Nicole Reine Lepaud

Astronome et mathématicienne française.

Abréviation :
Anglais :
Chinois :()
Russe :()

– image –

Missions : Retour de la comète de Halley

Domaines : Astronomes, comète de halley, mathématiciens


Les fiches-clées :

Comète – (Rubrique), de Halley
Les comètes (les célèbres et les types) – (Inventaire)
|Cométaire (adjectif)

Le retour de la comète de Halley (avril 1759)

Chercheurs, spécialistes, enseignants, vulgarisateurs :

Astronome(Rubrique) – (Inventaire) – Alexie Cleraud (mathématicien français – 1758-1759) – (Rurbrique) – Edmond Halley (Edmundus Halleius) (astronome et ingénieur britannique)(Rubrique) – Joseph Jérôme Lefrançois de Lalande (Jérome Lalande) (Le Français de la Lande) (astronome français – 1803)(Rubrique) – Nicole Reine Lepaud (astronome et mathématicienne française) – (Rubrique) – Mathématicien – (Rubrique) – (Inventaire)

Ailleurs dans le site :

(Accueil du site) Mathématicien – (Rubrique) – (Inventaire)

Documentation (liens externes) :

OFF – Page Wikipedia

(Vidéos) Nicole Reine Lepaud : la grande figure oubliée de l’astronomie – Association Française d’Astronomie (AFA) (youtube) –

Sources & Outils :

Association Française d’Astronomie (AFA) – ВикипедияBing – Ciel & espace – CopyLess 2 – ECOSIA – Google FranceGoogle images – Google Traduction – Le Robert-Dixel MobileNotes (iOS) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – WikipédiaWiktionnaire – WordPress.com – YouTube

2012 TC4 (astéroïde)

Astéroïde géocroiseur.

Appelé aussi : 2012TC4
Anglais : 2012 TC4
Chinois : 2012 TC4
Russe : 2012 TC4

2012 TC4 observed (annotated) - Near Earth Asteroid 2012 TC4 appears as a dot at the centre of this composite of 37 individual 50-second exposures obtained with the FORS2 instrument on ESO’s Very Large Telescope. The asteroid is marked with a circle for a better identification. The individual images have been shifted to compensate for the motion of the asteroid, so that the background stars and galaxies appear as bright trails. At magnitude 27, this is the faintest Near Earth Asteroid so far measured. - eso.org

Composition : Objet rocheux
Dimensions :
10-12 mètres
Orbite solaire : 609 jours
Réflexion lumineuse : 40%
Vitesse : 7,6 kilomètres par seconde

Close approach fact sheet for asteroid 2012 TC4 - NEAR-EARTH OBJECTS - space situational awareness - esa

Croisements terrestres : Jeudi 12 octobre 2017 (43780 kilomètres) – 19 octobre 2050 – 2079 (impact, désintégration dans le ciel terrestre)
Observatoires :
 Observatoire de l’université de narino (colombie), observatoire du Haleakalā (hawaï), vlt (eso, chili)
Première observation : Observatoire du Haleakalā (hawaï)
Surveillance : Système de défense de la nasa

Domaines : Astéroïdes (géocroiseurs), planétologie


Cf. les fiches-clées :

2012 TC4 (astéroïde) – (Rubrique)

Astéroïde – (Rubrique), géocroiseur (NEA, near earth asteroids) – (Rubrique)
Les astéroïdes (les célèbres, les types et familles) – (Inventaire), géocroiseurs –  (Inventaire)

Observatoire de l’université de narino (colombie) – (Rubrique) – Observatoire du Haleakalā (hawaï) – (Rubrique) – Observatoire européen austral (ESO, chili) – (Rubrique)

Planétologie – (Rubrique) – Glossaire planétologique (rubrique)
Very large télescope (VLT, eso – chili) – (Rubrique)

Chercheurs/Spécialistes :

Olivier Hainaut (eso) – (Rubrique) – Michael Kelley (astronome – division étude des planètes – nasa) – (Rubrique) – Detlef Koschny (co-directeur du segment objets géocroiseurs – esa) – (Rubrique) – Marco Micheli (esa) – (Rubrique) – Planétologue – (Rubrique) – (Inventaire) – Alberto Quijano Vodniza (observatoire de l’université de narino, colombie) – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Page Wikipedia

(Fiches) Close approach fact sheet for asteroid 2012 TC4 – space situational awareness – esa –

(Articles) Un astéroïde frôle la Terre : « Grand succès » pour le système de défense de la Nasa – RTL FUTUR –

(Vidéos) 2012 TC4 moving across the sky on Oct 11, 2017 – University of Maryland –
(Animations) L’orbite de 2012 TC4 perturbée par la gravitation terrestre – Wikimedia Commons –

Sources & Outils :

AFP – ВикипедияBing – Detlef Koschny – ECOSIA – ESA – ESO – Google FranceGoogle images – Google Traduction – Olivier Hainaut – HO – IGO – Michael Kelley – Detlef Koschny – Julien Lausson (numerama) – Le Robert-Dixel Mobile – Marco Micheli – NASA – NEOCC (esa) – numerama – RTL FUTUR – SCIENCES (numerama) – Tony873004 (Wikimedia commons) – UNIVERSITY OF MARYLAND – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – WikipédiaWiktionnaire – WordPress.com

Sedna

Planète naine transneptunienne.

Selon la déesse inuite de la mer, qui selon la mythologie vivrait dans les profondeurs glaciales de l’océan Arctique (michael e. brown).

Appelé aussi : (90377) Sedna (écriture scientifique) – 2003 VB12 (désignation scientifique) – Hollandais volant
Anglais : 90377 Sedna – Flying Dutchman (désuet) – Dutch (désuet)
Chinois : 小行星90377 (xiǎo xíngxīng 90377 – astéroïde 90377)
Russe : (90377) Седна (sedna)

Vue d'artiste de Sedna - NASA/JPL-Caltech/R. Hurt (SSC-Caltech) — http://www.spitzer.caltech.edu/images/1144-ssc2004-05b-Artist-s-Conception-of-Sedna http://www.spitzer.caltech.edu/Media/releases/ssc2004-05/ssc2004-05b.shtml (OLD) - Wikimedia Commons
dessin d’artiste de sedna
Sedna was discovered from an image dated 2003-11-14 at coordinates 03 15 10.09 +05 38 16.5. The "bright star" near Sedna is apmag 14.9 and about the same magnitude as Pluto. (Wikisky image of this region) The picture shows an area of the sky equal to the area covered by a pinhead held at arm's length. Sedna is too faint to be seen by all but the most powerful amateur telescopes using ccd imaging - This is the discovery image of Sedna taken with the Palomar Observatory's 48-inch Schmidt Telescope (now called the Samuel Oschin Telescope). JPL public web sites (public sites ending with a jpl.nasa.gov address) — http://photojournal.jpl.nasa.gov/catalog/PIA05568 (Samuel Oschin Telescope 2003-11-14) - Wikimedia Commons
image vraie de la détection de sedna

Découverte : Il fut découvert par Michael E. Brown, Chadwick Trujillo et David Lincoln Rabinowitz le 14 novembre 2003.

Image of Sedna, taken by Hubble Space Telescope - NASA - http://hubblesite.org/newscenter/newsdesk/archive/releases/2004/14/image/d - Wikimedia Commons
photographie par le télescope spatial hubble

Domaines : Astronomie, objets transneptuniens, planétologie, planètes (naines)


Cf. les fiches-clées :

Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Objet (spatial) – (Inventaire), transneptunien – (Inventaire)
Planétologie – (Rubrique) – Glossaire planétologique (rubrique)

Sedna (rubrique)

Chercheurs/Spécialistes :

Astronome(Rubrique) – (Inventaire) – (Dr.) Michael (Mike) E. Brown (astronome américain et professeur en astronomie planétaire au caltech – 2003)(Rubrique) – David Lincoln Rabinowitz (professeur à l’université de yale aux états-unis – 2003)(Rubrique) – Personnalités (rubrique/inventaire) – Chadwick (Chad) A. Trujillo (astronome américain – observatoire gemini à hawaï – 2003)(Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Page Wikipedia

(Dossiers/Articles) …

Sources & Outils :

ВикипедияBing – Dr. Michael E. Brown (mike brown) – ECOSIA – Google FranceGoogle images – Google Traductionisni – Le Robert-Dixel MobileNASA – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia – WordPress (.com) – WorldCat

Triton

Principal satellite naturel de la planète géante gazeuse Neptune.

Du dieu marin, fils de Poséidon et d’Amphithirte, par Camille Flammarion (1880).

Appelé aussi : Neptune 1 (dénomination scientifique)
Anglais : Triton (moon)
Chinois : 海卫一 (hǎi wèi yī) 海 (marin) 卫 (satellite) 一 (1)
Russe : Тритон (спутник) {triton (sputnik) – satellite}

Voyager's View of Triton - Triton: Galleries - NASA

So Long Solid Ground - Triton: Galleries - NASA
vue satellite de la surface de triton
Photo prise par Voyager 2 de Neptune et Triton - NASA / Jet Propulsion Lab — http://photojournal.jpl.nasa.gov/catalog/PIA02215 - Wikimedia Commons
véritable photo prise par voyager 2 – triton en contre-bas, neptune au premier plan

Découverte : Le 10 octobre 1846 par l’astronome britannique William Lassell

Domaines : Astronomie, neptune, planétologie, satellites naturels, système neptunien


Cf. les fiches-clées :

Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Astronomie populaire (ouvrage de camille flammarion, 1880)

Glossaire (inventaire), neptunien (rubrique)

Neptune, l’autre planète bleue (la plus éloignée des planètes authentifiées du système solaire, 8e planète et 4e géante gazeuse) – (Rubrique) – Glossaire neptunien (rubrique)

Planétologie – (Rubrique) – Glossaire planétologique (rubrique)

Satellite – (Rubrique/Inventaire), artificiel – (Rubrique), naturel
Les satellites artificiels – (Inventaire), de Neptune – (Inventaire), naturels – (Inventaire)

Système – (Inventaire), planétaire – (Inventaire)
Le système neptunien – (Rubrique/Inventaire)
Le Système solaire, notre système stellaire – (Rubrique)

Chercheurs/Spécialistes :

Astronome(Rubrique) – (Inventaire) – (Nicolas) Camille Flammarion (astronome français – 1880)(Rubrique) – William Lassell (FRS) (astronome britannique – 1846) – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Page Wikipedia

(Dossiers/Articles) …

Sources :

ВикипедияBing – ECOSIA – Google FranceGoogle images – Google TraductionJPL (nasa) – Le Robert-Dixel MobileWikimedia CommonsWikipedia维基百科 – WikipédiaWiktionnaire

Galileo Galilei (Galilée)

Savant, mathématicien, géomètre, physicien et astronome italien du XVIIe siècle.

Anglais : Galileo Galilei
Chinois : 伽利略·伽利莱 (jiālìlüè·jiā lì lái)
Russe : Галилей, Галилео (galiley, galileo)

Justus Sustermans - Portrait of Galileo Galilei, 1636 - Giusto Sustermans — http://www.nmm.ac.uk/mag/pages/mnuExplore/PaintingDetail.cfm?ID=BHC2700 - Wikimedia Commons

Domaines : Astronomie, personnalités, physique


Cf. les fiches-clées :

Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)

Chercheurs/Spécialistes :

Astronome(Rubrique) – (Inventaire) – Galileo Galilei (Galilée) (rubrique) – Géomètre(Rubrique) – (Inventaire) – Personnalités (rubrique/inventaire) –  Physicien – (Rubrique) – (Inventaire) –

Ailleurs dans le site :

(Accueil du site) Géomètre – (Rubrique) – (Inventaire) – Mathématicien – (Rubrique) – (Inventaire) – Les mathématiques (domaine) – (Rubrique/Inventaire) – Mathématique (adjectif) – Glossaire mathématique (rubrique) – Savant – (Inventaire)

Documentation (liens externes) :

Page Wikipedia

(Dossiers/Articles) …

Sources & Outils :

ВикипедияBing – ECOSIA – Google FranceGoogle images – Google Traduction – Giusto Sustermans – Le Robert-Dixel MobileWikimedia CommonsWikipedia维基百科 – WikipédiaWiktionnaire – WordPress (.com)

Supernovæ (inventaire)

Inventaire de supernovæ.

Abréviation/Symbole : SN
Appelé aussi : Supernovas – Supernova (singulier)
Opposé : Étoiles (jeunes)
Anglais : Supernovae
Chinois : 超新星 (chāoxīnxīng)
Russe : Сверхновые (sverkhnovyye)

– image –

Exemples : 1987a, asassn-15lh, sn 1054 / 1987a / 1994d /…

Domaines : Astronomie, supernovae


Cf. les fiches-clées :

1987A (supernova – première occasion de mettre les théories modernes sur la formation des supernovas à l’épreuve des observations) – (Rubrique)

Andromède (galaxie) – SN 1885A (première supernova de l’ère télescopique, observée dans la galaxie d’andromède et visible à l’œil nu) – (Rubrique)
ASASSN-15lh (supernova)(Rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)

Cassiopée (constellation) – (Rubrique) – SN 1181 (supernova moins connue – constellation de cassiopée) – (Rubrique)
Cassiopée A – (Rubrique) – Cassiopeia A (rémanent de supernova – xxe siècle) – (Rubrique)
Cassiopeia A (rémanent de supernova – xxe siècle)

G11.2-0.3 (reste de supernova) – (Rubrique)
Hypernova

Keck (télescope – hawaii) – (Rubrique/Inventaire) – SN 2006gy (supernova – galaxie ngc 1260) – (Rubrique)
Kilonova (macronova)

Le Grand nuage de Magellan (galaxie) – (Rubrique) – SN 1987A (supernova – la plus rapprochée – près du grand nuage de magellan) – (Rubrique)
Le loup, constellation – (Rubrique) – SN 1006 (supernova la plus brillante observée sur terre durant les temps historiques – constellation du loup) – (Rubrique)
Lick (télescope – mont hamilton, californie) – (Rubrique/Inventaire) – SN 2006gy (supernova – galaxie ngc 1260) – (Rubrique)

M51 – (Rubrique) – SN 2005cs (supernova – dans M51) – (Rubrique)

Nébuleuse du Crabe (constellation du taureau) – (Rubrique) – SN 1054 (supernova – formation de la nébuleuse du crabe, dans la constellation du taureau, observée par des astronomes chinois) – (Rubrique)

NGC 1260 (galaxie, située à 240 millions d’al) – (Rubrique) – SN 2006gy (supernova – galaxie ngc 1260) – (Rubrique)
NGC 2770 (galaxie, située à 88 millions d’années-lumière de la terre) – (Rubrique) – SN 2008D8 (supernova – dans la galaxie NGC 2770 – 9 janvier 2008 – Alicia Soderberg – première photographie directe) – (Rubrique)
NGC 4526 (galaxie spirale) – (Rubrique) – SN 1994D (supernova – près de la galaxie spirale ngc 4526) – (Rubrique)

Nova – Hypernova – Kilonova (macronova) – Sous-nova – Ultranova

Ophiuchus (constellation) – (Rubrique) –  SN 1604 (supernova de la constellation ophiuchus, observée par johannes kepler) – (Rubrique)
Rémanent de supernova – (Rubrique) – (Inventaire)

SN (abréviation)
SN 1006 (supernova la plus brillante observée sur terre durant les temps historiques – constellation du loup) – (Rubrique)
SN 1054 (supernova historique – formation de la nébuleuse du crabe, dans la constellation du taureau, observée par des astronomes chinois) – (Rubrique)
SN 1181 (supernova moins connue – constellation de cassiopée) – (Rubrique)
SN 1572 (supernova – constellation cassiopée – tycho brahe) – (Rubrique)
SN 1604 (rémanent de supernova – constellation ophiuchus) – (Rubrique)
SN 1885A (première supernova de l’ère télescopique, observée dans la galaxie d’andromède et visible à l’œil nu) – (Rubrique)
SN 1987A (supernova – la plus rapprochée – près du grand nuage de magellan) – (Rubrique)
SN 1994D (supernova – près de la galaxie spirale ngc 4526) – (Rubrique)

SN 2005cs (supernova – dans M51) – (Rubrique)
SN 2005ke (supernova) – (Rubrique)
SN 2006gy (supernova – galaxie ngc 1260 – r. quimby et p. mondol – télescopes keck et lick – sa luminosité dépassait d’environ cinq fois celle de toutes les supernovas observées à ce jour et sa durée était de 70 jours) – (Rubrique)
SN 2007bi (supernova – sa luminosité dépasse toutes les supernovas observées à ce jour et sa durée fut de 550 jours) – (Rubrique)
SN 2008D8 (supernova – dans la galaxie ngc 2770 – 9 janvier 2008 – alicia soderberg – première photographie directe) – (Rubrique)

Sous-nova

Supernova – (Rubrique), de type IA – (Inventaire), de type II – (Inventaire), historique, par production de paires (uniquement issue d’étoiles extrêmement massives, désormais très rares dans l’univers) – Rémanent de supernova – (Rubrique) – (Inventaire)

Supernovæ (inventaire)
Supernovæ historiques – (Inventaire) – SN 1054 (supernova historique) – (Rubrique)
Supernovæ supernova par production de paires – SN 2006gy (supernova – galaxie ngc 1260) – (Rubrique) – SN 2007bi (supernova – sa luminosité dépasse toutes les supernovas observées à ce jour et sa durée fut de 550 jours) – (Rubrique)

Taureau, constellation – SN 1054 (supernova – formation de la nébuleuse du crabe, dans la constellation du taureau, observée par des astronomes chinois) – (Rubrique)
Ultranova
Vela Junior (rémanent de supernova – rx j0852.0-4622) – (Rubrique)

Chercheurs/Spécialistes :

Astronome – (Rubrique) – (Inventaire)
Tycho (Tyge Ottesen) Brahe (astronome danois – 1572)(Rubrique) : SN 1572 (supernova dans cassiopée, observée par tycho brahe, dont le livre de nova stella sur le sujet nous donna le mot nova)
Johannes Kepler (1604) – (Rubrique) : SN 1604 (supernova dans ophiuchus, observée par johannes kepler)
P. Mondol (2006) – (Rubrique) : SN 2006gy (supernova – galaxie ngc 1260) – (Rubrique)
R. Quimby (2006) – (Rubrique) : SN 2006gy (supernova – galaxie ngc 1260) – (Rubrique)
Amédée Riou (astronome amateur français – 31 mai 2011) – (Rubrique)
Alicia Soderberg (9 janvier 2008) – (Rubrique) – SN 2008D8 (supernova – dans la galaxie ngc 2770 – 9 janvier 2008 – alicia soderberg – première photographie directe) – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

(Portails/Dossiers/Articles) …

Sources :

ВикипедияBing – ECOSIA – Google FranceGoogle images – Google Traduction – Le Robert-Dixel MobileTLFi – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – WikipédiaWiktionnaire

Liche

Pulsar planétaire.

Dénommé Lich (international) depuis décembre 2015.

Appelé aussi : PSR B1257+12 (appellation la plus répandue) – PSR J1300+1240
Anglais : PSR B1257+12 – Lich (écriture internationale)
Chinois : PSR 1257+12 (PSR B1257+12)
Russe : Лич (lič) – PSR 1257+12

– image –

Découverte : En 1990 par l’astronome polonais Alexander Wolszczan
Distance :
 710 +43–38 parsecs du Soleil
Exoplanètes :
 Draugr (psr b1257+12 a/b), phobetor (psr b1257+12 d), poltergeist (psr b1257+12 c), psr b1257+12 e
Type : Pulsar planétaire

Domaines : Astronomie, exoplanètes, pulsars


Cf. les fiches-clées :

Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Draugr (une des moins grosses exoplanètes connue – psr b1257-12 a/b) – (Rubrique)

Liche (rubrique)

Phobetor (exoplanète psr b1257+12 d)
Poltergeist (exoplanète psr b1257+12 c)

PSR (abréviation)
PSR B1257+12 e (exoplanète)

Pulsar – (Rubrique), planétaire
Les pulsars – (Inventaire)planétaires (inventaire)

Chercheurs/Spécialistes :

Astronome – (Rubrique) – (Inventaire) – Aleksander (Alexander) Wolszczan (astronome polonais, spécialiste des pulsars – 1990) – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Page Wikipedia

(Dossiers/Articles) …

Sources & Outils :

ВикипедияBing – CopyLess – ECOSIA – Google FranceGoogle images – Google Traduction – Le Robert-Dixel MobileWikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia – WordPress (.com)

Pulsar

Objet astronomique (étoile à neutrons ?), produisant un signal périodique allant de l’ordre de la milliseconde à quelques dizaines de secondes.

Mot anglais, de pulsating star (étoile vibrante/pulsante).

Abréviation/Symbole : PSR (pulsating source of radio – emission)
Opposé à : Étoile ordinaire ?
Différent : Étoile variable
Anglais : Pulsar – Pulsating star
Chinois : 脉冲星 (màichōng xīng) – 脉冲 (pulsation) – 星 (étoile) 
Russe : Пульсар (pul’sar)

– image –

Ce serait une étoile à neutrons tournant très rapidement sur elle-même (période typique de l’ordre de la seconde, voire beaucoup moins pour les pulsars milliseconde) et émettant un fort rayonnement électromagnétique dans la direction de son axe magnétique.

Histoire : Mot employé pour la première fois par l’astronome britannique Antony Hewish lors d’un interview de The Daily Telegraph, parue le 5 mars 1968 et proposé parallèlement par l’astronome et astrophysicien américain Frank Drake en avril 1968.

Domaines : Astronomie, étoiles, objets, pulsars


Cf. les fiches-clées :

Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Axe, magnétique

Dizaine de seconde (unité)

Électromagnétique
Étoile – (Rubrique), à neutrons, variable
Les étoiles – (Inventaire), à neutrons – (Inventaire)

Magnétique – Axe magnétique – Électromagnétique
Milliseconde (unité)

Neutron
Objet, astronomique/céleste

Période typique
PSR (abréviation)

Pulsar (rubrique), milliseconde
Les pulsars – (Inventaire)

Rayonnement, électromagnétique
Signal, périodique

Chercheurs/Spécialistes/Enseignants :

Astronome – (Rubrique) – (Inventaire) – Astrophysicien – (Rubrique)  – (Inventaire) – Aurélien Barrau (astrophysicien français, des astroparticules, trous noirs et cosmologie – professeur à l’université grenoble-alpes) – (Rubrique) – Frank Drake (astronome et astrophysicien américain – 1968)(Rubrique) – Antony Hewish (astronome britannique – 1968) – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Page Wikipedia

(Dossiers/Articles) …
(Animations) Vue artistique d’un pulsar tirant de la matière d’une étoile proche – Nasa (wikimedia commons)

Sources :

aurelien barrau (youtube) – Dana Berry – ВикипедияBing – ECOSIA – Google FranceGoogle images – Google Traduction – Le Robert-Dixel MobileNASA – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – WikipédiaWiktionnaire – YouTube

KIC 8462852

Une étoile aux variations erratiques de luminosité.

Abréviation/Symbole : WTF
Appelé aussi : L’Étoile de Tabby (tabetha boyajian), de Boyajian – L’Étoile WTF (where’s the flux ?) – La plus mystérieuse étoile de la galaxie (2016) – NGC 6866 – 6866
Anglais : Tabby’s star
Chinois : KIC 8462852
Russe : Звезда Табби (zvezda tabbi)

Dessin d’artiste - Nasa, JPL-Caltech, Vanderbilt University - Aidez les astronomes à étudier « l’étoile la plus mystérieuse de la Galaxie » - FUTURA SCIENCES
dessin d’artiste
KIC 8462852 dans l'infrarouge et l’ultraviolet - Star KIC 8462852 in infrared (2MASS survey) and ultraviolet (GALEX) - Infrared: IPAC/NASA Ultraviolet: STScI (NASA) - WIKIMEDIA COMMONS
dans l’ultraviolet et infrarouge

Constellation : Le Cygne
Distance : 1 480 années-lumière – 454 parsecs
Spécificités : Variations erratiques de luminosité (non périodiques et d’intensités variables, jusqu’à 22%)

Position de l'étoile dans la constellation du Cygne - Map of NGC 6866 - Roberto Mura - WIKIMEDIA COMMONS

Missions : Mission Kepler
Observatoires :
Télescope spatial Kepler

Domaines : Constellation le cygne, étoiles (KIC)


Cf. les fiches-clées :

Étoile – (Rubrique) – Les étoiles – (Inventaire)

KIC (abréviation)
Kepler (mission)(Rubrique)
Kepler (télescope spatial)(Rubrique)
Kepler Input Catalog (KIC, catalogue d’entrées de kepler) – (Inventaire)

Le Cygne (constellation) – (Rubrique)

Mission (spatiale) – (Rubrique/Inventaire), d’exploration – (Inventaire), Kepler – (Rubrique)
Télescope spatial – (Inventaire), Kepler – (Rubrique)

Chercheurs/Spécialistes :

Astronome – (Rubrique) – (Inventaire) – Tabetha Suzanne (S.) Boyajian (astronome et professeur d’université américaine)(Rubrique) – Johannes Kepler – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Page Wikipedia

(Articles) Aidez les astronomes à étudier « l’étoile la plus mystérieuse de la Galaxie » – FUTURA SCIENCES

Sources :

2MASS – ВикипедияCaltech – FUTURA SCIENCES – GALEX – Google FranceGoogle images – Google TraductionIPAC – JPL (nasa) – Le Robert-Dixel MobileNASA – QwantRoberto Mura (wikimedia commons) – Laurent Sacco (futura sciences) – Stellaruim – STScl (nasa) – Vanderbilt University – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – WikipédiaWiktionnaire

Claude Ptolémée

Astronome et astrologue grec qui vécut à Alexandrie en Égypte . Il est aussi un précurseur de la géographie.

Appelé aussi : Κλαύδιος Πτολεμαῖος, Claúdios Ptolemaîos (grec ancien) – Claudius Ptolemaeus (latin) – Ptolémaïs de Thébaïde (haute-égypte) – Ptolémaïs de Canope
Anglais : Ptolemy
Chinois : 克劳狄乌斯·托勒密 (kè láo dí wū sī·tuō lēi mì)
Russe : Клавдий Птолемей (klavdiy ptolemey)

Открытие Волги - историческая самара

Domaines : Astronomes, astronomie


Cf. les fiches-clées :

Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astrologue – (Inventaire)
Astronome – (Inventaire) 
Astronomie
 – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)

Géographe – (Inventaire)
Géographie – (Rubrique)

Claude Ptolémée (rubrique)

Documentation (liens externes) :

Page Wikipedia

Sources :

ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionИсторическая Самара – Qwant – Wikipedia维基百科 – Wikipédia

Le Sextant (constellation)

Constellation très peu lumineuse, située sur l’équateur céleste, d’où elle peut être vue quasiment de n’importe quelle latitude, sauf aux pôles.

Abréviation/Symbole : Sex
Appelé aussi : (constellation du) Sextant – Sextans (latin nominatif) – SEXTANS – Sextantis (latin génitif) – Suaire du Christ (rheita)
Anglais : Sextans
Chinois : 六分仪座 (liù fēn yí zuò)
Russe : Секстант (созвездие) (sekstant, sozvezdiye – constellation)

Carte pour la constellation Sextant Produite à l'aide du logiciel PP3 - Orthogaffe / Korrigan - Wikimedia Commons

Étoiles : α Sex, β Sex, γ Sex
Hémisphère :
 …
Observation : …
Position :
 Équatorial (Eq 9), au sud de l’écliptique

SextansCC.jpg - Wikipedia

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine : Introduite par Johannes Hevelius en 1690, elle tire son nom d’un appareil de mesure permettant de mesurer la hauteur d’un astre au-dessus de l’horizon, instrument qu’Hevelius utilisait précisément pour ses relevés . Avant Hevelius, le moine Antoine de Rheita créa en 1643 à cet emplacement du ciel le Suaire du Christ, une constellation qui tomba rapidement en désuétude avant d’être remplacée par le Sextant.


Cf. les fiches-clées :

Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Constellation – (Rubrique), ancienne – (Inventaire), équatoriale – (Inventaire), faible (peu lumineuse) – (Inventaire), moderne – (Inventaire) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère nord – (Inventaire), de l’hémisphère sud – (Inventaire) – Petite constellation – (Inventaire)
Écliptique – Sud de l’écliptique – (Rubrique/Inventaire)
Équateur – (Inventaire), céleste, galactique, terrestre – (Rubrique)
Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), brillante – (Rubrique) – (Inventaire), visible (à l’œil nu) – (Inventaire)
Hémisphère (terrestre) nord – (Rubrique), Hémisphère (terrestre) sud – (Rubrique)

Pôle – (Inventaire), galactique, nord (terrestre) – (Rubrique), nord galactique (voie lactée), sud (terrestre) – (Rubrique), sud galactique (voie lactée) – (Rubrique), sud céleste – (Rubrique/Inventaire)

(Chercheurs) Johannes Hevelius (astronome polonais – 1690) – (Rubrique) – Antoine (anton / antonius, maria schyriaeus) de Rheita (moine, astronome et opticien) – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Sextant (constellation) – Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles du Sextant – Wikipedia

Sources :

ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionRémi Kaupp / Korrigan (wikimedia commons) – Orthogaffe (wikimedia commons) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

Le Triangle austral (constellation)

Petite constellation de l’hémisphère sud dont les trois étoiles les plus lumineuses (de deuxième et troisième magnitude apparente) forment approximativement un triangle d’apparence équilatéral.

Abréviation/Symbole : TrA
Appelé aussi : (constellation du) Triangle austral – Triangulum Australe (latin nominatif) – TRIANGULUM AUSTRAL – Trianguli Australis (latin génitif)
Anglais : Triangulum Autrale
Chinois : 南三角座 (nán sānjiǎo zuò)
Russe : Южный Треугольник (yuzhnyy treugol’nik)

Carte pour la constellation Triangle asutral Produite à l'aide du logiciel PP3 - Orthogaffe / Korrigan - Wikimedia Commons

Étoiles : α tra, β tra, γ tra (gamma), δ tra (delta), ε tra
Hémisphère :
 Sud
Observation : …
Position :
 Au sud de l’équateur, au sud de l’écliptique

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine : Le Triangle austral fut introduit pour la première fois par le navigateur italien Amerigo Vespucci en 1503 . Réinventée par les navigateurs néerlandais Pieter Dirkszoon Keyser et Frederick de Houtman à la fin du xvie siècle et introduite par Johann Bayer dans son Uranometria en 1603.


Cf. les fiches-clées :

Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Austral (adjectif) 
Constellation – (Rubrique), ancienne – (Inventaire), moderne – (Inventaire) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère sud – (Inventaire) – Petite constellation – (Inventaire)
Écliptique
Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), brillante – (Rubrique) – (Inventaire), de deuxième magnitude (2e) – (Rubrique) – (Inventaire), de troisième magnitude – (Rubrique) – (Inventaire), visible (à l’œil nu) – (Inventaire)
Hémisphère (terrestre) sud – (Rubrique)
Uranometria (premier atlas céleste, cartographie du ciel austral – 1603 – johann bayer)

(Chercheurs) Johann Bayer (astronome) – (Rubrique) – Frederick (frederik) de Houtman (navigateur et cartographe céleste néerlandais, xvie s.) – (Rubrique) – jPieter Dirkszoon Keyser (petrus theodori, navigateur et cartographe céleste néerlandais, xvie s.) – (Rubrique) – Amerigo Vespucci (navigateur – 1503)(Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Triangle austral – Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles du Triangle austral – Wikipedia

Sources :

ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionRémi Kaupp / Korrigan (wikimedia commons) – Orthogaffe (wikimedia commons) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

Le Toucan (constellation)

Constellation de l’hémisphère sud, légèrement plus lumineuse que les autres constellations de cette partie du ciel austral.

The "southern birds" as seen in Johann Bayer's Uranometria. Tucana (as "Toucan") is in the middle. - Johann Bayer - Wikimedia Commons

Abréviation/Symbole : Tuc
Appelé aussi : (constellation du) Toucan – Tucana (latin nominatif) – TUCANA – Tucanae (latin génitif)
Anglais : Tucana
Chinois : 杜鵑座 (dùjuān zuò)
Russe : Тукан (созвездие) (tukan, sozvezdie – constellation)

Carte pour la constellation Toucan Produite à l'aide du logiciel PP3 - Orthogaffe / Korrigan - Wikimedia Commons

Hémisphère : Sud
Observation : …
Position :
 Au sud de l’équateur, au sud de l’écliptique

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine : Inventée par les navigateurs néerlandais Pieter Dirkszoon Keyser et Frederick de Houtman à la fin du xvie siècle, elle fut popularisée par Johann Bayer lors de la publication de son Uranometria en 1603.


Cf. les fiches-clées :

Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Ciel austral
Constellation – (Rubrique), ancienne – (Inventaire), moderne – (Inventaire) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère nord – (Inventaire), de l’hémisphère sud – (Inventaire) – Petite constellation – (Inventaire)
Écliptique – Sud de l’écliptique – (Rubrique/Inventaire)
Équateur – (Inventaire), céleste, terrestre – (Rubrique) – Sud de l’équateur – (Rubrique/Inventaire)
Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), brillante – (Rubrique) – (Inventaire), visible (à l’œil nu) – (Inventaire)
Hémisphère (terrestre) sud – (Rubrique)
Uranometria (premier atlas céleste, cartographie du ciel austral – 1603 – johann bayer)

(Chercheurs)
Johann Bayer (astronome – 1603) – (Rubrique) – Frederick (frederik) de Houtman (navigateur et cartographe céleste néerlandais, xvie s.) – (Rubrique) – Pieter Dirkszoon Keyser (petrus theodori, navigateur et cartographe céleste néerlandais, xvie s.) – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Toucan (constellation) – Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles du Toucan – Wikipedia

Sources :

Johann Bayer – ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionRémi Kaupp / Korrigan (wikimedia commons) – Orthogaffe (wikimedia commons) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

Le Télescope (constellation)

Constellation de l’hémisphère sud.

Abréviation/Symbole : Tel
Appelé aussi : (constellation du) Télescope – Telescopium (latin nominatif) – TELESCOPIUM – Telescopii (latin génitif)
Anglais : Telescopium
Chinois : 望远镜座 (wàngyuǎnjìng zuò)
Russe : Телескоп (созвездие) (teleskop, sozvezdiye – constellation)

Carte pour la constellation Télescope Produite à l'aide du logiciel PP3 - Grum / Orthogaffe / Korrigan - Wikimedia Commons

Hémisphère : Sud
Observation : …
Position :
 Au sud de l’équateur, au sud de l’écliptique

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine : Cette constellation fut introduite par Nicolas-Louis de Lacaille en 1752 pour désigner un pan de ciel sans dénomination . Comme plusieurs autres constellations créées par Lacaille, elle porte le nom d’un appareil scientifique.


Cf. les fiches-clées :

Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Constellation – (Rubrique), ancienne – (Inventaire), équatoriale – (Inventaire), moderne – (Inventaire) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère sud – (Inventaire) – Petite constellation – (Inventaire)
Écliptique – Sud de l’écliptique – (Rubrique/Inventaire)
Équateur – (Inventaire), céleste, terrestre – (Rubrique) – Sud de l’équateur – (Rubrique/Inventaire)
Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), brillante – (Rubrique) – (Inventaire), visible (à l’œil nu) – (Inventaire)
Hémisphère (terrestre) sud – (Rubrique)

(Chercheurs) Nicolas-Louis de Lacaille (astronome – 1752) – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Télescope (constellation) – Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles du Télescope – Wikipedia

Sources :

ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionRémi Kaupp / Korrigan (wikimedia commons) – Orthogaffe (wikimedia commons) – Poulpy / Grum (wikimedia commons) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

Le Réticule (constellation)

Constellation de l’hémisphère sud, l’une des plus petites et les moins lumineuses du ciel.

Abréviation/Symbole : Ret
Appelé aussi : (constellation du) Réticule (xixe s) – Reticulum (latin nominatif) – Reticuli (latin génitif) – Rhombus (le rhombe) – Réticule Rhomboïde
Anglais : Reticulum
Chinois : 网罟座 (wǎng gǔ zuò)
Russe : Сетка (созвездие) (setka, sozvezdiye – constellation)

Reticulum constellation map-fr.png - Wikimedia commons

Hémisphère : Sud
Observation : …
Position :
 Au sud de l’équateur, au sud de l’écliptique

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine : La constellation fut créée en 1621 par Isaac Habrecht (et peut-être indépendamment par jakob bartsch en 1624), qui la nomma Rhombus, le Rhombe. Réintroduite par Nicolas-Louis de Lacaille en 1752, elle prit le nom de Réticule Rhomboïde avant d’être simplement nommée Réticule au xixe siècle . Comme plusieurs autres constellations modernes, elle porte le nom d’un appareil scientifique, un réticule étant  un dispositif de visées dans une lunette permettant de mesurer la position des étoiles.


Cf. les fiches-clées :

Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Constellation – (Rubrique), ancienne – (Inventaire), faible (peu lumineuse) – (Inventaire), moderne – (Inventaire) – Les constellations – (Inventaire),  de l’hémisphère sud – (Inventaire) – Petite constellation – (Inventaire)
Écliptique – Sud de l’écliptique – (Rubrique/Inventaire)
Équateur – (Inventaire), céleste, terrestre – (Rubrique) – Sud de l’équateur – (Rubrique/Inventaire)
Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), brillante – (Rubrique) – (Inventaire), visible (à l’œil nu) – (Inventaire) – Déterminer la position d’une étoile – (Rubrique)
Hémisphère (terrestre) sud – (Rubrique)
Lunette astronomique (télescope réfracteur) – (Inventaire)

(Chercheurs) Jakob Bartsch (astronome allemand – 1624) – (Rubrique) – Isaac Habrecht (horloger suisse – 1621) – (Rubrique) – Nicolas-Louis de Lacaille (astronome – 1752) – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Réticule (constellation) – Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles du Réticule – Wikipedia

Sources :

ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google Traduction – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

La Règle (constellation)

Constellation de l’hémisphère sud, faiblement visible .

Abréviation/Symbole : Nor – NOR
Appelé aussi : (constellation de la) Règle – Norma (latin nominatif) – NORMA – Normae (latin génitif) – L’Équerre et la règle – L’EQUERRE – Triangle du sud – Carré d’Euclide
Anglais : Norma (constellation)
Chinois : 矩尺座 (jǔ chǐ zuò)
Russe : Наугольник (созвездие) (naugol’nik, sozvezdiye – constellation)

Carte pour la constellation Règle Produite à l'aide du logiciel PP3 - - Orthogaffe / Korrigan - Wikimedia Commons

Hémisphère : Sud
Observation : …
Position :
 Au sud de l’équateur, au sud de l’écliptique

Constellation Norma.jpg - Wikimedia Commons

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine : La constellation de la Règle fut créée par Nicolas-Louis de Lacaille en 1752 afin de remplir les derniers pans de ciel austral sans dénomination . Comme beaucoup des 14 autres constellations créées par Lacaille, elle porte le nom d’un appareil scientifique . Il l’appela d’ailleurs à l’origine L’Équerre et la Règle, outils utilisés à l’époque pour bâtir les charpentes . Elle fut également appelée Triangle du sud (sans lien avec l’actuel triangle austral) et Carré d’Euclide.


Cf. les fiches-clées :

Les 14 constellations crées par Lacaille – (Inventaire)
Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Ciel austral
Constellation – (Rubrique), faible (peu lumineuse) – (Inventaire), moderne – (Inventaire) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère sud – (Inventaire) – Petite constellation – (Inventaire)
Écliptique – Sud de l’écliptique – (Rubrique/Inventaire)
Équateur – (Inventaire), céleste, terrestre – (Rubrique) – Sud de l’équateur – (Rubrique/Inventaire)
Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), brillante – (Rubrique) – (Inventaire), visible (à l’œil nu) – (Inventaire)
Hémisphère (terrestre) sud – (Rubrique)

Le Triangle austral (constellation) – (Rubrique)

(Chercheurs) Johann Bayer (astronome) – (Rubrique) – Nicolas-Louis de Lacaille (astronome – 1752) – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Règle (constellation) – Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles de la Règle – Wikipedia

Sources :

ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionRémi Kaupp / Korrigan (wikimedia commons) – Orthogaffe (wikimedia commons) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

La Poupe (constellation)

La Poupe est visible principalement à l’hémisphère sud . La Poupe est la plus grande de ces constellations.

Abréviation/Symbole : Pup – PUP
Appelé aussi : (constellation de la) Poupe – Puppis (latin nominatif) – PUPPIS – Puppis (latin génitif)
Anglais : Puppis
Chinois : 船尾座 (chuánwěi zuò)
Russe : Корма (созвездие) (korma, sozvezdiye – constellation)

Carte pour la constellation Poupe Produite à l'aide du logiciel PP3 - Grum / Orthogaffe / Korrigan - Wikimedia Commons

La poupe est la partie arrière d’un navire.

Hémisphère : Sud
Observation : …
Position :
 Au sud de l’équateur, au sud de l’écliptique, avec projection de la Voie Lactée (VL 14)

PuppisCC.jpg - Wikimedia Commons

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine : Incluse à l’origine par Ptolémée dans l’immense constellation du Navire Argo, elle fut créée par Nicolas-Louis de Lacaille lorsqu’il divisa le navire en constellations distinctes . Le Navire Argo représentaient, dans la mythologie grecque, le navire avec lequel Jason partit à la recherche de la Toison d’or . Ptolémée l’avait répertoriée dans son Almageste . À cause de sa taille (1 884 degrés carrés) et de son étendue (70° d’est en ouest), Nicolas-Louis de Lacaille la divisa en trois constellations en 1752 afin de pouvoir la manier plus aisément . La constellation de la Poupe est l’une des parties résultantes.


Cf. les fiches-clées :

Almageste (catalogue céleste de ptolémée) – (Rubrique/Inventaire)
Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Constellation – (Rubrique), ancienne – (Inventaire), équatoriale – (Inventaire), moderne – (Inventaire), vaste – (Inventaire) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère nord – (Inventaire), de l’hémisphère sud – (Inventaire) – Petite constellation – (Inventaire)
Écliptique – Sud de l’écliptique – (Rubrique/Inventaire)
Équateur – (Inventaire), céleste, terrestre – (Rubrique) – Sud de l’équateur – (Rubrique/Inventaire)
Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), brillante – (Rubrique) – (Inventaire), visible (à l’œil nu) – (Inventaire)
Galaxie – (Rubrique) – (Inventaire) – Centre galactique – (Inventaire) – Notre galaxie, La Voie lactée – (Rubrique) – Le centre (galactique) de la Voie Lactée – (Rubrique) – Projection de la Voie lactée (VL)
Hémisphère (terrestre) nord – (Rubrique), Hémisphère (terrestre) sud – (Rubrique)
Navire Argo (constellation) – (Rubrique)

(Chercheurs) Nicolas-Louis de Lacaille (astronome – 1752) – (Rubrique) – Claude Ptolémée – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Poupe (constellation) – Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles de la Poupe – Wikipedia

Sources :

ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionRémi Kaupp / Korrigan (wikimedia commons) – Orthogaffe (wikimedia commons) – Poulpy / Grum (wikimedia commons) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

Le Poisson volant (constellation)

Petite constellation de l’hémisphère sud, au sud de la Carène.

Abréviation/Symbole : Vol – VOL
Appelé aussi : (constellation du) Poisson volant – Volans (latin nominatif) – VOLANS – Volantis (latin génitif)
Anglais : Volans
Chinois : 飞鱼座 (fēiyú zuò)
Russe : Летучая Рыба (созвездие) (letuchaya ryba, sozvezdiye – constellation)

Carte pour la constellation Poisson volant Produite à l'aide du logiciel PP3 - Grum / Orthogaffe / Korrigan - Wikimedia Commons

Hémisphère : Sud
Observation : …
Position :
 Au sud de l’équateur, au sud de l’écliptique

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine : La constellation du Poisson volant, comme nombre de constellations du ciel austral, ne date pas de l’époque antique . Elle a été créée par les navigateurs néerlandais Pieter Dirkszoon Keyser et Frederick de Houtman à la fin du 16e et popularisée par Johann Bayer en 1603.


Cf. les fiches-clées :

Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Ciel austral
Constellation – (Rubrique), ancienne – (Inventaire), équatoriale – (Inventaire), moderne – (Inventaire) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère sud – (Inventaire) – Petite constellation – (Inventaire)
Écliptique – Sud de l’écliptique – (Rubrique/Inventaire)
Équateur – (Inventaire), céleste, terrestre – (Rubrique) – Sud de l’équateur – (Rubrique/Inventaire)
Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), brillante – (Rubrique) – (Inventaire), visible (à l’œil nu) – (Inventaire)
Hémisphère (terrestre) sud – (Rubrique)

La Carène (constellation) – (Rubrique) – Au sud de la Carène – (Inventaire)

(Chercheurs) Johann Bayer (astronome – 1603) – (Rubrique) – Frederick (frederik) de Houtman (navigateur et cartographe céleste néerlandais, xvie s.) – (Rubrique) – Pieter Dirkszoon Keyser (petrus theodori, navigateur et cartographe céleste néerlandais, xvie s.) – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Poisson volant (constellation) – Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles du Poisson volant – Wikipedia

Sources :

ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionRémi Kaupp / Korrigan (wikimedia commons) – Orthogaffe (wikimedia commons) – Poulpy / Grum (wikimedia commons) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

Le Phénix (constellation)

Constellation de l’hémisphère sud, peu lumineuse.

Abréviation/Symbole : Phe – PHE
Appelé aussi : (constellation du) Phénix – Phoenix (latin nominatif) – PHOENIX – Phoenicis (latin génitif)
Anglais : Phoenix (constellation)
Chinois : 凤凰座 (fènghuáng zuò)
Russe : Феникс (созвездие) (feniks, sozvezdiye – constellation)

Carte pour la constellation Phénix Produite à l'aide du logiciel PP3 - Grum / Korrigan - Wikimedia Commons

Hémisphère : Sud
Observation : Elle peut être observée par les habitants de l’hémisphère nord à moins de 30° de latitude.
Position :
 Au sud de l’équateur, au sud de l’écliptique

Constellation Phénix - Till credner - Wikimedia Commons

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine : La constellation du Phénix est relativement moderne . Les astronomes arabes incluaient ses étoiles dans l’Éridan . Elle fut introduite par les navigateurs néerlandais Pieter Dirkszoon Keyser et Frederick de Houtman à la fin du xvie siècle sous son nom actuel et inventoriée par l’astronome Johann Bayer en 1603 dans son Uranometria.


Cf. les fiches-clées :

Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Astronome – (Inventaire) – Les astronomes arabes – (Inventaire)
Constellation – (Rubrique), ancienne – (Inventaire), équatoriale – (Inventaire), faible (peu lumineuse) – (Inventaire), moderne – (Inventaire) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère nord – (Inventaire), de l’hémisphère sud – (Inventaire)
Écliptique – Sud de l’écliptique – (Rubrique/Inventaire)
Équateur – (Inventaire), céleste, terrestre – (Rubrique) – Sud de l’équateur – (Rubrique/Inventaire)
Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), brillante – (Rubrique) – (Inventaire), visible (à l’œil nu) – (Inventaire)
Hémisphère (terrestre) sud – (Rubrique)

L’Éridan (constellation) – (Rubrique)

Uranometria (premier atlas céleste, cartographie du ciel austral – 1603 – johann bayer) 

(Chercheurs) Johann Bayer (astronome – 1603) – (Rubrique) – Frederick (frederik) de Houtman (navigateur et cartographe céleste néerlandais, fin du xvie) – (Rubrique) – Pieter Dirkszoon Keyser (petrus theodori, navigateur et cartographe céleste néerlandais, fin du xvie) – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Phénix (constellation) – Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles du Phénix – Wikipedia

Sources :

ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionRémi Kaupp / Korrigan (wikimedia commons) – Poulpy / Grum (wikimedia commons) – Till Credner (wikimedia commons) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

Le Petit Chien (constellation)

Une des 88 constellations modernes, une petite constellation de l’hémisphère nord.

Canis Minor, as depicted by Johann Bode in his 1801 work Uranographia - Wikimedia Commons

Abréviation/Symbole : CMi – CMI – Cmi
Appelé aussi : (constellation du) Petit Chien – Canis Minor (latin nominatif) – CANIS MINOR – Canis Minoris (latin génitif) – Le plus petit des chiens de chasse d’Orion
Anglais : Canis Minor
Chinois : 小犬座 (xiǎoquǎn zuò)
Russe : Малый Пёс (malyy pos)

Carte pour la constellation du fr:Petit chien Produite à l'aide du logiciel PP3 - Grum / Korrigan - Wikimedia Commons

Hémisphère : Nord
Observation : …
Position :
 Équatorial (Eq 7), au sud de l’écliptique

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine : L’étoile Procyon était appelée ainsi par les anciens Grecs car elle se levait avant Sirius (l’étoile la plus brillante du grand chien), mais la constellation ne fut utilisée qu’à partir de la période romaine en tant que représentation du plus petit des chiens de chasse d’Orion . Elle était déjà présente dans la liste de 48 constellations établie par Ptolémée au iie siècle.


Cf. les fiches-clées :

Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Constellation – (Rubrique), ancienne – (Inventaire), équatoriale – (Inventaire), moderne – (Inventaire) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère nord – (Inventaire), de l’hémisphère sud – (Inventaire) – Petite constellation – (Inventaire)
Écliptique
Équateur – (Inventaire), céleste, galactique, terrestre – (Rubrique)
Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), brillante – (Rubrique) – (Inventaire), visible (à l’œil nu) – (Inventaire) – Procyon (étoile) – (Rubrique) – Sirius (étoile binaire) – (Rubrique)
Hémisphère (terrestre) nord – (Rubrique)

Le Grand Chien (constellation) – (Rubrique) – Les Chiens de chasse (constellation) – (Rubrique)

Orion (constellation) – (Rubrique)
Uranographia (johann bode)

(Chercheurs) Johann Bode (1801) – (Rubrique) – Claude Ptolémée (iie siècle) – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Petit Chien – Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles du Petit Chien – Wikipedia

Sources :

Википедия – Johann Bode – Google FranceGoogle images – Google TraductionPoulpy / Grum (wikimedia commons) – Rémi Kaupp / Korrigan (wikimedia commons) – Uranographia (johann bode) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

Le Peintre (constellation)

Constellation de l’hémisphère sudfaiblement visible.

Abréviation/Symbole : Pic – PIC
Appelé aussi : (constellation du) Peintre – Pictor (latin nominatif) – Pictoris (latin génitif) – Le Chevalet du peintre (avant le xixe)
Anglais : Pictor
Chinois : 绘架座 (huì jià zuò)
Russe : Живописец (созвездие) (zhivopisets, sozvezdiye – constellation)

Carte pour la constellation Peintre Produite à l'aide du logiciel PP3 - Grum / Korrigan - Wikimedia Commons

Hémisphère : Sud
Observation : …
Position :
 Au sud de l’équateur, au sud de l’écliptique

Constellation Pictor.jpg - Wikimedia Commons

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine : L’abbé Nicolas-Louis de Lacaille a introduit cette constellation en 1752 pour dénommer un pan du ciel austral dépourvu de nom . Appelée à l’origine le Chevalet du peintre, son nom a été simplifié au xixe siècle.


Cf. les fiches-clées :

Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Constellation – (Rubrique), ancienne – (Inventaire), équatoriale – (Inventaire), moderne – (Inventaire) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère sud – (Inventaire) – Petite constellation – (Inventaire)
Écliptique
Équateur – (Inventaire), céleste, terrestre – (Rubrique)
Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), brillante – (Rubrique) – (Inventaire), visible (à l’œil nu) – (Inventaire)
Hémisphère (terrestre) sud – (Rubrique)

(Chercheurs) Nicolas-Louis de Lacaille (astronome – 1752) – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Peintre (constellation) – Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles du Peintre – Wikipedia

Sources :

ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionRémi Kaupp / Korrigan (wikimedia commons) – Poulpy / Grum (wikimedia commons) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

Le Paon (constellation)

Constellation de l’hémisphère sud, peu lumineuse (à l’exception d’une étoile de première magnitude).

Abréviation/Symbole : Pav – PAV
Appelé aussi : (constellation du) Paon – Pavo (latin nominatif) – PAVO – Pavonis (latin génitif)
Anglais : Pavo (constellation) – Peacock
Chinois : 孔雀座 (kǒngquè zuò)
Russe : Павлин (созвездие) (Pavlin, sozvezdiye – constellation)

Carte pour la constellation Paon Produite à l'aide du logiciel PP3 - Orthogaffe / Korrigan - Wikimedia Commons

Hémisphère : Sud
Observation : …
Position :
 Au sud de l’équateur, au sud de l’écliptique

Il s’agit de l’une des constellations les plus méridionales de la voûte céleste et elle est quasiment invisible au nord de l’Équateur.

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine : Elle était trop au sud pour être connue par les astronomes antiques du pourtour méditerranéen . La première mention de cette constellation revient aux navigateurs néerlandais Pieter Dirkszoon Keyser et Frederick de Houtman à la fin du xvie siècle . Comme une douzaine d’autres, elle fut popularisée par Johann Bayer dans son Uranometria en 1603 . L’inspiration pour le nom de la constellation proviendrait de l’animal consacré à Héra (la femme de zeus dans la mythologie grecque).


Cf. les fiches-clées :

Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronome – (Inventaire) – Les astronomes antiques du pourtour méditerranéen – (Inventaire)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Constellation – (Rubrique), ancienne – (Inventaire), équatoriale – (Inventaire), faible (peu lumineuse) – (Inventaire), méridionale – (Inventaire) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère sud – (Inventaire)
Écliptique – Sud de l’écliptique – (Rubrique/Inventaire)
Équateur – (Inventaire), céleste, galactique, terrestre – (Rubrique) – Nord de l’équateur (terrestre) – (Rubrique/Inventaire)
Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), brillante – (Rubrique) – (Inventaire), de première magnitude – (Rubrique) – (Inventaire), visible (à l’œil nu) – (Inventaire)
Hémisphère (terrestre) sud – (Rubrique)
Magnitude d’un astre
Uranometria (premier atlas céleste, cartographie du ciel austral – 1603 – johann bayer)
Voûte céleste

(Chercheurs) Johann Bayer (astronome – 1603) – (Rubrique) – Frederick (frederik) de Houtman (navigateur et cartographe céleste néerlandais, xvie s.) – (Rubrique) – Ludwig Ideler – Pieter Dirkszoon Keyser (petrus theodori, navigateur et cartographe céleste néerlandais, xvie s.) – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Paon (constellation) – Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles du Paon – Wikipedia

Sources :

ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionRémi Kaupp / Korrigan (wikimedia commons) – Orthogaffe (wikimedia commons) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

L’Oiseau de paradis (constellation)

Constellation méridionale faiblement visible.

Abréviation/Symbole : Aps
Appelé aussi : (constellation de l’) Oiseau de paradis – Apus (latin nominatif) – Apodis (latin génitif)
Anglais : Apus
Chinois : 天燕座 (tiān yàn zuò)
Russe : Райская Птица (созвездие) (rayskaya Ptitsa, sozvezdiye – constellation)

Carte pour la constellation Oiseau de paradis produite à l'aide du logiciel PP3 - Grum / Korrigan - Wikimedia Commons

Hémisphère : Sud
Position :
 Au sud de l’équateur, au sud de l’écliptique

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine : La première référence connue de la constellation de l’Oiseau de paradis est faite dans l’Uranometria de Johann Bayer en 1603, mais il est possible que l’origine du nom remonte aux navigateurs néerlandais Pieter Dirkszoon Keyser et Frederick de Houtman.


Cf. les fiches-clées :

Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Constellation – (Rubrique), méridionale – (Inventaire) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère sud – (Inventaire)
Écliptique
Équateur – (Inventaire), céleste, terrestre – (Rubrique)
Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), brillante – (Rubrique) – (Inventaire), visible (à l’œil nu) – (Inventaire)
Hémisphère (terrestre) sud – (Rubrique)

L’Oiseau de paradis (constellation) (rubrique)

(Chercheurs) Johann Bayer (astronome – 1603) – (Rubrique) – Frederick (frederik) de Houtman (navigateur et cartographe céleste néerlandais, xvie s.) – (Rubrique) – Pieter Dirkszoon Keyser (petrus theodori, navigateur et cartographe céleste néerlandais, xvie s.) – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles de l’Oiseau de paradis – Wikipedia

Sources :

ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionRémi Kaupp / Korrigan (wikimedia commons) – Poulpy / Grum (wikimedia commons) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

L’Octant (constellation)

Constellation de l’hémisphère sud.

Abréviation/Symbole : Oct
Appelé aussi : (constellation de l’) Octant – Octans (latin nominatif) – Octantis (latin génitif)
Anglais : Octans
Chinois : 南极座 (nánjí zuò)
Russe : Октант (созвездие) (oktant, sozvezdiye – constellation)

 Carte pour la constellation de l'fr:Octant (Erreur : Hya devrait être Hyi) Produite à l'aide du logiciel PP3 - Grum / Korrigan - Wikimedia Commons

L’une de ses étoiles, Polaris Australis (σ octantis), est l’étoile visible à l’œil nu la plus proche du pôle sud céleste.

Hémisphère : Nord ou Sud ou Zénith
Position :
 Au sud de l’équateur / Pôle céleste sud, au sud de l’écliptique

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine : La constellation de l’Octant fut créée par Nicolas-Louis de Lacaille en 1752 avec 13 autres constellations afin de remplir les derniers pans de ciel austral sans dénomination . Elle est nommée comme les autres d’après un appareil scientifique : l’octant est un instrument de navigation permettant de connaître sa position.


Cf. les fiches-clées :

Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Constellation – (Rubrique) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère sud – (Inventaire)
Écliptique
Équateur – (Inventaire), céleste, galactique, terrestre – (Rubrique)
Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), brillante – (Rubrique) – (Inventaire), visible (à l’œil nu) – (Inventaire) – Polaris Australis (σ octantis) – (Rubrique)
Hémisphère (terrestre) sud – (Rubrique)

L’Octant (constellation) (rubrique)

Pôle – (Inventaire), sud (terrestre) – (Rubrique), sud céleste – (Rubrique/Inventaire)

(Chercheurs) Nicolas-Louis de Lacaille (astronome – 1752) – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles de l’Octant – Wikipedia

Sources :

ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionRémi Kaupp / Korrigan (wikimedia commons) – Poulpy / Grum (wikimedia commons) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

La Mouche (constellation)

Petite constellation, l’une des plus au sud de la voûte céleste .

Abréviation/Symbole : Mus
Appelé aussi : (constellation de la) Mouche, australe – Musca (latin nominatif) – Muscae (latin génitif) – Abeille
Anglais : Musca
Chinois : 苍蝇座 (cāngyíng zuò)
Russe : Муха (созвездие) (mukha, sozvezdiye – constellation)

Carte pour la constellation Mouche Produite à l'aide du logiciel PP3 - Orthogaffe / Korrigan - Wikimedia Commons

Hémisphère : Sud
Position : Au sud de l’équateur, au sud de l’écliptique

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine / Histoire : La constellation de la Mouche fut proposée par les navigateurs hollandais Pieter Dirkszoon Keyser et Frederick de Houtman en 1536 . L’astronome Johann Bayer l’introduisit dans son Uranometria en 1603 sous le nom de l’Abeille . Plus tard, Nicolas-Louis de Lacaille la rebaptisa Mouche australe, afin de la différencier de la Mouche boréale, une constellation maintenant disparue située près du Bélier . La suppression de cette constellation permit de la rebaptiser simplement Mouche.


Cf. les fiches-clées :

Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Constellation – (Rubrique) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère sud – (Inventaire) – Petite constellation – (Inventaire)
Écliptique
Équateur – (Inventaire), céleste, terrestre – (Rubrique)
Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), brillante – (Rubrique) – (Inventaire), visible (à l’œil nu) – (Inventaire)
Hémisphère (terrestre) sud – (Rubrique)

La Mouche (constellation) (rubrique)

Le Belier (constellation) – (Rubrique)
Uranometria (premier atlas céleste, cartographie du ciel austral – 1603 – johann bayer)

(Chercheurs) Johann Bayer (astronome) – (Rubrique) – Frederick (frederik) de Houtman (navigateur et cartographe céleste néerlandais – 1536) – (Rubrique) – Pieter Dirkszoon Keyser (petrus theodori, navigateur et cartographe céleste néerlandais – 1536) – (Rubrique) – Nicolas-Louis de Lacaille (astronome) – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles de la Mouche – Wikipedia

Sources :

ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionRémi Kaupp / Korrigan (wikimedia commons) – Orthogaffe (wikimedia commons) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

Le Lynx (constellation)

Constellation de l’hémisphère nord située au sud et à l’ouest de la Grande Ourse.

Abréviation/Symbole : Lyn – Cis
Appelé aussi : (constellation du) Lynx – Lynx (latin nominatif) – Lyncis (latin génitif)
Anglais : Lynx (constellation)
Chinois : 天猫座 (tiān māo zuò)
Russe : Рысь (созвездие) (rys’, sozvezdiye – constellation)

Carte pour la constellation Lynx Produite à l'aide du logiciel PP3 - Grum / Korrigan - Wikimedia Commons

Malgré sa grande taille (plus grande que les gémeaux par exemple), elle ne contient que peu d’étoiles brillantes car elle découpe un pan du ciel opposé au centre de la Voie lactée, dans une direction nettement au-dessus de l’équateur céleste.

Hémisphère : Nord
Position :
 Au nord de l’équateur, au nord de l’écliptique

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine : Cette constellation fut introduite par Johannes Hevelius en 1687 pour remplir le vide entre la Grande Ourse et le Cocher . Son nom proviendrait du fait qu’il faudrait de très bons yeux pour voir les étoiles de cette constellation . Les limites de cette constellations ont changé au cours du temps et la nomenclature stellaire qui s’y rapporte prête parfois à confusion (10 uma, par exemple, se trouve dans le lynx et non dans la grande ourse, alors que l’inverse est vrai pour 41 lyn).


Cf. les fiches-clées :

Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Constellation – (Rubrique), vaste – (Inventaire) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère nord – (Inventaire)
Écliptique
Équateur – (Inventaire), céleste, galactique, terrestre – (Rubrique)

Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), brillante – (Rubrique) – (Inventaire), visible (à l’œil nu) – (Inventaire) – 10 UMa (étoile du lynx) – (Rubrique) – 41 Lyn (étoile de la grande ourse) – (Rubrique)

Galaxie(Rubrique)(Inventaire) – Notre galaxie, La Voie lactée – (Rubrique)
Hémisphère (terrestre) nord – (Rubrique)
La grande Ourse (constellation) – (Rubrique) – Le Cocher (constellation) – (Rubrique)

Le Lynx (constellation) (rubrique)

Les Gémeaux (constellation) – (Rubrique)
Nomenclature stellaire

(Chercheurs) Johannes Hevelius (astronome polonais – 1687) – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles du Lynx – Wikipedia

Sources :

ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionRémi Kaupp / Korrigan (wikimedia commons) – Poulpy / Grum (wikimedia commons) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

Le Lièvre (constellation)

Constellation ancienne de l’hémisphère sud.

Abréviation/Symbole : Lep
Appelé aussi : (constellation du) Lièvre – Lepus (latin nominatif) – Leporis (latin génitif) – La Barque d’Osiris
Anglais : Lepus (constellation)
Chinois : 天兔座 (tiān tù zuò)
Russe : Заяц (созвездие) (zayats, sozvezdiye – constellation)

Carte pour la constellation Lièvre Produite à l'aide du logiciel PP3 - Grum / Orthogaffe / Korrigan - Wikimedia Commons

Étoiles brillantes : Arneb (α leporis) et Nihal (β leporis)

Hémisphère : Nord ou Sud ou Zénith
Position :
 Au sud de l’équateur, au sud de l’écliptique

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine : Les astronomes égyptiens considéraient cette constellation comme la Barque d’Osiris (la proximité de l’éridan, représentant le nil, aidant) . Nommée pour la première fois Lièvre par Eudoxe de Cnide au IVe siècle AVJC, elle fut l’une des constellations répertoriées par Ptolémée dans son Almageste . Il est possible qu’elle représente un lièvre chassé par Orion.


Cf. les fiches-clées :

Almageste (catalogue céleste de ptolémée) – (Rubrique/Inventaire)
Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique), de l’Égypte antique – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Constellation – (Rubrique), ancienne – (Inventaire) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère sud – (Inventaire)
Écliptique
Équateur – (Inventaire), céleste, terrestre – (Rubrique)

Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), brillante – (Rubrique) – (Inventaire), visible (à l’œil nu) – (Inventaire) – Arneb (α leporis)(Rubrique) – Nihal (β leporis) – (Rubrique)

Hémisphère (terrestre) sud – (Rubrique)

Le Lièvre (constellation) (rubrique)

(Chercheurs) Eudoxe de Cnide (astronome grec – 4e s. avjc)(Rubrique) – Claude Ptolémée – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles du Lièvre – Wikipedia

Sources :

ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionRémi Kaupp / Korrigan (wikimedia commons) – Orthogaffe (wikimedia commons) – Poulpy / Grum (wikimedia commons) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

La Licorne (constellation)

Constellation moderne relativement peu lumineuse ; située quelques degrés au-dessous de l’équateur céleste, elle est visible depuis une grande partie du globe terrestre, à l’exception des pôles . Elle occupe une grande partie de l’espace situé à l’intérieur du Triangle d’hiver, ce qui permet de la localiser facilement.

Abréviation/Symbole : Mon
Appelé aussi : (constellation de la) Licorne – Monoceros (latin nominatif) – Monocerotis (latin génitif)
Anglais : Monoceros
Chinois : 麒麟座 (qílín zuò)
Russe : Единорог (созвездие) (yedinorog, sozvezdiye – constellation)

Carte pour la constellation Licorne Produite à l'aide du logiciel PP3 - Orthogaffe / Korrigan - Wikimedia Commons

Hémisphère : Nord ou Sud ou Zénith
Observation : Hiver
Position :
 Équatorial (Eq 6), au sud de l’écliptique, avec projection de la Voie Lactée (VL 12)

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine : La constellation de la Licorne a vraisemblablement été nommée par l’astronome néerlandais Petrus Plancius en 1613 et cartographiée par Jakob Bartsch en 1624 . Heinrich Wilhelm Olbers et Ludwig Ideler indiquent cependant qu’elle apparaît sur des travaux datant de 1564 et Joseph Scaliger rapporte l’avoir vue sur un ancien globe céleste perse . Comme il s’agit d’une constellation moderne, la Licorne n’est pas associée à une quelconque mythologie : il s’agit ici de l’animal merveilleux ressemblant à un cheval et possédant une corne sur le front.


Cf. les fiches-clées :

Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Constellation – (Rubrique), équatoriale – (Inventaire), moderne – (Inventaire), zodiacale (Z) – (Inventaire) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère sud – (Inventaire)
Écliptique
Équateur – (Inventaire), céleste, galactique, terrestre – (Rubrique)
Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), visible (à l’œil nu) – (Inventaire)
Galaxie(Rubrique)(Inventaire) – Notre galaxie, La Voie lactée – (Rubrique)
Globe terrestre
Hémisphère (terrestre) sud – (Rubrique)

La Licorne (constellation) (rubrique)

Pôle – (Inventaire), galactique, nord (terrestre) – (Rubrique), nord galactique (voie lactée), sud (terrestre) – (Rubrique), sud galactique (voie lactée) – (Rubrique), sud céleste
Triangle d’hiver – (Rubrique)

(Chercheurs) Jakob Bartsch (astronome allemand – 1624)(Rubrique) – Ludwig Ideler – Pieter Dirkszoon Keyser (petrus theodori, navigateur et cartographe céleste néerlandais, xvie s.) – (Rubrique) – Heinrich (Wilhelm) Olbers (astronome et physicien allemand)(Rubrique) – Petrus Plancius (astronome et cartographe néerlandais – 1613) – (Rubrique) – Joseph (Juste) Scaliger – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles de la Licorne – Wikipedia

Sources :

ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionRémi Kaupp / Korrigan (wikimedia commons) – Orthogaffe (wikimedia commons) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

Le Lézard (constellation)

Petite constellation de l’hémisphère nord, située entre Andromède, Cassiopée et le Cygne.

Abréviation/Symbole : Lac
Appelé aussi : (constellation du) Lézard – Lacerta (latin nominatif) – Lacertae (latin génitif)
Anglais : Lacerta
Chinois : 蝎虎座 (xiē hǔ zuò)
Russe : Ящерица (созвездие) (yashcheritsa, sozvezdiye – constellation)

Carte pour la constellation Lézard Produite à l'aide du logiciel PP3 - Orthogaffe / Korrigan - Wikimedia Commons

Forme : En zig-zag
Hémisphère :
Nord
Position :
 Au nord de l’équateur, au nord de l’écliptique

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine / Histoire : La constellation du Lézard fut nommée par Johannes Hevelius en 1687 pour combler une région du ciel pauvre en étoiles brillantes . Son nom provient visiblement de la forme en zig-zag décrite par ses étoiles les plus lumineuses . Avant Hevelius, l’astronome Augustin Royer créa la constellation du Sceptre (ou de la main de justice) au même endroit afin de rendre hommage au Roi de France Louis XIV (cette appellation, purement courtisane, ne prit pas racine) . Il existe une légende grecque liée à Déméter où cette dernière recherche sa fille Perséphone . Le roi Céléos lui offre alors l’hospitalité . Mais alors qu’elle est en train de manger, le fils du roi lui fait une remarque insultante, et Démeter le change en lézard.


Cf. les fiches-clées :

Andromède (constellation) – (Rubrique)
Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Cassiopée (constellation) – (Rubrique)
Constellation – (Rubrique) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère nord – (Inventaire)
Écliptique
Équateur – (Inventaire), céleste, terrestre – (Rubrique)
Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), brillante – (Rubrique) – (Inventaire), visible (à l’œil nu) – (Inventaire)
Hémisphère (terrestre) nord – (Rubrique) – Le Cygne (constellation) – (Rubrique)

Le Lézard (constellation) (rubrique)

(Chercheurs) Johannes Hevelius (astronome polonais – 1687) – (Rubrique) – Augustin Royer (astronome)(Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles du Lézard – Wikipedia

Sources :

ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionRémi Kaupp / Korrigan (wikimedia commons) – Orthogaffe (wikimedia commons) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

L’Indien (constellation)

Constellation de l’hémisphère sud.

Abréviation/Symbole : Ind
Appelé aussi : (constellation de l’) Indien – Indus (latin nominatif) – Indi (latin génitif) – Oiseau indien – Job (qu’il compose)
Anglais : Indus (constellation)
Chinois : 印第安座 (yìndì’ān zuò)
Russe : Индеец (созвездие) (indeyets, sozvezdiye – constellation)

Carte pour la constellation Indien Produite à l'aide du logiciel PP3 - Orthogaffe / Korrigan - Wikimedia Commons

La région qu’elle couvre, proche du pôle sud céleste, est relativement pauvre en étoiles et peu sont visibles à l’œil nu . L’acception Oiseau indien est relativement peu fréquente, en raison des risques de confusion avec la constellation de l’Oiseau de paradis.

Hémisphère : Sud
Position :
 Au sud / de l’équateur, au sud de l’écliptique, près du pôle sud céleste

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine : L’Indien est une constellation vraisemblablement inventée par les navigateurs néerlandais Pieter Dirkszoon Keyser et Frederick de Houtman à la fin du xvie siècle et introduite par Johann Bayer dans son Uranometria en 1603 . Elle est supposée représenter un Indien d’Amérique, que Bayer voulait honorer d’une place sur la voûte céleste . L’astronome Julius Schiller combina l’Indien et le Paon afin de former une constellation qu’il nomma d’après le personnage biblique Job (cette constellation – comme toutes les autres créations religieuses de schiller – ne rencontra pas de succès sur le long terme).


Cf. les fiches-clées :

Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Constellation – (Rubrique) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère sud – (Inventaire)
Écliptique
Équateur – (Inventaire), céleste, terrestre – (Rubrique)
Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), brillante – (Rubrique) – (Inventaire), visible (à l’œil nu) – (Inventaire)
Hémisphère (terrestre) sud – (Rubrique)

L’Indien (constellation) (rubrique)

Le Paon (constellation) – (Rubrique)
Pôle – (Inventaire), sud (terrestre) – (Rubrique), sud galactique (voie lactée) – (Rubrique), sud céleste (terre) – (Rubrique/Inventaire)
Uranometria (premier atlas céleste, cartographie du ciel austral – 1603 – johann bayer)

(Chercheurs) Johann Bayer (astronome) – (Rubrique) – Frederick (frederik) de Houtman (navigateur et cartographe céleste néerlandais, xvie s.) – (Rubrique) – Pieter Dirkszoon Keyser (petrus theodori, navigateur et cartographe céleste néerlandais, xvie s.) – (Rubrique) – Julius Schiller (astronome allemand) – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles de L’Indien – Wikipedia

Sources :

ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionRémi Kaupp / Korrigan (wikimedia commons) – Orthogaffe (wikimedia commons) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

L’Hydre mâle (constellation)

Petite constellation située près du pôle sud céleste.

Abréviation/Symbole : Hyi
Appelé aussi : (constellation de l’) Hydre mâle – Hydrus (latin nominatif) – Hydri (latin génitif) – Serpent de mer
Anglais : Hydrus
Chinois : 水蛇座 (shuǐshé zuò)
Russe : Южная Гидра (созвездие) (yuzhnaya gidra, sozvezdiye – constellation)

Johann Bayer - Uraniometria - Southern Birds.jpg - Hydrus (lower right) in an extract from Johann Bayer's Uranometria, its first appearance in a celestial atlas - Wikimedia Commons

Elle découpe une partie de l’espace située sous le plan de la Voie lactée . Elle ne contient donc pas beaucoup d’étoiles visibles.

Carte pour la constellation de l'fr:Hydre mâle Produite à l'aide du logiciel PP3 - Grum / Orthogaffe / Korrigan - Wikimedia Commons

Attention : À ne pas confondre avec l’immense Hydre, dite Hydre femelle.
Hémisphère :
 Sud
Observation : Près du pôle sud céleste
Position :
 Au sud, au sud de l’écliptique

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine : La constellation de l’Hydre mâle est une création moderne . Elle fut inventée par les navigateurs hollandais Pieter Dirkszoon Keyser et Frederick de Houtman à la fin du xvie siècle pour remplir un espace sans dénomination près du pôle sud céleste . Elle fut popularisée par Johann Bayer lors de la publication de son Uranometria en 1603 . Parfois appelée Serpent de mer, elle n’a rien à voir avec l’Hydre (femelle) de Lerne de la mythologie grecque . L’astronome Julius Schiller combina l’Hydre mâle et le Toucan pour former la constellation biblique de l’archange Raphaël . Comme les autres constellations religieuses de Schiller, elle ne tarda pas à tomber en désuétude.


Cf. les fiches-clées :

Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Constellation – (Rubrique), équatoriale – (Inventaire) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère sud – (Inventaire)
Écliptique
Équateur – (Inventaire), céleste, terrestre – (Rubrique)
Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), brillante – (Rubrique) – (Inventaire), visible (à l’œil nu) – (Inventaire)
Hémisphère (terrestre) sud – (Rubrique)
Espace située sous le plan de la Voie lactée

L’Hydre mâle (constellation) (rubrique) – L’Hydre (femelle, constellation) – (Rubrique)

Le Toucan (constellation) – (Rubrique)
Pôle – (Inventaire), sud (terrestre) – (Rubrique), sud galactique (voie lactée) – (Rubrique), sud céleste
Uranometria (premier atlas céleste, cartographie du ciel austral – 1603 – johann bayer)
Notre galaxie, La Voie lactée – (Rubrique) – Espace située sous le plan de la Voie lactée

(Chercheurs) Johann Bayer (astronome – uranometria, 1603) – (Rubrique) – Frederick (frederik) de Houtman (navigateur et cartographe céleste néerlandais, xvie s.) – (Rubrique) – Pieter Dirkszoon Keyser (petrus theodori, navigateur et cartographe céleste néerlandais, xvie s.) – (Rubrique) – Julius Schiller (astronome allemand) – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Page Wikipedia

(Contenu) Liste d’étoiles de L’Hydre mâle – Wikipedia
(Animations) Visibilité nocturne de la constellation (GIF) – Wikimedia Commons

Sources :

Michelet B (wikimedia commons) – ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionRémi Kaupp / Korrigan (wikimedia commons) – Orthogaffe (wikimedia commons) – Pixelmator (outil, mac-os)Poulpy / Grum (wikimedia commons) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

L’Horloge (constellation)

Une des constellations les plus au sud de la voûte céleste, l’une des moins lumineuses d’une région déjà pauvre en étoiles.

Abréviation/Symbole : Hor
Appelé aussi : (constellation de l’) Horloge – Horologium (latin nominatif) – Horologii (latin génitif) – Horologium Oscillitorium (horloge à balancier en latin)
Anglais : Horologium (constellation)
Chinois : 时钟座 (shízhōng zuò)
Russe : Часы (созвездие) (chasy, sozvezdiye – constellation)

Carte pour la constellation Horloge Produite à l'aide du logiciel PP3 - Grum / Orthogaffe / Korrigan - Wikimedia Commons

Hémisphère : Sud
Position :
 Au sud de l’équateur, au sud de l’écliptique

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine : L’Horloge est une des 15 nouvelles constellations introduites par Nicolas-Louis de Lacaille afin de combler les derniers pans de ciel austral sans désignation . Appelée à l’origine Horologium Oscillitorium (horloge à balancier en latin), son nom a ensuite été raccourci pour être plus maniable . Cette dénomination était un hommage à Christian Huygens, inventeur, entre autres, de l’horloge à balancier.


Cf. les fiches-clées :

Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Austral (adjectif) – Ciel austral
Constellation – (Rubrique) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère sud – (Inventaire)
Écliptique
Équateur – (Inventaire), céleste, terrestre – (Rubrique)
Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), brillante – (Rubrique) – (Inventaire)
Hémisphère (terrestre) sud – (Rubrique)
Horloge à balancier, de Christian Huygens

L’Horloge (constellation) – (Rubrique)

Voûte céleste

(Chercheurs) Nicolas-Louis de Lacaille (astronome) – (Rubrique) – Christian (chritiaan) Huygens (huyghens) (astronome et physicien néerlandais)(Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles de l’Horloge – Wikipedia

Sources :

ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionRémi Kaupp / Korrigan (wikimedia commons) – Orthogaffe (wikimedia commons) – Poulpy / Grum (wikimedia commons) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

La Grue (constellation)

Constellation de l’hémisphère austral, située juste en dessous du Poisson austral, et qui ne contient pas beaucoup d’étoiles visibles à l’œil nu.

Abréviation/Symbole : Gru
Appelé aussi : (constellation de la) Grue – Grus (latin nominatif) – Gruis (latin génitif) – Krane (désuet) – Den Reygher (le héron, en néerlandais) – Phoenicopterus (le flamant, en latin)
Anglais : Grus (constellation)
Chinois : 天鹤座 (tiān hè zuò)
Russe : Журавль (созвездие) (zhuravl’, sozvezdiye – constellation)

Carte pour la constellation Grue Produite à l'aide du logiciel PP3 - Orthogaffe / Korrigan - Wikimedia Commons

Forme : Hexagone
Hémisphère :
 Sud
Observation : Au sud du Poisson austral
Position :
 Au sud de l’équateur, au sud de l’écliptique

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine : D’après Ian Ridpath, la Grue est une des douze constellations introduites à la fin du xvie siècle par les navigateurs et explorateurs néerlandais Pieter Dirkszoon Keyser et Frederik de Houtman à la suite de leurs observations du ciel austral . La constellation est représentée pour la première fois sur un globe céleste par Petrus Plancius et Jodocus Hondius en 1598 sous les noms de Krane et Grus (grue, respectivement en néerlandais et en latin) . Houtman la désigne Den Reygher (le héron, en néerlandais) dans son catalogue d’étoiles du ciel austral paru en 1603 mais Johann Bayer adopte la désignation Grus dans son Uranometria (premier atlas céleste à cartographier le ciel austral), qui paraît la même année à Augsbourg . Ultérieurement, la constellation est désignée Phoenicopterus (le flamant, en latin) par Paulus Merula (bibliothécaire de l’université de leyde) dans sa Cosmographiae Generalis qui paraît en 1605 . Phoenicopterus est repris sur un globe céleste fabriqué par Pieter van den Keere (Petrus Kaerius) en 1625 . La constellation est composée d’étoiles situées au sud du Poisson austral . Certaines de ses étoiles ont vraisemblablement relevé de celui-ci . C’est notamment le cas de l’étoile aujourd’hui connue comme γ Gruis : d’une part, l’Almageste de Ptolémée la répertorie parmi les étoiles du Poisson austral ; d’autre part, Aldhanab (son nom traditionnel, provient de l’arabe الذنب, al-ḏanab, qui signifie la queue) . L’abréviation Gru a été adoptée par l’Union astronomique internationale (uai) en 1922 . Ses limites ont été fixées par l’UAI à la suite des travaux d’Eugène Delporte parus en 1930.


Cf. les fiches-clées :

Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Austral (adjectif)
Cartographie – (Rubrique) – Cartographe – (Inventaire)
Catalogue d’étoiles du ciel austral de (frederick) Houtman (1603)
Ciel austral
Constellation – (Rubrique) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère sud – (Inventaire)
Cosmographiae Generalis (paulus merula, 1605)
Écliptique
Équateur – (Inventaire), céleste, terrestre – (Rubrique)

Étoile
 – (Rubrique) – (Inventaire), visible (à l’œil nu)(Inventaire)
Aldhanab (γ Gruis, étoile) (la queue de la grue) – (Rubrique)

Hémisphère, austral, (terrestre) sud – (Rubrique)

La Grue (constellation) – (Rubrique)

Le Poisson austral (constellation) – (Rubrique)
Uranometria (premier atlas céleste, cartographie du ciel austral – 1603 – johann bayer)

(Chercheurs) Johann Bayer (astronome) (Uranometria, 1603) – (Rubrique) – Eugène (Joseph) Delporte (astronome belge – 1930) – (Rubrique) – Jodocus Hondius (l’ancien) (josse de hond, cartographe – 1598) – (Rubrique) – Frederick (frederik) de Houtman (navigateur et cartographe céleste néerlandais – xvie s., 1603) – (Rubrique) – Pieter van den Keere (petrus kaerius) (1625) – Pieter Dirkszoon Keyser (petrus theodori, navigateur et cartographe céleste néerlandais – xvie s.)(Rubrique) – Paulus Merula (bibliothécaire – 1605) – (Rubrique) – Petrus Plancius (1598) – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles de la Grue – Wikipedia

Sources :

ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionRémi Kaupp / Korrigan (wikimedia commons) – Orthogaffe (wikimedia commons) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

La Girafe (constellation)

Constellation assez étendue mais peu lumineuse de l’hémisphère nord.

Abréviation/Symbole : Cam
Appelé aussi : (constellation de la) Girafe – Camelopardalis (latin nominatif / génitif) – Pamelopardalis
Anglais : Camelopardalis
Chinois : 鹿豹座 (lù bào zuò)
Russe : Жираф (созвездие) (zhiraf, sozvezdiye – constellation)

Carte pour la constellation Girafe Produite à l'aide du logiciel PP3 - Orthogaffe / Korrigan - Wikimedia Commons

Hémisphère : Nord ou Sud ou Zénith
Position :
 Au nord de l’équateur, au nord de l’écliptique

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine : Cette grande région qui s’étend entre l’étoile polaire et la constellation du Cocher est dépourvue d’étoile significative, ce qui peut expliquer que, bien qu’elle soit visible toute l’année depuis l’hémisphère nord, elle n’ait été répertoriée pour la première fois qu’en 1624 par le mathématicien allemand Jakob Bartsch, gendre de Johannes Kepler, même si elle a probablement été inventée préalablement par l’astronome et cartographe néerlandais Petrus Plancius . Le nom de la constellation est directement lié à sa forme : longue et effilée, comme un cou de girafe.


Cf. les fiches-clées :

Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Constellation – (Rubrique) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère nord – (Inventaire)
Écliptique
Équateur – (Inventaire), céleste, terrestre – (Rubrique)
Étoile – (Rubrique) – (Inventaire)polaire – (Rubrique/Inventaire)
Hémisphère (terrestre) nord – (Rubrique)

La Girafe (constellation) – (Rubrique)

Le Cocher (constellation) – (Rubrique)

(Chercheurs)
 Jakob Bartsch (mathématicien allemand – 1624) – (Rubrique) – Johannes Kepler – (Rubrique) – Petrus Plancius (astronome et cartographe néerlandais)(Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles de la Girafe – Wikipedia

Sources :

ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionRémi Kaupp / Korrigan (wikimedia commons) – Orthogaffe (wikimedia commons) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

Le Fourneau (constellation)

Constellation extrêmement peu lumineuse de l’hémisphère sud.

Abréviation/Symbole : For
Appelé aussi : (constellation du) Fourneau – Fornax (latin nominatif) – Fornacis (latin génitif) – Fornax Chemica (le fourneau du chimiste – désuet)
Anglais : Fornax
Chinois : 天炉座 (tiān lú zuò)
Russe : Печь (созвездие) (pech’, sozvezdiye – constellation)

Carte pour la constellation Fourneau Produite à l'aide du logiciel PP3 - Orthogaffe / Korrigan - Wikimedia Commons

Hémisphère : Sud
Position :
 Au sud de l’équateur, au sud de l’écliptique

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine : Le Fourneau est l’une des 14 nouvelles constellations introduites par Nicolas-Louis de Lacaille en 1752 afin de combler les derniers espaces de ciel austral sans dénomination . Elle était originellement nommée Fornax Chemica (le fourneau du chimiste en latin) . Son nom peut également être rapproché de Fornax, la divinité romaine du pain et des fours ou au fourneau d’Héphaïstos, dieu grec du fer, du marteau et des fourneaux.


Cf. les fiches-clées :

Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Constellation – (Rubrique) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère sud – (Inventaire)
Écliptique
Équateur – (Inventaire), céleste, terrestre – (Rubrique)
Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), brillante – (Rubrique) – (Inventaire)
Hémisphère (terrestre) sud – (Rubrique)

Le Fourneau (constellation) (rubrique)

(Chercheurs) Nicolas-Louis de Lacaille (astronome – 1752)(Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles du Fourneau – Wikipedia

Sources :

ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionRémi Kaupp / Korrigan (wikimedia commons) – Orthogaffe (wikimedia commons) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

Proxima Centauri

Étoile naine rouge invisible à l’œil nu mais dont la position dans le système d’α Centauri en fait l’étoile la plus proche du Soleil.

Abréviation/Symbole : α Cen C – ACC
Appelé aussi : Proxima du Centaure (en français) – Alpha Centauri C – Proxima – Naine rouge
Anglais : Proxima Centauri – Red dwarf
Chinois : 比邻星 (bìlín xīng)
Russe : Проксима Центавра (proksima tsentavra)

Hubble's New Shot of Proxima Centauri, our Nearest Neighbor - Hubble - Nasa

Attention : Ne pas confondre avec les deux autres étoiles du système triple, Alpha (α) Centauri (A, B)

Proxima Centauri is the closest star to our Sun, but even if it is only 4.28 light years away this red duarf is only of magnitude 11!! The two bright stars are "the Pointers" Alpha Centauri (Rigil Kent) and Beta Centauri (Hadar). At left of Rigil Kent is the open cluster NGC5617 - Marco Lorenzi - astrosurf.com

Distance au Soleil : éloignée de 4,22 années-lumière (l’étoile la plus proche).
Magnitude apparente : 11,05
Système : Alpha Centauri

Alpha Centauri relative sizes.svg - Wikimedia Commons

Découverte : Proxima Centauri a été découverte en 1915 par l’astronome britannique Robert T. A. Innes, alors qu’il était le directeur de l’observatoire de l’Union à Johannesburg en Union d’Afrique du Sud.


Cf. les fiches-clées :

Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), naine rouge – (Inventaire) – Alpha Centauri (étoile, α) – (Rubrique) – Beta Centauri (étoile, β) – (Rubrique)

Proxima Centauri (rubrique) – Proxima Centauri VS Le Soleil VS Alpha Centauri A, B

Système – (Inventaire), stellaire – (Inventaire)(stellaire) Alpha Centauri – (Rubrique)

(Chercheurs) Robert Thorburn Ayton Innes (astronome britannique – 1915)(Rubrique) – Marco Lorenzi (astrophotographe)

Documentation (liens externes) :

Page Wikipedia

(Fiches) Proxima Centauri – SSQ

Sources :

Astrosurf – ВикипедияGoogle FranceGoogle TraductionHubbleSite – Marco Lorenzi – NASA – QwantLe Robert-Dixel MobileSSQ – Star Echoes (astrosurf.com) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia