L’Hydre (constellation)

La plus vaste et la plus longue des 88 constellations.

Abréviation/Symbole : Hya
Appelé aussi : (constellation de l’) Hydre – Hydra (latin nominatif) – Hydrae (latin génitif) – Hydre femelle (pour éviter la confusion avec l’hydre mâle) – L’Hydre de Lerne – Ningishzida (mésopotamie antique)
Anglais : Hydra (constellation)
Chinois : Гидра (созвездие) (gidra, sozvezdiye – constellation)
Russe : 长蛇座 (cháng shé zuò)

Carte pour la constellation Hydre Produite à l'aide du logiciel PP3 - Orthogaffe / Korrigan - Wikimedia Commons

Malgré sa taille, elle ne contient que deux étoiles réellement brillantes.

Dimensions : S’étend sur plus de 1 300 degrés carrés.
Étoiles brillantes : 2
Forme : Ressemble un peu à Nessie, le monster du Loch Ness.
Hémisphère :
Nord et Sud
Observation : Entre 60° Nord et 90° Sud . Très difficile à observer car très éparpillée . La tête de l’Hydre se trouve au sud du Cancer et son corps sinueux s’étend jusqu’à la Balance . Aux latitudes septentrionales moyennes, elle met plus de six heures pour se lever.
Position :
 Équatorial (Eq 8), au sud de l’écliptique

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine : La constellation de l’Hydre fut citée par Aratos puis par Ptolémée (répertoriée dans son almageste) . Elle représente l’Hydre de Lerne, tuée par Hercule dans le cadre de ses douze travaux . Dans la Mésopotamie antique, elle est associée au dieu Ningishzida.


Cf. les fiches-clées :

Almageste (catalogue céleste de ptolémée) – (Rubrique/Inventaire)
Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Constellation – (Rubrique), équatoriale – (Inventaire) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère nord – (Inventaire), de l’hémisphère sud – (Inventaire)
Écliptique
Équateur – (Inventaire), céleste, terrestre – (Rubrique)
Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), brillante – (Rubrique) – (Inventaire)
Hémisphère (terrestre) nord – (Rubrique), Hémisphère (terrestre) sud – (Rubrique)

L’Hydre (femelle, constellation) (rubrique) – L’Hydre mâle (constellation) – (Rubrique) – Tête de l’Hydre (femelle) – (Rubrique)

La Balance (constellation) – (Rubrique) – Latitudes septentrionales moyennes – Le Cancer (constellation) – (Rubrique)

(Chercheurs) Aratos (aratus) de Soles – (Rubrique) – Claude Ptolémée (almageste) – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles de L’Hydre – Wikipedia

Sources :

ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionRémi Kaupp / Korrigan (wikimedia commons) – Orthogaffe (wikimedia commons) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

Publicités

L’Éridan (constellation)

Par sa taille, c’est à la fois une constellation équatoriale et circumpolaire de l’hémisphère sud.

Abréviation/Symbole : Eri
Appelé aussi : (constellation de l’) Éridan – Eridanus (latin nominatif) – Eridani (latin génitif)
Anglais : Eridanus (constellation)
Chinois : 波江座 (bōjiāng zuò)
Russe : Эридан (созвездие) (eridan, sozvezdiye – constellation)

Carte pour la constellation Eridan Produite à l'aide du logiciel PP3 - Grum / Korrigan - Wikimedia Commons

Constellation de l’hémisphère sud, située aux abords d’Orion, du Taureau et de l’Hydre mâle . C’est la sixième constellation du ciel de par sa taille . De nombreuses étoiles la composent — dont trois étoiles de magnitude inférieure à 3 — principalement disposées selon une longue ligne sinueuse, à la manière d’une rivière.

Étoiles : 300
Hémisphère :
 Sud
Position :
 Équatorial (4), au sud de l’écliptique
Taille : 1 138 degrés carrés

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine : Cette constellation de l’hémisphère austral doit son nom à un fleuve de la mythologie grecque . On dit parfois qu’il s’agirait du Pô ou du Rhône mais certains Grecs, dont Diodore et Théon d’Alexandrie, assurent que le nom d’Eridan remplaça le nom du Nil, Eratosthène dit même qu’Aratus appelle Eridan le fleuve d’Orion . Elle fut répertoriée pour la première fois par Ptolémée, mais c’est William Herschel qui la catalogua en 1783 . Elle se terminait jadis à Acamar . Cette constellation d’Éridan offre la particularité de présenter une zone vide de toute galaxie sur un milliard d’années-lumières, ce qui en fait le plus grand vide connu dans l’univers . L’histoire raconte que le fils du Dieu soleil Phaéton était tombé dans ce fleuve et depuis celui-ci en porte le nom . Les Héliades, sœurs de Phaéton, firent éclater leurs douleurs et furent changées en Peupliers.


Cf. les fiches-clées :

Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Constellation – (Rubrique), circumpolaire – (Inventaire), équatoriale – (Inventaire) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère sud – (Inventaire)
Écliptique
Équateur – (Inventaire), céleste, galactique, terrestre – (Rubrique)
Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), brillante – (Rubrique) – (Inventaire) – Acamar
Galaxie(Rubrique)(Inventaire) – Notre galaxie, La Voie lactée – (Rubrique)
Hémisphère austral, (terrestre) sud – (Rubrique)

L’Éridan (constellation) – (Rubrique)

L’Hydre mâle (constellation) – (Rubrique) – Le Taureau (constellation) – (Rubrique)
Magnitude – (Rubrique/Inventaire), apparente, d’un astre – Étoile de troisième magnitude – (Rubrique) – (Inventaire)
Orion (constellation) – (Rubrique)

(Chercheurs) Aratus – Diodore – Eratosthène – William (Friedrich Wilhelm) Herschel (astronome germano-britannique – 1783) – (Rubrique) – Claude Ptolémée – (Rubrique) – Théon d’Alexandrie

Documentation (liens externes) :

Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles de l’Éridan – Wikipedia

Sources :

ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionRémi Kaupp / Korrigan (wikimedia commons) – Poulpy / Grum (wikimedia commons) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

Le Dragon (constellation)

Huitième constellation par la taille . De forme sinueuse, elle est composée d’une longue suite d’étoiles qui longe une partie de la Petite Ourse.

Abréviation/Symbole : Dra
Appelé aussi : (constellation du) Dragon – Draco (latin nominatif) – Draconis (latin génitif)
Anglais : Draco (constellation)
Chinois : 天龙座 (tiānlóng zuò)
Russe : Дракон (созвездие) (drakon, sozvezdiye – constellation)

Carte pour la constellation Dragon Produite à l'aide du logiciel PP3 - Orthogaffe / Korrigan - Wikimedia Commons

Malgré sa longueur, elle ne contient pas d’étoile véritablement brillante.

Hémisphère : Nord
Observation : entre 90° Nord et 15° Sud
Position :
 Au nord de l’équateur, au pôle nord de l’écliptique

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine : Le Dragon était l’une des 48 constellations identifiées par Ptolémée.


Cf. les fiches-clées :

Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Constellation – (Rubrique) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère nord – (Inventaire)
Écliptique
Équateur – (Inventaire), céleste, terrestre – (Rubrique)
Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), brillante – (Rubrique) – (Inventaire)
Hémisphère (terrestre) nord – (Rubrique)
La Petite Ourse (constellation) – (Rubrique)

Le Dragon (constellation) – (Rubrique)

Pôle – (Inventaire), nord (terrestre) – (Rubrique), nord de l’écliptique

(Chercheurs) Claude Ptolémée – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles du Dragon – Wikipedia

Sources :

ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionRémi Kaupp / Korrigan (wikimedia commons) – Orthogaffe (wikimedia commons) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia