), ascella (ζ), kaus australis (ε), kaus boréalis (λ), kaus media (δ) / medius / méridionalis, manubrium, nash, nunki (σ), polis (μ), rukbat (α), terebellum (ω)
Étoiles brillantes :
 7 (14 de magnitude inférieure à 4)
Nébuleuses : Lagune, omega, trifide
Objets (catalogue messier) : 15 (plus que dans n’importe quelle autre constellation) 

SagittariusCC.jpg - Wikimedia Commons

Origine : Le Sagittaire était l’une des 48 constellations identifiées par Ptolémée . Ce terme signifie l’Archer . Dans la mythologie grecque, le Sagittaire représenterait le centaure Pholos, bien que certaines sources l’associent plutôt à Crotos ou même à Chiron (lui-même associé à la constellation du centaure) ; il serait en train de viser le Scorpion avec son arc.

Le Sagittaire désigne également un signe du zodiaque correspondant au secteur de 30° de l’écliptique traversé par le Soleil du 23 novembre au 21 décembre . C’est dans ce sens qu’il sert au repérage des déplacements planétaires, encore utilisé en astrologie.

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation


Cf. les fiches-clées :

Amas – (Inventaire), globulaire (GC) – (Inventaire) – M22 – (Rubrique)
Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)

Constellation – (Rubrique), ancienne – (Inventaire), équatoriale – (Inventaire), lumineuse – (Inventaire), moderne – (Inventaire), vaste – (Inventaire), *zodiacale (Z) – (Inventaire) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère nord – (Inventaire), de l’hémisphère sud – (Inventaire) – Petite constellation – (Inventaire)

Déplacement planétaire
Équateur – (Inventaire), céleste, galactique, terrestre – (Rubrique) – Sud de l’équateur – (Rubrique/Inventaire)

Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), brillante – (Rubrique) – (Inventaire), visible (à l’œil nu) – (Inventaire) – Ascella (dzéta Sgr) – (Rubrique) – Kaus Australis (epsilon Sgr) – (Rubrique) – Kaus Borealis (lambda Sgr) – (Rubrique) – Kaus Media / Medius / Méridionalis (delta Sgr) – (Rubrique) – Nunki (sigma Sgr) – (Rubrique) – Le Soleil, notre étoile – (Rubrique)

Galaxie(Rubrique)(Inventaire) – Centre galactique – (Inventaire) – Notre galaxie, La Voie lactée – (Rubrique) – Le centre (galactique) de la Voie Lactée – (Rubrique)
Hémisphère (terrestre) nord – (Rubrique), Hémisphère (terrestre) sud – (Rubrique)

Le Capricorne (constellation)
 – (Rubrique) – Le Centaure (constellation) – (Rubrique) – Le Scorpion (constellation) – (Rubrique) – Ophiuchus (constellation) – (Rubrique)

Nébuleuse – (Inventaire) – (de la) Lagune – Omega – (Rubrique) – Trifide – (Rubrique)
Zodiaque – (Rubrique) – Signe du zodiaque – (Inventaire)

Chercheurs/Spécialistes :

Claude Ptolémée (astronome, astrologue et géographe) – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Sagittaire (constellation) – Page Wikipedia

(Dossiers) Le Sagittaire, par Bernadette Jardez (CARL)
(Contenu) Liste d’étoiles du Sagittaire – Wikipedia

Sources :

Au Clair Stellaire – Bernadette Jardez (carl) – ВикипедияCARL – Google FranceGoogle images – Google TraductionKÊNH GiaiTri – Rémi Kaupp / Korrigan (wikimedia commons) – La Fenêtre de l’Univers – Orthogaffe (wikimedia commons) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia – WordPress (.com)

Le Réticule (constellation)

Constellation de l’hémisphère sud, l’une des plus petites et les moins lumineuses du ciel.

Abréviation/Symbole : Ret
Appelé aussi : (constellation du) Réticule (xixe s) – Reticulum (latin nominatif) – Reticuli (latin génitif) – Rhombus (le rhombe) – Réticule Rhomboïde
Anglais : Reticulum
Chinois : 网罟座 (wǎng gǔ zuò)
Russe : Сетка (созвездие) (setka, sozvezdiye – constellation)

Reticulum constellation map-fr.png - Wikimedia commons

Hémisphère : Sud
Observation : …
Position :
 Au sud de l’équateur, au sud de l’écliptique

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine : La constellation fut créée en 1621 par Isaac Habrecht (et peut-être indépendamment par jakob bartsch en 1624), qui la nomma Rhombus, le Rhombe. Réintroduite par Nicolas-Louis de Lacaille en 1752, elle prit le nom de Réticule Rhomboïde avant d’être simplement nommée Réticule au xixe siècle . Comme plusieurs autres constellations modernes, elle porte le nom d’un appareil scientifique, un réticule étant  un dispositif de visées dans une lunette permettant de mesurer la position des étoiles.


Cf. les fiches-clées :

Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Constellation – (Rubrique), ancienne – (Inventaire), faible (peu lumineuse) – (Inventaire), moderne – (Inventaire) – Les constellations – (Inventaire),  de l’hémisphère sud – (Inventaire) – Petite constellation – (Inventaire)
Écliptique – Sud de l’écliptique – (Rubrique/Inventaire)
Équateur – (Inventaire), céleste, terrestre – (Rubrique) – Sud de l’équateur – (Rubrique/Inventaire)
Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), brillante – (Rubrique) – (Inventaire), visible (à l’œil nu) – (Inventaire) – Déterminer la position d’une étoile – (Rubrique)
Hémisphère (terrestre) sud – (Rubrique)
Lunette astronomique (télescope réfracteur) – (Inventaire)

(Chercheurs) Jakob Bartsch (astronome allemand – 1624) – (Rubrique) – Isaac Habrecht (horloger suisse – 1621) – (Rubrique) – Nicolas-Louis de Lacaille (astronome – 1752) – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Réticule (constellation) – Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles du Réticule – Wikipedia

Sources :

ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google Traduction – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

La Règle (constellation)

Constellation de l’hémisphère sud, faiblement visible .

Abréviation/Symbole : Nor – NOR
Appelé aussi : (constellation de la) Règle – Norma (latin nominatif) – NORMA – Normae (latin génitif) – L’Équerre et la règle – L’EQUERRE – Triangle du sud – Carré d’Euclide
Anglais : Norma (constellation)
Chinois : 矩尺座 (jǔ chǐ zuò)
Russe : Наугольник (созвездие) (naugol’nik, sozvezdiye – constellation)

Carte pour la constellation Règle Produite à l'aide du logiciel PP3 - - Orthogaffe / Korrigan - Wikimedia Commons

Hémisphère : Sud
Observation : …
Position :
 Au sud de l’équateur, au sud de l’écliptique

Constellation Norma.jpg - Wikimedia Commons

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine : La constellation de la Règle fut créée par Nicolas-Louis de Lacaille en 1752 afin de remplir les derniers pans de ciel austral sans dénomination . Comme beaucoup des 14 autres constellations créées par Lacaille, elle porte le nom d’un appareil scientifique . Il l’appela d’ailleurs à l’origine L’Équerre et la Règle, outils utilisés à l’époque pour bâtir les charpentes . Elle fut également appelée Triangle du sud (sans lien avec l’actuel triangle austral) et Carré d’Euclide.


Cf. les fiches-clées :

Les 14 constellations crées par Lacaille – (Inventaire)
Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Ciel austral
Constellation – (Rubrique), faible (peu lumineuse) – (Inventaire), moderne – (Inventaire) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère sud – (Inventaire) – Petite constellation – (Inventaire)
Écliptique – Sud de l’écliptique – (Rubrique/Inventaire)
Équateur – (Inventaire), céleste, terrestre – (Rubrique) – Sud de l’équateur – (Rubrique/Inventaire)
Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), brillante – (Rubrique) – (Inventaire), visible (à l’œil nu) – (Inventaire)
Hémisphère (terrestre) sud – (Rubrique)

Le Triangle austral (constellation) – (Rubrique)

(Chercheurs) Johann Bayer (astronome) – (Rubrique) – Nicolas-Louis de Lacaille (astronome – 1752) – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Règle (constellation) – Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles de la Règle – Wikipedia

Sources :

ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionRémi Kaupp / Korrigan (wikimedia commons) – Orthogaffe (wikimedia commons) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

La Poupe (constellation)

La Poupe est visible principalement à l’hémisphère sud . La Poupe est la plus grande de ces constellations.

Abréviation/Symbole : Pup – PUP
Appelé aussi : (constellation de la) Poupe – Puppis (latin nominatif) – PUPPIS – Puppis (latin génitif)
Anglais : Puppis
Chinois : 船尾座 (chuánwěi zuò)
Russe : Корма (созвездие) (korma, sozvezdiye – constellation)

Carte pour la constellation Poupe Produite à l'aide du logiciel PP3 - Grum / Orthogaffe / Korrigan - Wikimedia Commons

La poupe est la partie arrière d’un navire.

Hémisphère : Sud
Observation : …
Position :
 Au sud de l’équateur, au sud de l’écliptique, avec projection de la Voie Lactée (VL 14)

PuppisCC.jpg - Wikimedia Commons

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine : Incluse à l’origine par Ptolémée dans l’immense constellation du Navire Argo, elle fut créée par Nicolas-Louis de Lacaille lorsqu’il divisa le navire en constellations distinctes . Le Navire Argo représentaient, dans la mythologie grecque, le navire avec lequel Jason partit à la recherche de la Toison d’or . Ptolémée l’avait répertoriée dans son Almageste . À cause de sa taille (1 884 degrés carrés) et de son étendue (70° d’est en ouest), Nicolas-Louis de Lacaille la divisa en trois constellations en 1752 afin de pouvoir la manier plus aisément . La constellation de la Poupe est l’une des parties résultantes.


Cf. les fiches-clées :

Almageste (catalogue céleste de ptolémée) – (Rubrique/Inventaire)
Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Constellation – (Rubrique), ancienne – (Inventaire), équatoriale – (Inventaire), moderne – (Inventaire), vaste – (Inventaire) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère nord – (Inventaire), de l’hémisphère sud – (Inventaire) – Petite constellation – (Inventaire)
Écliptique – Sud de l’écliptique – (Rubrique/Inventaire)
Équateur – (Inventaire), céleste, terrestre – (Rubrique) – Sud de l’équateur – (Rubrique/Inventaire)
Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), brillante – (Rubrique) – (Inventaire), visible (à l’œil nu) – (Inventaire)
Galaxie – (Rubrique) – (Inventaire) – Centre galactique – (Inventaire) – Notre galaxie, La Voie lactée – (Rubrique) – Le centre (galactique) de la Voie Lactée – (Rubrique) – Projection de la Voie lactée (VL)
Hémisphère (terrestre) nord – (Rubrique), Hémisphère (terrestre) sud – (Rubrique)
Navire Argo (constellation) – (Rubrique)

(Chercheurs) Nicolas-Louis de Lacaille (astronome – 1752) – (Rubrique) – Claude Ptolémée – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Poupe (constellation) – Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles de la Poupe – Wikipedia

Sources :

ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionRémi Kaupp / Korrigan (wikimedia commons) – Orthogaffe (wikimedia commons) – Poulpy / Grum (wikimedia commons) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

Le Poisson volant (constellation)

Petite constellation de l’hémisphère sud, au sud de la Carène.

Abréviation/Symbole : Vol – VOL
Appelé aussi : (constellation du) Poisson volant – Volans (latin nominatif) – VOLANS – Volantis (latin génitif)
Anglais : Volans
Chinois : 飞鱼座 (fēiyú zuò)
Russe : Летучая Рыба (созвездие) (letuchaya ryba, sozvezdiye – constellation)

Carte pour la constellation Poisson volant Produite à l'aide du logiciel PP3 - Grum / Orthogaffe / Korrigan - Wikimedia Commons

Hémisphère : Sud
Observation : …
Position :
 Au sud de l’équateur, au sud de l’écliptique

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine : La constellation du Poisson volant, comme nombre de constellations du ciel austral, ne date pas de l’époque antique . Elle a été créée par les navigateurs néerlandais Pieter Dirkszoon Keyser et Frederick de Houtman à la fin du 16e et popularisée par Johann Bayer en 1603.


Cf. les fiches-clées :

Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Ciel austral
Constellation – (Rubrique), ancienne – (Inventaire), équatoriale – (Inventaire), moderne – (Inventaire) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère sud – (Inventaire) – Petite constellation – (Inventaire)
Écliptique – Sud de l’écliptique – (Rubrique/Inventaire)
Équateur – (Inventaire), céleste, terrestre – (Rubrique) – Sud de l’équateur – (Rubrique/Inventaire)
Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), brillante – (Rubrique) – (Inventaire), visible (à l’œil nu) – (Inventaire)
Hémisphère (terrestre) sud – (Rubrique)

La Carène (constellation) – (Rubrique) – Au sud de la Carène – (Inventaire)

(Chercheurs) Johann Bayer (astronome – 1603) – (Rubrique) – Frederick (frederik) de Houtman (navigateur et cartographe céleste néerlandais, xvie s.) – (Rubrique) – Pieter Dirkszoon Keyser (petrus theodori, navigateur et cartographe céleste néerlandais, xvie s.) – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Poisson volant (constellation) – Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles du Poisson volant – Wikipedia

Sources :

ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionRémi Kaupp / Korrigan (wikimedia commons) – Orthogaffe (wikimedia commons) – Poulpy / Grum (wikimedia commons) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

Le Poisson austral (constellation)

Petite constellation de l’hémisphère sud . Elle est surtout remarquable pour son étoile principale, Fomalhaut (α psa).

Abréviation/Symbole : PsA – PSA
Appelé aussi : (constellation du) Poisson austral – Piscis Austrinus (latin nominatif) – PISCIS AUSTRINUS – Piscis Austrini (latin génitif)
Anglais : Piscis Austrinus
Chinois : 南魚座 (nán yú zuò)
Russe : Южная Рыба (yuzhnaya ryba)

Piscis austrinus constellation map-fr.png - Wikimedia Commons

Hémisphère : Sud
Observation : …
Position :
 Au sud de l’équateur, au sud de l’écliptique

The constellation Piscis Austrinus as it can be seen by the naked eye - Till Credner - Wikimedia Commons

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine : Il semble que la constellation du Poisson austral était déjà connue sous un nom similaire dans l’Égypte antique . C’est donc une constellation ancienne qui fut répertoriée par Aratos, puis par Ptolémée dans son Almageste . Son nom fait bien sûr pendant à la constellation des Poissons, visible dans l’hémisphère nord.


Cf. les fiches-clées :

Almageste (catalogue céleste de ptolémée) – (Rubrique/Inventaire)
Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Constellation – (Rubrique), ancienne – (Inventaire), moderne – (Inventaire) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère nord – (Inventaire), de l’hémisphère sud – (Inventaire) – Petite constellation – (Inventaire)
Écliptique – Sud de l’écliptique – (Rubrique/Inventaire)
Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), brillante – (Rubrique) – (Inventaire), visible (à l’œil nu) – (Inventaire) – Fomalhaut (étoile α PsA) – (Rubrique)
Hémisphère (terrestre) nord – (Rubrique), (terrestre) sud – (Rubrique)

Les Poissons (constellation) – (Rubrique)

(Chercheurs) Aratos (aratus) de Soles – (Rubrique) – Claude Ptolémée – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Poisson austral – Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles du Poisson austral – Wikipedia

Sources :

ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionTill Credner (wikimedia commons) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

Le Phénix (constellation)

Constellation de l’hémisphère sud, peu lumineuse.

Abréviation/Symbole : Phe – PHE
Appelé aussi : (constellation du) Phénix – Phoenix (latin nominatif) – PHOENIX – Phoenicis (latin génitif)
Anglais : Phoenix (constellation)
Chinois : 凤凰座 (fènghuáng zuò)
Russe : Феникс (созвездие) (feniks, sozvezdiye – constellation)

Carte pour la constellation Phénix Produite à l'aide du logiciel PP3 - Grum / Korrigan - Wikimedia Commons

Hémisphère : Sud
Observation : Elle peut être observée par les habitants de l’hémisphère nord à moins de 30° de latitude.
Position :
 Au sud de l’équateur, au sud de l’écliptique

Constellation Phénix - Till credner - Wikimedia Commons

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine : La constellation du Phénix est relativement moderne . Les astronomes arabes incluaient ses étoiles dans l’Éridan . Elle fut introduite par les navigateurs néerlandais Pieter Dirkszoon Keyser et Frederick de Houtman à la fin du xvie siècle sous son nom actuel et inventoriée par l’astronome Johann Bayer en 1603 dans son Uranometria.


Cf. les fiches-clées :

Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Astronome – (Inventaire) – Les astronomes arabes – (Inventaire)
Constellation – (Rubrique), ancienne – (Inventaire), équatoriale – (Inventaire), faible (peu lumineuse) – (Inventaire), moderne – (Inventaire) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère nord – (Inventaire), de l’hémisphère sud – (Inventaire)
Écliptique – Sud de l’écliptique – (Rubrique/Inventaire)
Équateur – (Inventaire), céleste, terrestre – (Rubrique) – Sud de l’équateur – (Rubrique/Inventaire)
Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), brillante – (Rubrique) – (Inventaire), visible (à l’œil nu) – (Inventaire)
Hémisphère (terrestre) sud – (Rubrique)

L’Éridan (constellation) – (Rubrique)

Uranometria (premier atlas céleste, cartographie du ciel austral – 1603 – johann bayer) 

(Chercheurs) Johann Bayer (astronome – 1603) – (Rubrique) – Frederick (frederik) de Houtman (navigateur et cartographe céleste néerlandais, fin du xvie) – (Rubrique) – Pieter Dirkszoon Keyser (petrus theodori, navigateur et cartographe céleste néerlandais, fin du xvie) – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Phénix (constellation) – Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles du Phénix – Wikipedia

Sources :

ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionRémi Kaupp / Korrigan (wikimedia commons) – Poulpy / Grum (wikimedia commons) – Till Credner (wikimedia commons) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

Le Petit Chien (constellation)

Une des 88 constellations modernes, une petite constellation de l’hémisphère nord.

Canis Minor, as depicted by Johann Bode in his 1801 work Uranographia - Wikimedia Commons

Abréviation/Symbole : CMi – CMI – Cmi
Appelé aussi : (constellation du) Petit Chien – Canis Minor (latin nominatif) – CANIS MINOR – Canis Minoris (latin génitif) – Le plus petit des chiens de chasse d’Orion
Anglais : Canis Minor
Chinois : 小犬座 (xiǎoquǎn zuò)
Russe : Малый Пёс (malyy pos)

Carte pour la constellation du fr:Petit chien Produite à l'aide du logiciel PP3 - Grum / Korrigan - Wikimedia Commons

Hémisphère : Nord
Observation : …
Position :
 Équatorial (Eq 7), au sud de l’écliptique

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine : L’étoile Procyon était appelée ainsi par les anciens Grecs car elle se levait avant Sirius (l’étoile la plus brillante du grand chien), mais la constellation ne fut utilisée qu’à partir de la période romaine en tant que représentation du plus petit des chiens de chasse d’Orion . Elle était déjà présente dans la liste de 48 constellations établie par Ptolémée au iie siècle.


Cf. les fiches-clées :

Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Constellation – (Rubrique), ancienne – (Inventaire), équatoriale – (Inventaire), moderne – (Inventaire) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère nord – (Inventaire), de l’hémisphère sud – (Inventaire) – Petite constellation – (Inventaire)
Écliptique
Équateur – (Inventaire), céleste, galactique, terrestre – (Rubrique)
Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), brillante – (Rubrique) – (Inventaire), visible (à l’œil nu) – (Inventaire) – Procyon (étoile) – (Rubrique) – Sirius (étoile binaire) – (Rubrique)
Hémisphère (terrestre) nord – (Rubrique)

Le Grand Chien (constellation) – (Rubrique) – Les Chiens de chasse (constellation) – (Rubrique)

Orion (constellation) – (Rubrique)
Uranographia (johann bode)

(Chercheurs) Johann Bode (1801) – (Rubrique) – Claude Ptolémée (iie siècle) – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Petit Chien – Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles du Petit Chien – Wikipedia

Sources :

Википедия – Johann Bode – Google FranceGoogle images – Google TraductionPoulpy / Grum (wikimedia commons) – Rémi Kaupp / Korrigan (wikimedia commons) – Uranographia (johann bode) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

Le Peintre (constellation)

Constellation de l’hémisphère sudfaiblement visible.

Abréviation/Symbole : Pic – PIC
Appelé aussi : (constellation du) Peintre – Pictor (latin nominatif) – Pictoris (latin génitif) – Le Chevalet du peintre (avant le xixe)
Anglais : Pictor
Chinois : 绘架座 (huì jià zuò)
Russe : Живописец (созвездие) (zhivopisets, sozvezdiye – constellation)

Carte pour la constellation Peintre Produite à l'aide du logiciel PP3 - Grum / Korrigan - Wikimedia Commons

Hémisphère : Sud
Observation : …
Position :
 Au sud de l’équateur, au sud de l’écliptique

Constellation Pictor.jpg - Wikimedia Commons

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine : L’abbé Nicolas-Louis de Lacaille a introduit cette constellation en 1752 pour dénommer un pan du ciel austral dépourvu de nom . Appelée à l’origine le Chevalet du peintre, son nom a été simplifié au xixe siècle.


Cf. les fiches-clées :

Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Constellation – (Rubrique), ancienne – (Inventaire), équatoriale – (Inventaire), moderne – (Inventaire) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère sud – (Inventaire) – Petite constellation – (Inventaire)
Écliptique
Équateur – (Inventaire), céleste, terrestre – (Rubrique)
Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), brillante – (Rubrique) – (Inventaire), visible (à l’œil nu) – (Inventaire)
Hémisphère (terrestre) sud – (Rubrique)

(Chercheurs) Nicolas-Louis de Lacaille (astronome – 1752) – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Peintre (constellation) – Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles du Peintre – Wikipedia

Sources :

ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionRémi Kaupp / Korrigan (wikimedia commons) – Poulpy / Grum (wikimedia commons) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

Le Paon (constellation)

Constellation de l’hémisphère sud, peu lumineuse (à l’exception d’une étoile de première magnitude).

Abréviation/Symbole : Pav – PAV
Appelé aussi : (constellation du) Paon – Pavo (latin nominatif) – PAVO – Pavonis (latin génitif)
Anglais : Pavo (constellation) – Peacock
Chinois : 孔雀座 (kǒngquè zuò)
Russe : Павлин (созвездие) (Pavlin, sozvezdiye – constellation)

Carte pour la constellation Paon Produite à l'aide du logiciel PP3 - Orthogaffe / Korrigan - Wikimedia Commons

Hémisphère : Sud
Observation : …
Position :
 Au sud de l’équateur, au sud de l’écliptique

Il s’agit de l’une des constellations les plus méridionales de la voûte céleste et elle est quasiment invisible au nord de l’Équateur.

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine : Elle était trop au sud pour être connue par les astronomes antiques du pourtour méditerranéen . La première mention de cette constellation revient aux navigateurs néerlandais Pieter Dirkszoon Keyser et Frederick de Houtman à la fin du xvie siècle . Comme une douzaine d’autres, elle fut popularisée par Johann Bayer dans son Uranometria en 1603 . L’inspiration pour le nom de la constellation proviendrait de l’animal consacré à Héra (la femme de zeus dans la mythologie grecque).


Cf. les fiches-clées :

Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronome – (Inventaire) – Les astronomes antiques du pourtour méditerranéen – (Inventaire)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Constellation – (Rubrique), ancienne – (Inventaire), équatoriale – (Inventaire), faible (peu lumineuse) – (Inventaire), méridionale – (Inventaire) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère sud – (Inventaire)
Écliptique – Sud de l’écliptique – (Rubrique/Inventaire)
Équateur – (Inventaire), céleste, galactique, terrestre – (Rubrique) – Nord de l’équateur (terrestre) – (Rubrique/Inventaire)
Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), brillante – (Rubrique) – (Inventaire), de première magnitude – (Rubrique) – (Inventaire), visible (à l’œil nu) – (Inventaire)
Hémisphère (terrestre) sud – (Rubrique)
Magnitude d’un astre
Uranometria (premier atlas céleste, cartographie du ciel austral – 1603 – johann bayer)
Voûte céleste

(Chercheurs) Johann Bayer (astronome – 1603) – (Rubrique) – Frederick (frederik) de Houtman (navigateur et cartographe céleste néerlandais, xvie s.) – (Rubrique) – Ludwig Ideler – Pieter Dirkszoon Keyser (petrus theodori, navigateur et cartographe céleste néerlandais, xvie s.) – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Paon (constellation) – Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles du Paon – Wikipedia

Sources :

ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionRémi Kaupp / Korrigan (wikimedia commons) – Orthogaffe (wikimedia commons) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

Orion (constellation)

Orion (le chasseur) est une constellation située quasiment sur l’équateur céleste.

The Constellation of Orion, the Hunter - Jerry Lodriguss - Catching the Light - astropix.com

Abréviation/Symbole : Ori
Appelé aussi : (constellation d’) Orion – Le Chasseur – Orion (latin nominatif) – Orionis (latin génitif) – Mouton (sumériens) – L’offrande à Osiris – Pécari à collier (k’éékèn) – Uru-anna (akkadien, la lumière des cieux)
Anglais : Orion (constellation)
Chinois : 獵戶座 (lièhùzuò) – 參 (shen – trois)
Russe : Орион (созвездие) (orion, sozvezdiye – constellation)

Carte pour la constellation Orion Produite à l'aide du logiciel PP3 - Orthogaffe / Korrigan - Wikimedia Commons

Forme : Un genre de X
Hémisphère :
Nord et sud, entre 85° Nord et 65° Sud
Observation : Hiver boréal
Position :
 Équatorial (Eq 5), au sud de l’écliptique, avec projection de la Voie Lactée (VL 11)

Etoiles brillantes : 8
Constellations voisines : Gémeaux, Licorne, Taureau, Lièvre, etc.

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine : Avec autant d’étoiles brillantes facilement visibles depuis l’hémisphère nord, Orion est peut-être la constellation la plus ancienne et de nombreuses civilisations l’ont tracée, quoique sous des images différentes . Les Sumériens y voyaient un mouton . Les Égyptiens la considéraient comme une offrande à Osiris, dieu de la Mort et de l’outre-monde . En Chine, Orion est l’une des vingt-huit Xiu (宿) du zodiaque chinois traditionnel et est connue sous le nom de Shen (參), ce qui signifie littéralement trois, peut-être en référence aux trois étoiles du Baudrier . Pour les Lacandons les quatre étoiles principales du Baudrier d’Orion constituent la constellation du pécari à collier (k’éékèn) . Orion était mentionnée sous cette dénomination dans l’Odyssée d’Homère, les Odes d’Horace, les Phénomènes d’Aratus de Soles et l’Énéide de Virgile . Elle était bien entendu répertoriée parmi les quarante-huit constellations de l’Almageste de Ptolémée . Orion est aussi citée dans la Bible (dans les livres de job, 9.9, 38.31-32 et d’amos, 5.8) . Pour la mythologie grecque, elle représente Orion, un chasseur légendaire qui se vantait de pouvoir tuer n’importe quel animal . Dans certaines versions de la légende, il fut tué par le Scorpion, qui a été placé à l’opposé de la voûte céleste par les dieux qui les ont ainsi séparés afin qu’ils ne soient jamais au-dessus de l’horizon en même temps . Il a été également avancé que le nom de la constellation dérive de l’akkadien  Uru-anna (la lumière des cieux).


Cf. les fiches-clées :

Almageste (catalogue céleste de ptolémée) – (Rubrique/Inventaire)
Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Constellation – (Rubrique), ancienne – (Inventaire), équatoriale – (Inventaire) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère nord – (Inventaire), de l’hémisphère sud – (Inventaire)
Écliptique
Équateur – (Inventaire), céleste, galactique, terrestre – (Rubrique)
Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), brillante – (Rubrique) – (Inventaire), visible (à l’œil nu) – (Inventaire) – Les (trois) étoiles du Baudrier (d’orion) – (Rubrique/Inventaire)
Galaxie(Rubrique)(Inventaire) – Notre galaxie, La Voie lactée – (Rubrique)
Hémisphère (terrestre) nord – (Rubrique), Hémisphère (terrestre) sud – (Rubrique)
Horizon – (Inventaire) – L’horizon céleste

La Licorne (constellation) – (Rubrique) – Le Lièvre (constellation) – (Rubrique) – Le Scorpion (constellation) – (Rubrique) – Le Taureau (constellation) – (Rubrique) – Les Gémeaux (constellation) – (Rubrique)

Orion (constellation) (rubrique) – Le Baudrier (d’Orion)(Rubrique)

(Chercheurs) Aratos (aratus) de Soles – (Rubrique) – Claude Ptolémée – (Rubrique) – Virgile – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles d’Orion – Wikipedia

Sources :

ВикипедияCatching the light – Google FranceGoogle images – Google TraductionRémi Kaupp / Korrigan (wikimedia commons) – Jerry Lodriguss (catching the light) – Orthogaffe (wikimedia commons) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

L’Oiseau de paradis (constellation)

Constellation méridionale faiblement visible.

Abréviation/Symbole : Aps
Appelé aussi : (constellation de l’) Oiseau de paradis – Apus (latin nominatif) – Apodis (latin génitif)
Anglais : Apus
Chinois : 天燕座 (tiān yàn zuò)
Russe : Райская Птица (созвездие) (rayskaya Ptitsa, sozvezdiye – constellation)

Carte pour la constellation Oiseau de paradis produite à l'aide du logiciel PP3 - Grum / Korrigan - Wikimedia Commons

Hémisphère : Sud
Position :
 Au sud de l’équateur, au sud de l’écliptique

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine : La première référence connue de la constellation de l’Oiseau de paradis est faite dans l’Uranometria de Johann Bayer en 1603, mais il est possible que l’origine du nom remonte aux navigateurs néerlandais Pieter Dirkszoon Keyser et Frederick de Houtman.


Cf. les fiches-clées :

Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Constellation – (Rubrique), méridionale – (Inventaire) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère sud – (Inventaire)
Écliptique
Équateur – (Inventaire), céleste, terrestre – (Rubrique)
Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), brillante – (Rubrique) – (Inventaire), visible (à l’œil nu) – (Inventaire)
Hémisphère (terrestre) sud – (Rubrique)

L’Oiseau de paradis (constellation) (rubrique)

(Chercheurs) Johann Bayer (astronome – 1603) – (Rubrique) – Frederick (frederik) de Houtman (navigateur et cartographe céleste néerlandais, xvie s.) – (Rubrique) – Pieter Dirkszoon Keyser (petrus theodori, navigateur et cartographe céleste néerlandais, xvie s.) – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles de l’Oiseau de paradis – Wikipedia

Sources :

ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionRémi Kaupp / Korrigan (wikimedia commons) – Poulpy / Grum (wikimedia commons) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

L’Octant (constellation)

Constellation de l’hémisphère sud.

Abréviation/Symbole : Oct
Appelé aussi : (constellation de l’) Octant – Octans (latin nominatif) – Octantis (latin génitif)
Anglais : Octans
Chinois : 南极座 (nánjí zuò)
Russe : Октант (созвездие) (oktant, sozvezdiye – constellation)

 Carte pour la constellation de l'fr:Octant (Erreur : Hya devrait être Hyi) Produite à l'aide du logiciel PP3 - Grum / Korrigan - Wikimedia Commons

L’une de ses étoiles, Polaris Australis (σ octantis), est l’étoile visible à l’œil nu la plus proche du pôle sud céleste.

Hémisphère : Nord ou Sud ou Zénith
Position :
 Au sud de l’équateur / Pôle céleste sud, au sud de l’écliptique

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine : La constellation de l’Octant fut créée par Nicolas-Louis de Lacaille en 1752 avec 13 autres constellations afin de remplir les derniers pans de ciel austral sans dénomination . Elle est nommée comme les autres d’après un appareil scientifique : l’octant est un instrument de navigation permettant de connaître sa position.


Cf. les fiches-clées :

Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Constellation – (Rubrique) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère sud – (Inventaire)
Écliptique
Équateur – (Inventaire), céleste, galactique, terrestre – (Rubrique)
Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), brillante – (Rubrique) – (Inventaire), visible (à l’œil nu) – (Inventaire) – Polaris Australis (σ octantis) – (Rubrique)
Hémisphère (terrestre) sud – (Rubrique)

L’Octant (constellation) (rubrique)

Pôle – (Inventaire), sud (terrestre) – (Rubrique), sud céleste – (Rubrique/Inventaire)

(Chercheurs) Nicolas-Louis de Lacaille (astronome – 1752) – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles de l’Octant – Wikipedia

Sources :

ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionRémi Kaupp / Korrigan (wikimedia commons) – Poulpy / Grum (wikimedia commons) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

La Mouche (constellation)

Petite constellation, l’une des plus au sud de la voûte céleste .

Abréviation/Symbole : Mus
Appelé aussi : (constellation de la) Mouche, australe – Musca (latin nominatif) – Muscae (latin génitif) – Abeille
Anglais : Musca
Chinois : 苍蝇座 (cāngyíng zuò)
Russe : Муха (созвездие) (mukha, sozvezdiye – constellation)

Carte pour la constellation Mouche Produite à l'aide du logiciel PP3 - Orthogaffe / Korrigan - Wikimedia Commons

Hémisphère : Sud
Position : Au sud de l’équateur, au sud de l’écliptique

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine / Histoire : La constellation de la Mouche fut proposée par les navigateurs hollandais Pieter Dirkszoon Keyser et Frederick de Houtman en 1536 . L’astronome Johann Bayer l’introduisit dans son Uranometria en 1603 sous le nom de l’Abeille . Plus tard, Nicolas-Louis de Lacaille la rebaptisa Mouche australe, afin de la différencier de la Mouche boréale, une constellation maintenant disparue située près du Bélier . La suppression de cette constellation permit de la rebaptiser simplement Mouche.


Cf. les fiches-clées :

Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Constellation – (Rubrique) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère sud – (Inventaire) – Petite constellation – (Inventaire)
Écliptique
Équateur – (Inventaire), céleste, terrestre – (Rubrique)
Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), brillante – (Rubrique) – (Inventaire), visible (à l’œil nu) – (Inventaire)
Hémisphère (terrestre) sud – (Rubrique)

La Mouche (constellation) (rubrique)

Le Belier (constellation) – (Rubrique)
Uranometria (premier atlas céleste, cartographie du ciel austral – 1603 – johann bayer)

(Chercheurs) Johann Bayer (astronome) – (Rubrique) – Frederick (frederik) de Houtman (navigateur et cartographe céleste néerlandais – 1536) – (Rubrique) – Pieter Dirkszoon Keyser (petrus theodori, navigateur et cartographe céleste néerlandais – 1536) – (Rubrique) – Nicolas-Louis de Lacaille (astronome) – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles de la Mouche – Wikipedia

Sources :

ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionRémi Kaupp / Korrigan (wikimedia commons) – Orthogaffe (wikimedia commons) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

Le Microscope (constellation)

Constellation de l’hémisphère sud, peu lumineuse.

Abréviation/Symbole : Mic – ii
Appelé aussi : (constellation du) Microscope – Microscopium (latin nominatif) – Microscopii (latin génitif)
Anglais : Microscopium
Chinois : 显微镜座 (xiǎnwéijìng zuò)
Russe : Микроскоп (созвездие) (mikroskop, sozvezdiye – constellation)

Carte pour la constellation Microscope Produite à l'aide du logiciel PP3 - Orthogaffe / Korrigan - Wikimedia Commons

Hémisphère : Sud
Position :
 Au sud de l’équateur, au sud de l’écliptique

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine : La constellation du Microscope fut créée par Nicolas-Louis de Lacaille en 1752 afin de remplir les derniers pans de ciel austral sans dénomination . Comme beaucoup des 14 autres constellations créées par Lacaille, elle porte le nom d’un appareil scientifique, le microscope, inventé semble-t-il par le hollandais Zacharias Janssen en 1590.


Cf. les fiches-clées :

Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Constellation – (Rubrique) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère sud – (Inventaire)
Écliptique
Équateur – (Inventaire), céleste, terrestre – (Rubrique)
Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), brillante – (Rubrique) – (Inventaire), visible (à l’œil nu) – (Inventaire)
Hémisphère (terrestre) sud – (Rubrique)

Le Microscope (constellation) (rubrique)

(Chercheurs) Nicolas-Louis de Lacaille (astronome – 1752) – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles du Microscope – Wikipedia

Sources :

ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionRémi Kaupp / Korrigan (wikimedia commons) – Orthogaffe (wikimedia commons) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

La Machine pneumatique (constellation)

Constellation de l’hémisphère sud, peu lumineuse.

Abréviation/Symbole : Ant – ae
Appelé aussi : (constellation de la) Machine pneumatique – Antila (latin nominatif) – Antilae (latin génitif) – Antlia Pneumatica (latin, pompe à air)
Anglais : Antlia
Chinois : 唧筒座 (jītǒng zuò)
Russe : Насос (созвездие) (nasos, sozvezdiye – constellation)

Carte pour la constellation de la fr:Machine pneumatique produiteà l'aide du logiciel PP3 - Orthogaffe / Korrigan - Wikimedia Commons

Hémisphère : Sud
Position :
 Au sud de l’équateur, au sud de l’écliptique

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine : Elle fut nommée par Nicolas-Louis de Lacaille en 1752 afin de remplir les derniers pans de ciel austral sans dénomination . D’abord nommée en français, son nom fut latinisé en Antlia Pneumatica en 1763 . Elle porte ce nom en l’honneur de Denis Papin, inventeur de la pompe à air.


Cf. les fiches-clées :

Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Constellation – (Rubrique) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère sud – (Inventaire)
Écliptique
Équateur – (Inventaire), céleste, terrestre – (Rubrique)
Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), brillante – (Rubrique) – (Inventaire), visible (à l’œil nu) – (Inventaire)
Hémisphère (terrestre) sud – (Rubrique)

La Machine pneumatique (constellation) (rubrique)

(Chercheurs) Nicolas-Louis de Lacaille (astronome – 1752) – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles de la Machine pneumatique – Wikipedia

Sources :

ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionRémi Kaupp / Korrigan (wikimedia commons) – Orthogaffe (wikimedia commons) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

Le Loup (constellation)

Petite constellation de l’hémisphère Sud.

Abréviation/Symbole : Lup
Appelé aussi : (constellation du) Loup – Lupus (latin nominatif) – Lupi (latin génitif)
Anglais : Lupus (constellation)
Chinois : 豺狼座 (cháiláng zuò)
Russe : Волк (созвездие) (volk, sozvezdiye – constellation)

Carte pour la constellation Loup Produite à l'aide du logiciel PP3 - Orthogaffe / Korrigan - Wikimedia Commons

Hémisphère : Sud
Observation : Elle située en dessous de la constellation de la Balance, à l’ouest de la constellation du Scorpion et à l’est de la constellation du Centaure.
Position :
 Au sud de l’équateur, au sud de l’écliptique, avec projection de la Voie Lactée (VL 19)

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine : Le Loup est une vieille constellation . Pour les Grecs, il s’agissait d’un animal que le Centaure portait empalé sur sa lance . Elle faisait partie des constellations répertoriées par Ptolémée dans son Almageste.

Supernovae (histoire) :
En 1006 y est apparue une supernova plus brillante que Vénus ; on put l’observer pendant 2 ans . Ce fut l’une des quatre supernovae qui ont pu être observées au cours du précédent millénaire (en 1006, 1054, 1572 et 1604) . Selon les témoignages, pendant quelques jours, la brillance de la nouvelle étoile augmenta, devenant supérieure à celle de Vénus, et atteignant un éclat comparable au quart de la pleine lune, donc visible en plein jour . Puis l’éclat se mit à diminuer, mais l’étoile resta observable pendant plus de deux ans . Une multitude de textes de toutes origines (chinoise, japonaise, coréenne, arabe) et crédibles relatent l’apparition et l’observation de cette étoile nouvelle en l’an 1006 . Or, curieusement, elle est n’est attestée en Europe qu’en 1066, une date qui coïncide avec l’année de la conquête de l’Angleterre par Guillaume de Normandie ; une telle étoile figure d’ailleurs sur la tapisserie de Bayeux qui relate cet évènement historique . Les supernovae de 1006 et 1054 étant récentes, celle de 1066 fut peut-être inventée pour fournir – a posteriori ou pas – un signe divin à l’entreprise de Guillaume le Conquérant . Némoins, d’après les témoignages de l’époque, il semble plus vraisemblable que la tapisserie de Bayeux fait référence à la comète de Halley.


Cf. les fiches-clées :

Almageste (catalogue céleste de ptolémée) – (Rubrique/Inventaire)
Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Constellation – (Rubrique), ancienne – (Inventaire) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère sud – (Inventaire) – Petite constellation – (Inventaire)
Écliptique
Équateur – (Inventaire), céleste, galactique, terrestre – (Rubrique)
Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), brillante – (Rubrique) – (Inventaire), visible (à l’œil nu) – (Inventaire)
Galaxie(Rubrique)(Inventaire) – Notre galaxie, La Voie lactée – (Rubrique)
Hémisphère (terrestre) sud – (Rubrique)
La Balance (constellation) – (Rubrique) – Le Centaure (constellation) – (Rubrique)

Le Loup (constellation) (rubrique)

Le Scorpion (constellation) – (Rubrique)
Supernova – (Inventaire) – Vénus, notre plus proche voisine – (Rubrique)

(Chercheurs) Claude Ptolémée – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles du Loup – Wikipedia

Sources :

ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionRémi Kaupp / Korrigan (wikimedia commons) – Orthogaffe (wikimedia commons) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

Le Lièvre (constellation)

Constellation ancienne de l’hémisphère sud.

Abréviation/Symbole : Lep
Appelé aussi : (constellation du) Lièvre – Lepus (latin nominatif) – Leporis (latin génitif) – La Barque d’Osiris
Anglais : Lepus (constellation)
Chinois : 天兔座 (tiān tù zuò)
Russe : Заяц (созвездие) (zayats, sozvezdiye – constellation)

Carte pour la constellation Lièvre Produite à l'aide du logiciel PP3 - Grum / Orthogaffe / Korrigan - Wikimedia Commons

Étoiles brillantes : Arneb (α leporis) et Nihal (β leporis)

Hémisphère : Nord ou Sud ou Zénith
Position :
 Au sud de l’équateur, au sud de l’écliptique

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine : Les astronomes égyptiens considéraient cette constellation comme la Barque d’Osiris (la proximité de l’éridan, représentant le nil, aidant) . Nommée pour la première fois Lièvre par Eudoxe de Cnide au IVe siècle AVJC, elle fut l’une des constellations répertoriées par Ptolémée dans son Almageste . Il est possible qu’elle représente un lièvre chassé par Orion.


Cf. les fiches-clées :

Almageste (catalogue céleste de ptolémée) – (Rubrique/Inventaire)
Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique), de l’Égypte antique – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Constellation – (Rubrique), ancienne – (Inventaire) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère sud – (Inventaire)
Écliptique
Équateur – (Inventaire), céleste, terrestre – (Rubrique)

Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), brillante – (Rubrique) – (Inventaire), visible (à l’œil nu) – (Inventaire) – Arneb (α leporis)(Rubrique) – Nihal (β leporis) – (Rubrique)

Hémisphère (terrestre) sud – (Rubrique)

Le Lièvre (constellation) (rubrique)

(Chercheurs) Eudoxe de Cnide (astronome grec – 4e s. avjc)(Rubrique) – Claude Ptolémée – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles du Lièvre – Wikipedia

Sources :

ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionRémi Kaupp / Korrigan (wikimedia commons) – Orthogaffe (wikimedia commons) – Poulpy / Grum (wikimedia commons) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

La Licorne (constellation)

Constellation moderne relativement peu lumineuse ; située quelques degrés au-dessous de l’équateur céleste, elle est visible depuis une grande partie du globe terrestre, à l’exception des pôles . Elle occupe une grande partie de l’espace situé à l’intérieur du Triangle d’hiver, ce qui permet de la localiser facilement.

Abréviation/Symbole : Mon
Appelé aussi : (constellation de la) Licorne – Monoceros (latin nominatif) – Monocerotis (latin génitif)
Anglais : Monoceros
Chinois : 麒麟座 (qílín zuò)
Russe : Единорог (созвездие) (yedinorog, sozvezdiye – constellation)

Carte pour la constellation Licorne Produite à l'aide du logiciel PP3 - Orthogaffe / Korrigan - Wikimedia Commons

Hémisphère : Nord ou Sud ou Zénith
Observation : Hiver
Position :
 Équatorial (Eq 6), au sud de l’écliptique, avec projection de la Voie Lactée (VL 12)

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine : La constellation de la Licorne a vraisemblablement été nommée par l’astronome néerlandais Petrus Plancius en 1613 et cartographiée par Jakob Bartsch en 1624 . Heinrich Wilhelm Olbers et Ludwig Ideler indiquent cependant qu’elle apparaît sur des travaux datant de 1564 et Joseph Scaliger rapporte l’avoir vue sur un ancien globe céleste perse . Comme il s’agit d’une constellation moderne, la Licorne n’est pas associée à une quelconque mythologie : il s’agit ici de l’animal merveilleux ressemblant à un cheval et possédant une corne sur le front.


Cf. les fiches-clées :

Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Constellation – (Rubrique), équatoriale – (Inventaire), moderne – (Inventaire), zodiacale (Z) – (Inventaire) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère sud – (Inventaire)
Écliptique
Équateur – (Inventaire), céleste, galactique, terrestre – (Rubrique)
Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), visible (à l’œil nu) – (Inventaire)
Galaxie(Rubrique)(Inventaire) – Notre galaxie, La Voie lactée – (Rubrique)
Globe terrestre
Hémisphère (terrestre) sud – (Rubrique)

La Licorne (constellation) (rubrique)

Pôle – (Inventaire), galactique, nord (terrestre) – (Rubrique), nord galactique (voie lactée), sud (terrestre) – (Rubrique), sud galactique (voie lactée) – (Rubrique), sud céleste
Triangle d’hiver – (Rubrique)

(Chercheurs) Jakob Bartsch (astronome allemand – 1624)(Rubrique) – Ludwig Ideler – Pieter Dirkszoon Keyser (petrus theodori, navigateur et cartographe céleste néerlandais, xvie s.) – (Rubrique) – Heinrich (Wilhelm) Olbers (astronome et physicien allemand)(Rubrique) – Petrus Plancius (astronome et cartographe néerlandais – 1613) – (Rubrique) – Joseph (Juste) Scaliger – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles de la Licorne – Wikipedia

Sources :

ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionRémi Kaupp / Korrigan (wikimedia commons) – Orthogaffe (wikimedia commons) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

L’Indien (constellation)

Constellation de l’hémisphère sud.

Abréviation/Symbole : Ind
Appelé aussi : (constellation de l’) Indien – Indus (latin nominatif) – Indi (latin génitif) – Oiseau indien – Job (qu’il compose)
Anglais : Indus (constellation)
Chinois : 印第安座 (yìndì’ān zuò)
Russe : Индеец (созвездие) (indeyets, sozvezdiye – constellation)

Carte pour la constellation Indien Produite à l'aide du logiciel PP3 - Orthogaffe / Korrigan - Wikimedia Commons

La région qu’elle couvre, proche du pôle sud céleste, est relativement pauvre en étoiles et peu sont visibles à l’œil nu . L’acception Oiseau indien est relativement peu fréquente, en raison des risques de confusion avec la constellation de l’Oiseau de paradis.

Hémisphère : Sud
Position :
 Au sud / de l’équateur, au sud de l’écliptique, près du pôle sud céleste

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine : L’Indien est une constellation vraisemblablement inventée par les navigateurs néerlandais Pieter Dirkszoon Keyser et Frederick de Houtman à la fin du xvie siècle et introduite par Johann Bayer dans son Uranometria en 1603 . Elle est supposée représenter un Indien d’Amérique, que Bayer voulait honorer d’une place sur la voûte céleste . L’astronome Julius Schiller combina l’Indien et le Paon afin de former une constellation qu’il nomma d’après le personnage biblique Job (cette constellation – comme toutes les autres créations religieuses de schiller – ne rencontra pas de succès sur le long terme).


Cf. les fiches-clées :

Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Constellation – (Rubrique) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère sud – (Inventaire)
Écliptique
Équateur – (Inventaire), céleste, terrestre – (Rubrique)
Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), brillante – (Rubrique) – (Inventaire), visible (à l’œil nu) – (Inventaire)
Hémisphère (terrestre) sud – (Rubrique)

L’Indien (constellation) (rubrique)

Le Paon (constellation) – (Rubrique)
Pôle – (Inventaire), sud (terrestre) – (Rubrique), sud galactique (voie lactée) – (Rubrique), sud céleste (terre) – (Rubrique/Inventaire)
Uranometria (premier atlas céleste, cartographie du ciel austral – 1603 – johann bayer)

(Chercheurs) Johann Bayer (astronome) – (Rubrique) – Frederick (frederik) de Houtman (navigateur et cartographe céleste néerlandais, xvie s.) – (Rubrique) – Pieter Dirkszoon Keyser (petrus theodori, navigateur et cartographe céleste néerlandais, xvie s.) – (Rubrique) – Julius Schiller (astronome allemand) – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles de L’Indien – Wikipedia

Sources :

ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionRémi Kaupp / Korrigan (wikimedia commons) – Orthogaffe (wikimedia commons) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

L’Horloge (constellation)

Une des constellations les plus au sud de la voûte céleste, l’une des moins lumineuses d’une région déjà pauvre en étoiles.

Abréviation/Symbole : Hor
Appelé aussi : (constellation de l’) Horloge – Horologium (latin nominatif) – Horologii (latin génitif) – Horologium Oscillitorium (horloge à balancier en latin)
Anglais : Horologium (constellation)
Chinois : 时钟座 (shízhōng zuò)
Russe : Часы (созвездие) (chasy, sozvezdiye – constellation)

Carte pour la constellation Horloge Produite à l'aide du logiciel PP3 - Grum / Orthogaffe / Korrigan - Wikimedia Commons

Hémisphère : Sud
Position :
 Au sud de l’équateur, au sud de l’écliptique

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine : L’Horloge est une des 15 nouvelles constellations introduites par Nicolas-Louis de Lacaille afin de combler les derniers pans de ciel austral sans désignation . Appelée à l’origine Horologium Oscillitorium (horloge à balancier en latin), son nom a ensuite été raccourci pour être plus maniable . Cette dénomination était un hommage à Christian Huygens, inventeur, entre autres, de l’horloge à balancier.


Cf. les fiches-clées :

Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Austral (adjectif) – Ciel austral
Constellation – (Rubrique) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère sud – (Inventaire)
Écliptique
Équateur – (Inventaire), céleste, terrestre – (Rubrique)
Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), brillante – (Rubrique) – (Inventaire)
Hémisphère (terrestre) sud – (Rubrique)
Horloge à balancier, de Christian Huygens

L’Horloge (constellation) – (Rubrique)

Voûte céleste

(Chercheurs) Nicolas-Louis de Lacaille (astronome) – (Rubrique) – Christian (chritiaan) Huygens (huyghens) (astronome et physicien néerlandais)(Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles de l’Horloge – Wikipedia

Sources :

ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionRémi Kaupp / Korrigan (wikimedia commons) – Orthogaffe (wikimedia commons) – Poulpy / Grum (wikimedia commons) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

La Grue (constellation)

Constellation de l’hémisphère austral, située juste en dessous du Poisson austral, et qui ne contient pas beaucoup d’étoiles visibles à l’œil nu.

Abréviation/Symbole : Gru
Appelé aussi : (constellation de la) Grue – Grus (latin nominatif) – Gruis (latin génitif) – Krane (désuet) – Den Reygher (le héron, en néerlandais) – Phoenicopterus (le flamant, en latin)
Anglais : Grus (constellation)
Chinois : 天鹤座 (tiān hè zuò)
Russe : Журавль (созвездие) (zhuravl’, sozvezdiye – constellation)

Carte pour la constellation Grue Produite à l'aide du logiciel PP3 - Orthogaffe / Korrigan - Wikimedia Commons

Forme : Hexagone
Hémisphère :
 Sud
Observation : Au sud du Poisson austral
Position :
 Au sud de l’équateur, au sud de l’écliptique

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine : D’après Ian Ridpath, la Grue est une des douze constellations introduites à la fin du xvie siècle par les navigateurs et explorateurs néerlandais Pieter Dirkszoon Keyser et Frederik de Houtman à la suite de leurs observations du ciel austral . La constellation est représentée pour la première fois sur un globe céleste par Petrus Plancius et Jodocus Hondius en 1598 sous les noms de Krane et Grus (grue, respectivement en néerlandais et en latin) . Houtman la désigne Den Reygher (le héron, en néerlandais) dans son catalogue d’étoiles du ciel austral paru en 1603 mais Johann Bayer adopte la désignation Grus dans son Uranometria (premier atlas céleste à cartographier le ciel austral), qui paraît la même année à Augsbourg . Ultérieurement, la constellation est désignée Phoenicopterus (le flamant, en latin) par Paulus Merula (bibliothécaire de l’université de leyde) dans sa Cosmographiae Generalis qui paraît en 1605 . Phoenicopterus est repris sur un globe céleste fabriqué par Pieter van den Keere (Petrus Kaerius) en 1625 . La constellation est composée d’étoiles situées au sud du Poisson austral . Certaines de ses étoiles ont vraisemblablement relevé de celui-ci . C’est notamment le cas de l’étoile aujourd’hui connue comme γ Gruis : d’une part, l’Almageste de Ptolémée la répertorie parmi les étoiles du Poisson austral ; d’autre part, Aldhanab (son nom traditionnel, provient de l’arabe الذنب, al-ḏanab, qui signifie la queue) . L’abréviation Gru a été adoptée par l’Union astronomique internationale (uai) en 1922 . Ses limites ont été fixées par l’UAI à la suite des travaux d’Eugène Delporte parus en 1930.


Cf. les fiches-clées :

Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Austral (adjectif)
Cartographie – (Rubrique) – Cartographe – (Inventaire)
Catalogue d’étoiles du ciel austral de (frederick) Houtman (1603)
Ciel austral
Constellation – (Rubrique) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère sud – (Inventaire)
Cosmographiae Generalis (paulus merula, 1605)
Écliptique
Équateur – (Inventaire), céleste, terrestre – (Rubrique)

Étoile
 – (Rubrique) – (Inventaire), visible (à l’œil nu)(Inventaire)
Aldhanab (γ Gruis, étoile) (la queue de la grue) – (Rubrique)

Hémisphère, austral, (terrestre) sud – (Rubrique)

La Grue (constellation) – (Rubrique)

Le Poisson austral (constellation) – (Rubrique)
Uranometria (premier atlas céleste, cartographie du ciel austral – 1603 – johann bayer)

(Chercheurs) Johann Bayer (astronome) (Uranometria, 1603) – (Rubrique) – Eugène (Joseph) Delporte (astronome belge – 1930) – (Rubrique) – Jodocus Hondius (l’ancien) (josse de hond, cartographe – 1598) – (Rubrique) – Frederick (frederik) de Houtman (navigateur et cartographe céleste néerlandais – xvie s., 1603) – (Rubrique) – Pieter van den Keere (petrus kaerius) (1625) – Pieter Dirkszoon Keyser (petrus theodori, navigateur et cartographe céleste néerlandais – xvie s.)(Rubrique) – Paulus Merula (bibliothécaire – 1605) – (Rubrique) – Petrus Plancius (1598) – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles de la Grue – Wikipedia

Sources :

ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionRémi Kaupp / Korrigan (wikimedia commons) – Orthogaffe (wikimedia commons) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

Le Grand Chien (constellation)

Une des plus anciennes constellations, du fait de la présence de Sirius, l’étoile la plus brillante du ciel (après le soleil).

Abréviation/Symbole : CMa
Appelé aussi : (constellation du) Grand Chien – Canis Major (latin nominatif) – Canis Majoris (latin génitif) – Lélaps
Anglais : Canis Major
Chinois : 大犬座 (dà quǎn zuò)
Russe : Большой Пёс (bol’shoy pos)

Carte pour la constellation du fr:Grand Chien Produite à l'aide du logiciel PP3 - Grum / Orthogaffe / Korrigan - Wikimedia Commons

Hémisphère : Sud
Observation : Relativement loin de l’écliptique, elle n’est visible que quelques mois par an aux latitudes voisines de 45° nord . C’est vers le solstice d’été (21 juin) qu’elle n’est pas visible . Aux autres dates, elle est visible soit très tôt le matin (fin d’été – début automne) soit toute la nuit (fin automne – début hiver) soit le soir (fin hiver – début du printemps).
Position :
 Au sud de l’équateur, au sud de l’écliptique, avec projection de la Voie Lactée (VL 13).

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine / Histoire : Le Grand Chien possédant l’étoile la plus brillante du ciel est naturellement l’une des constellations les plus anciennes . Elle fait partie des 48 constellations répertoriées par Ptolémée dans son Almageste . Deux légendes se superposent pour expliquer à quel chien cette constellation se rapporte : tout d’abord Lélaps, le chien d’Actéon, ou celui de Procris, une nymphe de Diane, ou le chien d’Ulysse, que Zeus félicita pour avoir attendu vingt ans son maître, parti à la guerre de Troie malgré une ruse, sans manger ni boire, ou celui donné par l’Aurore à Céphale, tellement rapide qu’il fut capable de vaincre le Renard à la course et qu’il fut placé dans les cieux par Zeus en récompense . La deuxième légende raconte qu’il s’agit du chien de chasse d’Orion, pourchassant le Lièvre.


Cf. les fiches-clées :

Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Constellation – (Rubrique) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère sud – (Inventaire)
Écliptique
Équateur – (Inventaire), céleste, galactique, terrestre – (Rubrique)

Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), brillante – (Rubrique) – (Inventaire) – Sirius (étoile binaire) – (Rubrique) – Le Soleil, notre étoile – (Rubrique)

Galaxie
(Rubrique)(Inventaire) – Notre galaxie, La Voie lactée – (Rubrique)
Hémisphère (terrestre) sud – (Rubrique)

Le Grand Chien (constellation) (rubrique) – Le Petit Chien (constellation) – (Rubrique) – Les Chiens de chasse (constellation) – (Rubrique)

(Chercheurs) Claude Ptolémée (Almageste) – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles du Grand Chien – Wikipedia

Sources :

ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionRémi Kaupp / Korrigan (wikimedia commons) – Orthogaffe (wikimedia commons) – Poulpy / Grum (wikimedia commons) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

Le Fourneau (constellation)

Constellation extrêmement peu lumineuse de l’hémisphère sud.

Abréviation/Symbole : For
Appelé aussi : (constellation du) Fourneau – Fornax (latin nominatif) – Fornacis (latin génitif) – Fornax Chemica (le fourneau du chimiste – désuet)
Anglais : Fornax
Chinois : 天炉座 (tiān lú zuò)
Russe : Печь (созвездие) (pech’, sozvezdiye – constellation)

Carte pour la constellation Fourneau Produite à l'aide du logiciel PP3 - Orthogaffe / Korrigan - Wikimedia Commons

Hémisphère : Sud
Position :
 Au sud de l’équateur, au sud de l’écliptique

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine : Le Fourneau est l’une des 14 nouvelles constellations introduites par Nicolas-Louis de Lacaille en 1752 afin de combler les derniers espaces de ciel austral sans dénomination . Elle était originellement nommée Fornax Chemica (le fourneau du chimiste en latin) . Son nom peut également être rapproché de Fornax, la divinité romaine du pain et des fours ou au fourneau d’Héphaïstos, dieu grec du fer, du marteau et des fourneaux.


Cf. les fiches-clées :

Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Constellation – (Rubrique) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère sud – (Inventaire)
Écliptique
Équateur – (Inventaire), céleste, terrestre – (Rubrique)
Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), brillante – (Rubrique) – (Inventaire)
Hémisphère (terrestre) sud – (Rubrique)

Le Fourneau (constellation) (rubrique)

(Chercheurs) Nicolas-Louis de Lacaille (astronome – 1752)(Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles du Fourneau – Wikipedia

Sources :

ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionRémi Kaupp / Korrigan (wikimedia commons) – Orthogaffe (wikimedia commons) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

L’Éridan (constellation)

Par sa taille, c’est à la fois une constellation équatoriale et circumpolaire de l’hémisphère sud.

Abréviation/Symbole : Eri
Appelé aussi : (constellation de l’) Éridan – Eridanus (latin nominatif) – Eridani (latin génitif)
Anglais : Eridanus (constellation)
Chinois : 波江座 (bōjiāng zuò)
Russe : Эридан (созвездие) (eridan, sozvezdiye – constellation)

Carte pour la constellation Eridan Produite à l'aide du logiciel PP3 - Grum / Korrigan - Wikimedia Commons

Constellation de l’hémisphère sud, située aux abords d’Orion, du Taureau et de l’Hydre mâle . C’est la sixième constellation du ciel de par sa taille . De nombreuses étoiles la composent — dont trois étoiles de magnitude inférieure à 3 — principalement disposées selon une longue ligne sinueuse, à la manière d’une rivière.

Étoiles : 300
Hémisphère :
 Sud
Position :
 Équatorial (4), au sud de l’écliptique
Taille : 1 138 degrés carrés

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine : Cette constellation de l’hémisphère austral doit son nom à un fleuve de la mythologie grecque . On dit parfois qu’il s’agirait du Pô ou du Rhône mais certains Grecs, dont Diodore et Théon d’Alexandrie, assurent que le nom d’Eridan remplaça le nom du Nil, Eratosthène dit même qu’Aratus appelle Eridan le fleuve d’Orion . Elle fut répertoriée pour la première fois par Ptolémée, mais c’est William Herschel qui la catalogua en 1783 . Elle se terminait jadis à Acamar . Cette constellation d’Éridan offre la particularité de présenter une zone vide de toute galaxie sur un milliard d’années-lumières, ce qui en fait le plus grand vide connu dans l’univers . L’histoire raconte que le fils du Dieu soleil Phaéton était tombé dans ce fleuve et depuis celui-ci en porte le nom . Les Héliades, sœurs de Phaéton, firent éclater leurs douleurs et furent changées en Peupliers.


Cf. les fiches-clées :

Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Constellation – (Rubrique), circumpolaire – (Inventaire), équatoriale – (Inventaire) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère sud – (Inventaire)
Écliptique
Équateur – (Inventaire), céleste, galactique, terrestre – (Rubrique)
Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), brillante – (Rubrique) – (Inventaire) – Acamar
Galaxie(Rubrique)(Inventaire) – Notre galaxie, La Voie lactée – (Rubrique)
Hémisphère austral, (terrestre) sud – (Rubrique)

L’Éridan (constellation) – (Rubrique)

L’Hydre mâle (constellation) – (Rubrique) – Le Taureau (constellation) – (Rubrique)
Magnitude – (Rubrique/Inventaire), apparente, d’un astre – Étoile de troisième magnitude – (Rubrique) – (Inventaire)
Orion (constellation) – (Rubrique)

(Chercheurs) Aratus – Diodore – Eratosthène – William (Friedrich Wilhelm) Herschel (astronome germano-britannique – 1783) – (Rubrique) – Claude Ptolémée – (Rubrique) – Théon d’Alexandrie

Documentation (liens externes) :

Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles de l’Éridan – Wikipedia

Sources :

ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionRémi Kaupp / Korrigan (wikimedia commons) – Poulpy / Grum (wikimedia commons) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

L’Écu de Sobieski (constellation)

Petite constellation qui se trouve juste à l’est de la Queue du Serpent . Il s’agit de la 5e plus petite constellation, mais sa position sur la Voie lactée lui permet de posséder un certain nombre d’objets célestes intéressants.

Abréviation/Symbole : Sct
Appelé aussi : (constellation de l’) Écu de Sobieski – Le Bouclier – Scutum (latin nominatif) – Scuti (latin génitif)
Anglais : Scutum
Chinois : 盾牌座 (dùnpái zuò)
Russe : Щит (созвездие) (shchit, sozvezdiye – constellation)

Carte pour la constellation de l'fr:Ecu de Sobieski Produite à l'aide du logiciel PP3 - Grum / Orthogaffe / Korrigan - Wikimedia Commons

Hémisphère : Sud
Observation : Située à 10° en dessous de l’équateur céleste, cette constellation est quasiment visible depuis n’importe quelle latitude terrestre.
Position :
 Au sud de l’équateur, au sud de l’écliptique, avec projection de la Voie Lactée (VL 3)

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine : Une des seules constellations (avec la chevelure de bérénice) qui doive son nom à un personnage historique, en l’occurrence le roi Jean III Sobieski de Pologne . Il conduisit la défense de la Pologne et de Vienne contre les armées de l’Empire ottoman et gagna une bataille importante le 12 septembre 1683 . Sept ans plus tard, l’astronome polonais Johannes Hevelius nomma cette petite partie du ciel coincée entre l’Aigle et le Sagittaire en son honneur (scutum sobiescianum) . La dénomination officielle latine de la constellation a depuis été raccourcie à Scutum (l’écu) tout court.


Cf. les fiches-clées :

Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Constellation – (Rubrique), équatoriale – (Inventaire) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère sud – (Inventaire)
Écliptique
Équateur – (Inventaire), céleste, terrestre – (Rubrique)
Étoile – (Rubrique) – (Inventaire)
Galaxie(Rubrique)(Inventaire) – Centre galactique – (Inventaire) – Notre galaxie, La Voie lactée – (Rubrique) – Le centre (galactique) de la Voie Lactée – (Rubrique)
Hémisphère (terrestre) sud – (Rubrique)
L’Aigle (constellation) – (Rubrique)

L’Écu de Sobieski (constellation) – (Rubrique)

La Chevelure de Bérénice (constellation) – (Rubrique) – Latitude terrestre – Le Sagittaire (constellation) – (Rubrique)
Le Serpent (constellation)  – (Rubrique) – La Queue du Serpent – (Rubrique)

(Chercheurs) Johannes Hevelius (astronome polonais)(Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles de l’Écu de Sobieski – Wikipedia

Sources :

ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionRémi Kaupp / Korrigan (wikimedia commons) – Orthogaffe (wikimedia commons) – Poulpy / Grum (wikimedia commons) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

La Dorade (constellation)

Constellation de l’hémisphère sud.

Abréviation/Symbole : Dor
Appelé aussi : (constellation de la) Dorade – Dorado (latin nominatif) – Doradus (latin génitif) – Le poisson-épée – L’espadon – Requin
Anglais : Dorado
Chinois : 劍魚座 (jiàn yú zuò)
Russe : Золотая Рыба (zolotaya rybka)

Carte pour la constellation Dorade Produite à l'aide du logiciel PP3 - Orthogaffe / Korrigan - Wikimedia Commons

La Dorade est très peu lumineuse . Aucune de ses étoiles ne dépasse la quatrième magnitude . L’objet le plus notable de la Dorade est le Grand Nuage de Magellan, atteignant, lui, la magnitude 0,1.

Hémisphère : Sud
Observation : Seules ses étoiles les plus au nord peuvent être aperçues au-dessus de 20° de latitude nord et elle s’étend quasiment jusqu’au pôle sud céleste.
Position :
 Au sud de l’équateur, au pôle sud de l’écliptique

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine/Histoire : La Dorade est l’une des 11 constellations inventées par les navigateurs néerlandais Pieter Dirkszoon Keyser et Frederick de Houtman entre 1595 et 1597 . Elle fut popularisée par Johann Bayer lors de la publication de son Uranometria en 1603 . Sa disposition tout en longueur rappelle également le poisson-épée, comme elle est parfois appelée . Elle a également été répertoriée sous le nom de l’espadon ou encore du requin au cours de l’histoire.


Cf. les fiches-clées :

Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Constellation – (Rubrique), équatoriale – (Inventaire) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère sud – (Inventaire)
Écliptique
Équateur – (Inventaire), terrestre – (Rubrique)
Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), de quatrième magnitude – (Rubrique) – (Inventaire)
Grand Nuage de Magellan (GNM)(Rubrique) – Hémisphère (terrestre) sud – (Rubrique)

La Dorade (constellation) – (Rubrique)

Pôle – (Inventaire), sud (terrestre) – (Rubrique), sud céleste – (Rubrique), sud de l’écliptique (PS éclipt.) – (Rubrique)

(Chercheurs) Johann Bayer (Uranometria, 1603) – (Rubrique) – Frederick de Houtman (1595-97) – (Rubrique) – Pieter Dirkszoon Keyser (1595-97) – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles de la Dorade – Wikipedia

Sources :

ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionRémi Kaupp / Korrigan (wikimedia commons) – Orthogaffe (wikimedia commons) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

La Croix du Sud (constellation)

Petite constellation de l’hémisphère sud, la plus petite de toutes les constellations ; dont un amas d’étoiles est appelé la boîte a bijoux (ngc 4755).

Abréviation/Symbole : Crux – Cru – CRUX
Appelé aussi : (constellation de la) Croix du Sud – Crux (latin nominatif) – Crucis (latin génitif)
Anglais : Crux
Chinois : 南十字座 (nán shízì zuò)