Le Sculpteur (constellation)

Constellation de l’hémisphère sud, peu lumineuse.

Abréviation/Symbole : Scl
Appelé aussi : (constellation du) Sculpteur – Sculptor (latin nominatif) – Sculptoris (latin génitif) – L’Atelier du sculpteur – Dédale – Icare
Anglais : Sculptor (constellation)
Chinois : 玉夫座 (yùfū zuò)
Russe : Скульптор (созвездие) (skul’ptor, sozvezdiye – constellation)

Carte pour la constellation Sculpteur Produite à l'aide du logiciel PP3 - Orthogaffe / Korrigan - Wikimedia Commons

Constellations voisines : Baleine, fourneau, grue, phénix, poisson austral (PsA), verseau
Étoiles : α Scl, β Scl, γ Scl (gamma), δ Scl (delta), R Sculptoris (géante rouge)
Étoiles brillantes :
 0
Forme apparente :
 Lettre y
Hémisphère :
 Sud
Objets : NGC 253, NGC 55
Observation : Entre 50° Nord et 90° Sud
Position :
 Au sud de l’équateur, au sud de l’écliptique, avec projection du pôle sud galactique (PS gal.), de la Voie lactée

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine : Introduite par Nicolas-Louis de Lacaille en 1752 en même temps que 13 autres pour nommer un pan du ciel austral sans dénomination, elle était originellement nommée L’Atelier du sculpteur avant que son nom soit raccourci . Chez les Grecs, on l’identifie parfois à Dédale ou à Icare.


Cf. les fiches-clées :

Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Constellation – (Rubrique), ancienne – (Inventaire), équatoriale – (Inventaire), faible (peu lumineuse) – (Inventaire), moderne – (Inventaire) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère sud – (Inventaire) – Petite constellation – (Inventaire)
Écliptique – Sud de l’écliptique – (Rubrique/Inventaire)
Équateur – (Inventaire), céleste, galactique, terrestre – (Rubrique) – Sud de l’équateur – (Rubrique/Inventaire)
Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), brillante – (Rubrique) – (Inventaire), visible (à l’œil nu) – (Inventaire) – R Sculptoris (géante rouge) 
Galaxie(Rubrique)(Inventaire) – Centre galactique – (Inventaire) – Notre galaxie, La Voie lactée – (Rubrique) – Le centre (galactique) de la Voie Lactée – (Rubrique)
Hémisphère (terrestre) sud – (Rubrique)

La Baleine (constellation) – (Rubrique) – La Grue (constellation) – (Rubrique)
Le Fourneau (constellation) – (Rubrique) – Le Phénix (constellation) – (Rubrique) – Le Poisson austral (constellation) – (Rubrique) – Le Sculpteur (rubrique) – Le Verseau (constellation) – (Rubrique)

Pôle – (Inventaire), galactique, nord (terrestre) – (Rubrique), nord galactique (voie lactée), sud (terrestre) – (Rubrique), sud galactique (PS gal., voie lactée) – (Rubrique), sud céleste – (Rubrique/Inventaire)

(Chercheurs) Nicolas-Louis de Lacaille (astronome – 1752) – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Sculpteur (constellation) – Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles du Sculpteur – Wikipedia

Sources :

ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionRémi Kaupp / Korrigan (wikimedia commons) – Orthogaffe (wikimedia commons) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

Le Serpent (constellation)

Constellation qui représente le serpent dompté par Ophiuchus (le serpentaire).

Sidney Hall - Urania's Mirror - Taurus Poniatowski, Serpentarius, Scutum Sobiesky, and Serpens.jpg - Wikipedia

Abréviation/Symbole : Ser
Appelé aussi : (constellation du) Serpent – SERPENT – Serpens (latin nominatif) – SERPENS – Serpentis (latin génitif) – Ladon
Anglais : Serpens
Chinois : 巨蛇座 (jù shé zuò)
Russe : Змея (созвездие) (zmeya, sozvezdiye – constellation)

Serpens constellation map-fr.png - Wikimedia Commons

C’est la seule constellation divisée en deux parties : la Tête et la Queue du Serpent sont séparées par l’entreposition d’Ophiuchus, mais leurs étoiles sont nommés comme si elles faisaient partie d’une zone contiguë et la désignation génitive Serpentis est utilisée pour toutes les deux . La Tête du Serpent se trouve principalement dans l’hémisphère céleste nord, la Queue du Serpent essentiellement dans l’hémisphère céleste sud.

Hémisphère : Nord (tête) et Sud (queue)
Observation : Aucune des étoiles du Serpent n’est plus brillante que la 3e magnitude, ce qui rend la constellation assez difficile à discerner.
Position :
 Équatorial (Eq 12), au nord de l’écliptique

Origine : Le Serpent est une constellation ancienne, bien que sa symbolique première soit inconnue . Il s’identifie dans la mythologie grecque soit au serpent qui révéla à Asclépios les secrets de la médecine, soit au serpent qu’Apollon tua dans sa jeunesse, soit à Ladon quand Héraclès l’a tué . En conséquence, il est toujours représenté porté par l’Ophiuchus, celui-ci contrôlant le pouvoir de l’animal . Serpent était l’une des 48 constellations identifiées par Ptolémée.

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation


Cf. les fiches-clées :

Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Constellation – (Rubrique), ancienne – (Inventaire), équatoriale – (Inventaire), zodiacale (Z) – (Inventaire) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère nord – (Inventaire), de l’hémisphère sud – (Inventaire) – Petite constellation – (Inventaire)
Désignation génitive
Écliptique – Nord de l’écliptique (terrestre) – (Rubrique/Inventaire)
Équateur – (Inventaire), céleste, galactique, terrestre – (Rubrique)
Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), brillante – (Rubrique) – (Inventaire), de troisième magnitude – (Rubrique) – (Inventaire), visible (à l’œil nu) – (Inventaire)
Hémisphère (terrestre) nord – (Rubrique), Hémisphère (terrestre) sud – (Rubrique)

Le Serpent (rubrique) – La Tête du Serpent – (Rubrique) – La Queue du Serpent – (Rubrique) 
Ophiuchus (constellation)
 – (Rubrique)

(Chercheurs) Sidney Hall (cartographe britannique) – (Rubrique) – Claude Ptolémée – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Serpent (constellation) – Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles du Serpent – Wikipedia

Sources :

ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionSidney Hall – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

Le Sextant (constellation)

Constellation très peu lumineuse, située sur l’équateur céleste, d’où elle peut être vue quasiment de n’importe quelle latitude, sauf aux pôles.

Abréviation/Symbole : Sex
Appelé aussi : (constellation du) Sextant – Sextans (latin nominatif) – SEXTANS – Sextantis (latin génitif) – Suaire du Christ (rheita)
Anglais : Sextans
Chinois : 六分仪座 (liù fēn yí zuò)
Russe : Секстант (созвездие) (sekstant, sozvezdiye – constellation)

Carte pour la constellation Sextant Produite à l'aide du logiciel PP3 - Orthogaffe / Korrigan - Wikimedia Commons

Étoiles : α Sex, β Sex, γ Sex
Hémisphère :
 …
Observation : …
Position :
 Équatorial (Eq 9), au sud de l’écliptique

SextansCC.jpg - Wikipedia

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine : Introduite par Johannes Hevelius en 1690, elle tire son nom d’un appareil de mesure permettant de mesurer la hauteur d’un astre au-dessus de l’horizon, instrument qu’Hevelius utilisait précisément pour ses relevés . Avant Hevelius, le moine Antoine de Rheita créa en 1643 à cet emplacement du ciel le Suaire du Christ, une constellation qui tomba rapidement en désuétude avant d’être remplacée par le Sextant.


Cf. les fiches-clées :

Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Constellation – (Rubrique), ancienne – (Inventaire), équatoriale – (Inventaire), faible (peu lumineuse) – (Inventaire), moderne – (Inventaire) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère nord – (Inventaire), de l’hémisphère sud – (Inventaire) – Petite constellation – (Inventaire)
Écliptique – Sud de l’écliptique – (Rubrique/Inventaire)
Équateur – (Inventaire), céleste, galactique, terrestre – (Rubrique)
Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), brillante – (Rubrique) – (Inventaire), visible (à l’œil nu) – (Inventaire)
Hémisphère (terrestre) nord – (Rubrique), Hémisphère (terrestre) sud – (Rubrique)

Pôle – (Inventaire), galactique, nord (terrestre) – (Rubrique), nord galactique (voie lactée), sud (terrestre) – (Rubrique), sud galactique (voie lactée) – (Rubrique), sud céleste – (Rubrique/Inventaire)

(Chercheurs) Johannes Hevelius (astronome polonais – 1690) – (Rubrique) – Antoine (anton / antonius, maria schyriaeus) de Rheita (moine, astronome et opticien) – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Sextant (constellation) – Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles du Sextant – Wikipedia

Sources :

ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionRémi Kaupp / Korrigan (wikimedia commons) – Orthogaffe (wikimedia commons) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

La Table (constellation)

Constellation de l’hémisphère sud, peu lumineuse.

Abréviation/Symbole : Men
Appelé aussi : (constellation de la) Table – Mensa (latin nominatif) – MENSA – Mensae (latin génitif) – Mensa Mons (la montagne-table)
Anglais : Mensa (constellation)
Chinois : 山案座 (shān àn zuò)
Russe : Столовая Гора (созвездие) (stolovaya gora, sozvezdiye – constellation)

Carte pour la constellation Table Produite à l'aide du logiciel PP3 - Grum / Orthogaffe / Korrigan - Wikimedia Commons

Elle découpe un pan de ciel quasiment vide d’étoiles et d’objets célestes.

Hémisphère : Sud
Observation : Elle est de plus impossible à observer au nord de l’équateur.
Position :
 Au sud de l’équateur, au sud de l’écliptique

Constellation Mensa.jpg - Wikimedia Commons

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine : Elle fut introduite par Nicolas-Louis de Lacaille en 1752 afin de combler un pan du ciel austral sans dénomination . Originellement nommée Mensa Mons (la montagne-table), son nom vient de la montagne dominant Le Cap, en Afrique du Sud, où Nicolas-Louis de Lacaille réalisait ses relevés.


Cf. les fiches-clées :

Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Ciel austral
Constellation – (Rubrique), lumineuse – (Inventaire), moderne – (Inventaire) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère sud – (Inventaire) – Petite constellation – (Inventaire)
Écliptique
Équateur – (Inventaire), céleste, terrestre – (Rubrique)
Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), brillante – (Rubrique), visible (à l’œil nu) – (Inventaire)
Hémisphère (terrestre) sud – (Rubrique)
Objet (spatial) – (Inventaire)

(Chercheurs) Nicolas-Louis de Lacaille (astronome – 1752) – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Table (constellation) – Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles de la Table – Wikipedia

Sources :

ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionRémi Kaupp / Korrigan (wikimedia commons) – Orthogaffe (wikimedia commons) – Poulpy / Grum (wikimedia commons) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

Le Réticule (constellation)

Constellation de l’hémisphère sud, l’une des plus petites et les moins lumineuses du ciel.

Abréviation/Symbole : Ret
Appelé aussi : (constellation du) Réticule (xixe s) – Reticulum (latin nominatif) – Reticuli (latin génitif) – Rhombus (le rhombe) – Réticule Rhomboïde
Anglais : Reticulum
Chinois : 网罟座 (wǎng gǔ zuò)
Russe : Сетка (созвездие) (setka, sozvezdiye – constellation)

Reticulum constellation map-fr.png - Wikimedia commons

Hémisphère : Sud
Observation : …
Position :
 Au sud de l’équateur, au sud de l’écliptique

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine : La constellation fut créée en 1621 par Isaac Habrecht (et peut-être indépendamment par jakob bartsch en 1624), qui la nomma Rhombus, le Rhombe. Réintroduite par Nicolas-Louis de Lacaille en 1752, elle prit le nom de Réticule Rhomboïde avant d’être simplement nommée Réticule au xixe siècle . Comme plusieurs autres constellations modernes, elle porte le nom d’un appareil scientifique, un réticule étant  un dispositif de visées dans une lunette permettant de mesurer la position des étoiles.


Cf. les fiches-clées :

Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Constellation – (Rubrique), ancienne – (Inventaire), faible (peu lumineuse) – (Inventaire), moderne – (Inventaire) – Les constellations – (Inventaire),  de l’hémisphère sud – (Inventaire) – Petite constellation – (Inventaire)
Écliptique – Sud de l’écliptique – (Rubrique/Inventaire)
Équateur – (Inventaire), céleste, terrestre – (Rubrique) – Sud de l’équateur – (Rubrique/Inventaire)
Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), brillante – (Rubrique) – (Inventaire), visible (à l’œil nu) – (Inventaire) – Déterminer la position d’une étoile – (Rubrique)
Hémisphère (terrestre) sud – (Rubrique)
Lunette astronomique (télescope réfracteur) – (Inventaire)

(Chercheurs) Jakob Bartsch (astronome allemand – 1624) – (Rubrique) – Isaac Habrecht (horloger suisse – 1621) – (Rubrique) – Nicolas-Louis de Lacaille (astronome – 1752) – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Réticule (constellation) – Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles du Réticule – Wikipedia

Sources :

ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google Traduction – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

La Règle (constellation)

Constellation de l’hémisphère sud, faiblement visible .

Abréviation/Symbole : Nor – NOR
Appelé aussi : (constellation de la) Règle – Norma (latin nominatif) – NORMA – Normae (latin génitif) – L’Équerre et la règle – L’EQUERRE – Triangle du sud – Carré d’Euclide
Anglais : Norma (constellation)
Chinois : 矩尺座 (jǔ chǐ zuò)
Russe : Наугольник (созвездие) (naugol’nik, sozvezdiye – constellation)

Carte pour la constellation Règle Produite à l'aide du logiciel PP3 - - Orthogaffe / Korrigan - Wikimedia Commons

Hémisphère : Sud
Observation : …
Position :
 Au sud de l’équateur, au sud de l’écliptique

Constellation Norma.jpg - Wikimedia Commons

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine : La constellation de la Règle fut créée par Nicolas-Louis de Lacaille en 1752 afin de remplir les derniers pans de ciel austral sans dénomination . Comme beaucoup des 14 autres constellations créées par Lacaille, elle porte le nom d’un appareil scientifique . Il l’appela d’ailleurs à l’origine L’Équerre et la Règle, outils utilisés à l’époque pour bâtir les charpentes . Elle fut également appelée Triangle du sud (sans lien avec l’actuel triangle austral) et Carré d’Euclide.


Cf. les fiches-clées :

Les 14 constellations crées par Lacaille – (Inventaire)
Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Ciel austral
Constellation – (Rubrique), faible (peu lumineuse) – (Inventaire), moderne – (Inventaire) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère sud – (Inventaire) – Petite constellation – (Inventaire)
Écliptique – Sud de l’écliptique – (Rubrique/Inventaire)
Équateur – (Inventaire), céleste, terrestre – (Rubrique) – Sud de l’équateur – (Rubrique/Inventaire)
Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), brillante – (Rubrique) – (Inventaire), visible (à l’œil nu) – (Inventaire)
Hémisphère (terrestre) sud – (Rubrique)

Le Triangle austral (constellation) – (Rubrique)

(Chercheurs) Johann Bayer (astronome) – (Rubrique) – Nicolas-Louis de Lacaille (astronome – 1752) – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Règle (constellation) – Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles de la Règle – Wikipedia

Sources :

ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionRémi Kaupp / Korrigan (wikimedia commons) – Orthogaffe (wikimedia commons) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

Le Phénix (constellation)

Constellation de l’hémisphère sud, peu lumineuse.

Abréviation/Symbole : Phe – PHE
Appelé aussi : (constellation du) Phénix – Phoenix (latin nominatif) – PHOENIX – Phoenicis (latin génitif)
Anglais : Phoenix (constellation)
Chinois : 凤凰座 (fènghuáng zuò)
Russe : Феникс (созвездие) (feniks, sozvezdiye – constellation)

Carte pour la constellation Phénix Produite à l'aide du logiciel PP3 - Grum / Korrigan - Wikimedia Commons

Hémisphère : Sud
Observation : Elle peut être observée par les habitants de l’hémisphère nord à moins de 30° de latitude.
Position :
 Au sud de l’équateur, au sud de l’écliptique

Constellation Phénix - Till credner - Wikimedia Commons

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine : La constellation du Phénix est relativement moderne . Les astronomes arabes incluaient ses étoiles dans l’Éridan . Elle fut introduite par les navigateurs néerlandais Pieter Dirkszoon Keyser et Frederick de Houtman à la fin du xvie siècle sous son nom actuel et inventoriée par l’astronome Johann Bayer en 1603 dans son Uranometria.


Cf. les fiches-clées :

Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Astronome – (Inventaire) – Les astronomes arabes – (Inventaire)
Constellation – (Rubrique), ancienne – (Inventaire), équatoriale – (Inventaire), faible (peu lumineuse) – (Inventaire), moderne – (Inventaire) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère nord – (Inventaire), de l’hémisphère sud – (Inventaire)
Écliptique – Sud de l’écliptique – (Rubrique/Inventaire)
Équateur – (Inventaire), céleste, terrestre – (Rubrique) – Sud de l’équateur – (Rubrique/Inventaire)
Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), brillante – (Rubrique) – (Inventaire), visible (à l’œil nu) – (Inventaire)
Hémisphère (terrestre) sud – (Rubrique)

L’Éridan (constellation) – (Rubrique)

Uranometria (premier atlas céleste, cartographie du ciel austral – 1603 – johann bayer) 

(Chercheurs) Johann Bayer (astronome – 1603) – (Rubrique) – Frederick (frederik) de Houtman (navigateur et cartographe céleste néerlandais, fin du xvie) – (Rubrique) – Pieter Dirkszoon Keyser (petrus theodori, navigateur et cartographe céleste néerlandais, fin du xvie) – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Phénix (constellation) – Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles du Phénix – Wikipedia

Sources :

ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionRémi Kaupp / Korrigan (wikimedia commons) – Poulpy / Grum (wikimedia commons) – Till Credner (wikimedia commons) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia