Le Triangle austral (constellation)

Petite constellation de l’hémisphère sud dont les trois étoiles les plus lumineuses (de deuxième et troisième magnitude apparente) forment approximativement un triangle d’apparence équilatéral.

Abréviation/Symbole : TrA
Appelé aussi : (constellation du) Triangle austral – Triangulum Australe (latin nominatif) – TRIANGULUM AUSTRAL – Trianguli Australis (latin génitif)
Anglais : Triangulum Autrale
Chinois : 南三角座 (nán sānjiǎo zuò)
Russe : Южный Треугольник (yuzhnyy treugol’nik)

Carte pour la constellation Triangle asutral Produite à l'aide du logiciel PP3 - Orthogaffe / Korrigan - Wikimedia Commons

Étoiles : α tra, β tra, γ tra (gamma), δ tra (delta), ε tra
Hémisphère :
 Sud
Observation : …
Position :
 Au sud de l’équateur, au sud de l’écliptique

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine : Le Triangle austral fut introduit pour la première fois par le navigateur italien Amerigo Vespucci en 1503 . Réinventée par les navigateurs néerlandais Pieter Dirkszoon Keyser et Frederick de Houtman à la fin du xvie siècle et introduite par Johann Bayer dans son Uranometria en 1603.


Cf. les fiches-clées :

Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Austral (adjectif) 
Constellation – (Rubrique), ancienne – (Inventaire), moderne – (Inventaire) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère sud – (Inventaire) – Petite constellation – (Inventaire)
Écliptique
Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), brillante – (Rubrique) – (Inventaire), de deuxième magnitude (2e) – (Rubrique) – (Inventaire), de troisième magnitude – (Rubrique) – (Inventaire), visible (à l’œil nu) – (Inventaire)
Hémisphère (terrestre) sud – (Rubrique)
Uranometria (premier atlas céleste, cartographie du ciel austral – 1603 – johann bayer)

(Chercheurs) Johann Bayer (astronome) – (Rubrique) – Frederick (frederik) de Houtman (navigateur et cartographe céleste néerlandais, xvie s.) – (Rubrique) – jPieter Dirkszoon Keyser (petrus theodori, navigateur et cartographe céleste néerlandais, xvie s.) – (Rubrique) – Amerigo Vespucci (navigateur – 1503)(Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Triangle austral – Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles du Triangle austral – Wikipedia

Sources :

ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionRémi Kaupp / Korrigan (wikimedia commons) – Orthogaffe (wikimedia commons) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

Le Toucan (constellation)

Constellation de l’hémisphère sud, légèrement plus lumineuse que les autres constellations de cette partie du ciel austral.

The "southern birds" as seen in Johann Bayer's Uranometria. Tucana (as "Toucan") is in the middle. - Johann Bayer - Wikimedia Commons

Abréviation/Symbole : Tuc
Appelé aussi : (constellation du) Toucan – Tucana (latin nominatif) – TUCANA – Tucanae (latin génitif)
Anglais : Tucana
Chinois : 杜鵑座 (dùjuān zuò)
Russe : Тукан (созвездие) (tukan, sozvezdie – constellation)

Carte pour la constellation Toucan Produite à l'aide du logiciel PP3 - Orthogaffe / Korrigan - Wikimedia Commons

Hémisphère : Sud
Observation : …
Position :
 Au sud de l’équateur, au sud de l’écliptique

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine : Inventée par les navigateurs néerlandais Pieter Dirkszoon Keyser et Frederick de Houtman à la fin du xvie siècle, elle fut popularisée par Johann Bayer lors de la publication de son Uranometria en 1603.


Cf. les fiches-clées :

Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Ciel austral
Constellation – (Rubrique), ancienne – (Inventaire), moderne – (Inventaire) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère nord – (Inventaire), de l’hémisphère sud – (Inventaire) – Petite constellation – (Inventaire)
Écliptique – Sud de l’écliptique – (Rubrique/Inventaire)
Équateur – (Inventaire), céleste, terrestre – (Rubrique) – Sud de l’équateur – (Rubrique/Inventaire)
Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), brillante – (Rubrique) – (Inventaire), visible (à l’œil nu) – (Inventaire)
Hémisphère (terrestre) sud – (Rubrique)
Uranometria (premier atlas céleste, cartographie du ciel austral – 1603 – johann bayer)

(Chercheurs)
Johann Bayer (astronome – 1603) – (Rubrique) – Frederick (frederik) de Houtman (navigateur et cartographe céleste néerlandais, xvie s.) – (Rubrique) – Pieter Dirkszoon Keyser (petrus theodori, navigateur et cartographe céleste néerlandais, xvie s.) – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Toucan (constellation) – Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles du Toucan – Wikipedia

Sources :

Johann Bayer – ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionRémi Kaupp / Korrigan (wikimedia commons) – Orthogaffe (wikimedia commons) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

Le Poisson volant (constellation)

Petite constellation de l’hémisphère sud, au sud de la Carène.

Abréviation/Symbole : Vol – VOL
Appelé aussi : (constellation du) Poisson volant – Volans (latin nominatif) – VOLANS – Volantis (latin génitif)
Anglais : Volans
Chinois : 飞鱼座 (fēiyú zuò)
Russe : Летучая Рыба (созвездие) (letuchaya ryba, sozvezdiye – constellation)

Carte pour la constellation Poisson volant Produite à l'aide du logiciel PP3 - Grum / Orthogaffe / Korrigan - Wikimedia Commons

Hémisphère : Sud
Observation : …
Position :
 Au sud de l’équateur, au sud de l’écliptique

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine : La constellation du Poisson volant, comme nombre de constellations du ciel austral, ne date pas de l’époque antique . Elle a été créée par les navigateurs néerlandais Pieter Dirkszoon Keyser et Frederick de Houtman à la fin du 16e et popularisée par Johann Bayer en 1603.


Cf. les fiches-clées :

Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Ciel austral
Constellation – (Rubrique), ancienne – (Inventaire), équatoriale – (Inventaire), moderne – (Inventaire) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère sud – (Inventaire) – Petite constellation – (Inventaire)
Écliptique – Sud de l’écliptique – (Rubrique/Inventaire)
Équateur – (Inventaire), céleste, terrestre – (Rubrique) – Sud de l’équateur – (Rubrique/Inventaire)
Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), brillante – (Rubrique) – (Inventaire), visible (à l’œil nu) – (Inventaire)
Hémisphère (terrestre) sud – (Rubrique)

La Carène (constellation) – (Rubrique) – Au sud de la Carène – (Inventaire)

(Chercheurs) Johann Bayer (astronome – 1603) – (Rubrique) – Frederick (frederik) de Houtman (navigateur et cartographe céleste néerlandais, xvie s.) – (Rubrique) – Pieter Dirkszoon Keyser (petrus theodori, navigateur et cartographe céleste néerlandais, xvie s.) – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Poisson volant (constellation) – Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles du Poisson volant – Wikipedia

Sources :

ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionRémi Kaupp / Korrigan (wikimedia commons) – Orthogaffe (wikimedia commons) – Poulpy / Grum (wikimedia commons) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

Le Phénix (constellation)

Constellation de l’hémisphère sud, peu lumineuse.

Abréviation/Symbole : Phe – PHE
Appelé aussi : (constellation du) Phénix – Phoenix (latin nominatif) – PHOENIX – Phoenicis (latin génitif)
Anglais : Phoenix (constellation)
Chinois : 凤凰座 (fènghuáng zuò)
Russe : Феникс (созвездие) (feniks, sozvezdiye – constellation)

Carte pour la constellation Phénix Produite à l'aide du logiciel PP3 - Grum / Korrigan - Wikimedia Commons

Hémisphère : Sud
Observation : Elle peut être observée par les habitants de l’hémisphère nord à moins de 30° de latitude.
Position :
 Au sud de l’équateur, au sud de l’écliptique

Constellation Phénix - Till credner - Wikimedia Commons

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine : La constellation du Phénix est relativement moderne . Les astronomes arabes incluaient ses étoiles dans l’Éridan . Elle fut introduite par les navigateurs néerlandais Pieter Dirkszoon Keyser et Frederick de Houtman à la fin du xvie siècle sous son nom actuel et inventoriée par l’astronome Johann Bayer en 1603 dans son Uranometria.


Cf. les fiches-clées :

Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Astronome – (Inventaire) – Les astronomes arabes – (Inventaire)
Constellation – (Rubrique), ancienne – (Inventaire), équatoriale – (Inventaire), faible (peu lumineuse) – (Inventaire), moderne – (Inventaire) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère nord – (Inventaire), de l’hémisphère sud – (Inventaire)
Écliptique – Sud de l’écliptique – (Rubrique/Inventaire)
Équateur – (Inventaire), céleste, terrestre – (Rubrique) – Sud de l’équateur – (Rubrique/Inventaire)
Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), brillante – (Rubrique) – (Inventaire), visible (à l’œil nu) – (Inventaire)
Hémisphère (terrestre) sud – (Rubrique)

L’Éridan (constellation) – (Rubrique)

Uranometria (premier atlas céleste, cartographie du ciel austral – 1603 – johann bayer) 

(Chercheurs) Johann Bayer (astronome – 1603) – (Rubrique) – Frederick (frederik) de Houtman (navigateur et cartographe céleste néerlandais, fin du xvie) – (Rubrique) – Pieter Dirkszoon Keyser (petrus theodori, navigateur et cartographe céleste néerlandais, fin du xvie) – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Phénix (constellation) – Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles du Phénix – Wikipedia

Sources :

ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionRémi Kaupp / Korrigan (wikimedia commons) – Poulpy / Grum (wikimedia commons) – Till Credner (wikimedia commons) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

Le Paon (constellation)

Constellation de l’hémisphère sud, peu lumineuse (à l’exception d’une étoile de première magnitude).

Abréviation/Symbole : Pav – PAV
Appelé aussi : (constellation du) Paon – Pavo (latin nominatif) – PAVO – Pavonis (latin génitif)
Anglais : Pavo (constellation) – Peacock
Chinois : 孔雀座 (kǒngquè zuò)
Russe : Павлин (созвездие) (Pavlin, sozvezdiye – constellation)

Carte pour la constellation Paon Produite à l'aide du logiciel PP3 - Orthogaffe / Korrigan - Wikimedia Commons

Hémisphère : Sud
Observation : …
Position :
 Au sud de l’équateur, au sud de l’écliptique

Il s’agit de l’une des constellations les plus méridionales de la voûte céleste et elle est quasiment invisible au nord de l’Équateur.

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine : Elle était trop au sud pour être connue par les astronomes antiques du pourtour méditerranéen . La première mention de cette constellation revient aux navigateurs néerlandais Pieter Dirkszoon Keyser et Frederick de Houtman à la fin du xvie siècle . Comme une douzaine d’autres, elle fut popularisée par Johann Bayer dans son Uranometria en 1603 . L’inspiration pour le nom de la constellation proviendrait de l’animal consacré à Héra (la femme de zeus dans la mythologie grecque).


Cf. les fiches-clées :

Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronome – (Inventaire) – Les astronomes antiques du pourtour méditerranéen – (Inventaire)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Constellation – (Rubrique), ancienne – (Inventaire), équatoriale – (Inventaire), faible (peu lumineuse) – (Inventaire), méridionale – (Inventaire) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère sud – (Inventaire)
Écliptique – Sud de l’écliptique – (Rubrique/Inventaire)
Équateur – (Inventaire), céleste, galactique, terrestre – (Rubrique) – Nord de l’équateur (terrestre) – (Rubrique/Inventaire)
Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), brillante – (Rubrique) – (Inventaire), de première magnitude – (Rubrique) – (Inventaire), visible (à l’œil nu) – (Inventaire)
Hémisphère (terrestre) sud – (Rubrique)
Magnitude d’un astre
Uranometria (premier atlas céleste, cartographie du ciel austral – 1603 – johann bayer)
Voûte céleste

(Chercheurs) Johann Bayer (astronome – 1603) – (Rubrique) – Frederick (frederik) de Houtman (navigateur et cartographe céleste néerlandais, xvie s.) – (Rubrique) – Ludwig Ideler – Pieter Dirkszoon Keyser (petrus theodori, navigateur et cartographe céleste néerlandais, xvie s.) – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Paon (constellation) – Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles du Paon – Wikipedia

Sources :

ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionRémi Kaupp / Korrigan (wikimedia commons) – Orthogaffe (wikimedia commons) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

L’Oiseau de paradis (constellation)

Constellation méridionale faiblement visible.

Abréviation/Symbole : Aps
Appelé aussi : (constellation de l’) Oiseau de paradis – Apus (latin nominatif) – Apodis (latin génitif)
Anglais : Apus
Chinois : 天燕座 (tiān yàn zuò)
Russe : Райская Птица (созвездие) (rayskaya Ptitsa, sozvezdiye – constellation)

Carte pour la constellation Oiseau de paradis produite à l'aide du logiciel PP3 - Grum / Korrigan - Wikimedia Commons

Hémisphère : Sud
Position :
 Au sud de l’équateur, au sud de l’écliptique

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine : La première référence connue de la constellation de l’Oiseau de paradis est faite dans l’Uranometria de Johann Bayer en 1603, mais il est possible que l’origine du nom remonte aux navigateurs néerlandais Pieter Dirkszoon Keyser et Frederick de Houtman.


Cf. les fiches-clées :

Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Constellation – (Rubrique), méridionale – (Inventaire) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère sud – (Inventaire)
Écliptique
Équateur – (Inventaire), céleste, terrestre – (Rubrique)
Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), brillante – (Rubrique) – (Inventaire), visible (à l’œil nu) – (Inventaire)
Hémisphère (terrestre) sud – (Rubrique)

L’Oiseau de paradis (constellation) (rubrique)

(Chercheurs) Johann Bayer (astronome – 1603) – (Rubrique) – Frederick (frederik) de Houtman (navigateur et cartographe céleste néerlandais, xvie s.) – (Rubrique) – Pieter Dirkszoon Keyser (petrus theodori, navigateur et cartographe céleste néerlandais, xvie s.) – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles de l’Oiseau de paradis – Wikipedia

Sources :

ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionRémi Kaupp / Korrigan (wikimedia commons) – Poulpy / Grum (wikimedia commons) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

La Mouche (constellation)

Petite constellation, l’une des plus au sud de la voûte céleste .

Abréviation/Symbole : Mus
Appelé aussi : (constellation de la) Mouche, australe – Musca (latin nominatif) – Muscae (latin génitif) – Abeille
Anglais : Musca
Chinois : 苍蝇座 (cāngyíng zuò)
Russe : Муха (созвездие) (mukha, sozvezdiye – constellation)

Carte pour la constellation Mouche Produite à l'aide du logiciel PP3 - Orthogaffe / Korrigan - Wikimedia Commons

Hémisphère : Sud
Position : Au sud de l’équateur, au sud de l’écliptique

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine / Histoire : La constellation de la Mouche fut proposée par les navigateurs hollandais Pieter Dirkszoon Keyser et Frederick de Houtman en 1536 . L’astronome Johann Bayer l’introduisit dans son Uranometria en 1603 sous le nom de l’Abeille . Plus tard, Nicolas-Louis de Lacaille la rebaptisa Mouche australe, afin de la différencier de la Mouche boréale, une constellation maintenant disparue située près du Bélier . La suppression de cette constellation permit de la rebaptiser simplement Mouche.


Cf. les fiches-clées :

Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Constellation – (Rubrique) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère sud – (Inventaire) – Petite constellation – (Inventaire)
Écliptique
Équateur – (Inventaire), céleste, terrestre – (Rubrique)
Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), brillante – (Rubrique) – (Inventaire), visible (à l’œil nu) – (Inventaire)
Hémisphère (terrestre) sud – (Rubrique)

La Mouche (constellation) (rubrique)

Le Belier (constellation) – (Rubrique)
Uranometria (premier atlas céleste, cartographie du ciel austral – 1603 – johann bayer)

(Chercheurs) Johann Bayer (astronome) – (Rubrique) – Frederick (frederik) de Houtman (navigateur et cartographe céleste néerlandais – 1536) – (Rubrique) – Pieter Dirkszoon Keyser (petrus theodori, navigateur et cartographe céleste néerlandais – 1536) – (Rubrique) – Nicolas-Louis de Lacaille (astronome) – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles de la Mouche – Wikipedia

Sources :

ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionRémi Kaupp / Korrigan (wikimedia commons) – Orthogaffe (wikimedia commons) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

L’Indien (constellation)

Constellation de l’hémisphère sud.

Abréviation/Symbole : Ind
Appelé aussi : (constellation de l’) Indien – Indus (latin nominatif) – Indi (latin génitif) – Oiseau indien – Job (qu’il compose)
Anglais : Indus (constellation)
Chinois : 印第安座 (yìndì’ān zuò)
Russe : Индеец (созвездие) (indeyets, sozvezdiye – constellation)

Carte pour la constellation Indien Produite à l'aide du logiciel PP3 - Orthogaffe / Korrigan - Wikimedia Commons

La région qu’elle couvre, proche du pôle sud céleste, est relativement pauvre en étoiles et peu sont visibles à l’œil nu . L’acception Oiseau indien est relativement peu fréquente, en raison des risques de confusion avec la constellation de l’Oiseau de paradis.

Hémisphère : Sud
Position :
 Au sud / de l’équateur, au sud de l’écliptique, près du pôle sud céleste

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine : L’Indien est une constellation vraisemblablement inventée par les navigateurs néerlandais Pieter Dirkszoon Keyser et Frederick de Houtman à la fin du xvie siècle et introduite par Johann Bayer dans son Uranometria en 1603 . Elle est supposée représenter un Indien d’Amérique, que Bayer voulait honorer d’une place sur la voûte céleste . L’astronome Julius Schiller combina l’Indien et le Paon afin de former une constellation qu’il nomma d’après le personnage biblique Job (cette constellation – comme toutes les autres créations religieuses de schiller – ne rencontra pas de succès sur le long terme).


Cf. les fiches-clées :

Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Constellation – (Rubrique) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère sud – (Inventaire)
Écliptique
Équateur – (Inventaire), céleste, terrestre – (Rubrique)
Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), brillante – (Rubrique) – (Inventaire), visible (à l’œil nu) – (Inventaire)
Hémisphère (terrestre) sud – (Rubrique)

L’Indien (constellation) (rubrique)

Le Paon (constellation) – (Rubrique)
Pôle – (Inventaire), sud (terrestre) – (Rubrique), sud galactique (voie lactée) – (Rubrique), sud céleste (terre) – (Rubrique/Inventaire)
Uranometria (premier atlas céleste, cartographie du ciel austral – 1603 – johann bayer)

(Chercheurs) Johann Bayer (astronome) – (Rubrique) – Frederick (frederik) de Houtman (navigateur et cartographe céleste néerlandais, xvie s.) – (Rubrique) – Pieter Dirkszoon Keyser (petrus theodori, navigateur et cartographe céleste néerlandais, xvie s.) – (Rubrique) – Julius Schiller (astronome allemand) – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles de L’Indien – Wikipedia

Sources :

ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionRémi Kaupp / Korrigan (wikimedia commons) – Orthogaffe (wikimedia commons) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

L’Hydre mâle (constellation)

Petite constellation située près du pôle sud céleste.

Abréviation/Symbole : Hyi
Appelé aussi : (constellation de l’) Hydre mâle – Hydrus (latin nominatif) – Hydri (latin génitif) – Serpent de mer
Anglais : Hydrus
Chinois : 水蛇座 (shuǐshé zuò)
Russe : Южная Гидра (созвездие) (yuzhnaya gidra, sozvezdiye – constellation)

Johann Bayer - Uraniometria - Southern Birds.jpg - Hydrus (lower right) in an extract from Johann Bayer's Uranometria, its first appearance in a celestial atlas - Wikimedia Commons

Elle découpe une partie de l’espace située sous le plan de la Voie lactée . Elle ne contient donc pas beaucoup d’étoiles visibles.

Carte pour la constellation de l'fr:Hydre mâle Produite à l'aide du logiciel PP3 - Grum / Orthogaffe / Korrigan - Wikimedia Commons

Attention : À ne pas confondre avec l’immense Hydre, dite Hydre femelle.
Hémisphère :
 Sud
Observation : Près du pôle sud céleste
Position :
 Au sud, au sud de l’écliptique

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine : La constellation de l’Hydre mâle est une création moderne . Elle fut inventée par les navigateurs hollandais Pieter Dirkszoon Keyser et Frederick de Houtman à la fin du xvie siècle pour remplir un espace sans dénomination près du pôle sud céleste . Elle fut popularisée par Johann Bayer lors de la publication de son Uranometria en 1603 . Parfois appelée Serpent de mer, elle n’a rien à voir avec l’Hydre (femelle) de Lerne de la mythologie grecque . L’astronome Julius Schiller combina l’Hydre mâle et le Toucan pour former la constellation biblique de l’archange Raphaël . Comme les autres constellations religieuses de Schiller, elle ne tarda pas à tomber en désuétude.


Cf. les fiches-clées :

Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Constellation – (Rubrique), équatoriale – (Inventaire) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère sud – (Inventaire)
Écliptique
Équateur – (Inventaire), céleste, terrestre – (Rubrique)
Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), brillante – (Rubrique) – (Inventaire), visible (à l’œil nu) – (Inventaire)
Hémisphère (terrestre) sud – (Rubrique)
Espace située sous le plan de la Voie lactée

L’Hydre mâle (constellation) (rubrique) – L’Hydre (femelle, constellation) – (Rubrique)

Le Toucan (constellation) – (Rubrique)
Pôle – (Inventaire), sud (terrestre) – (Rubrique), sud galactique (voie lactée) – (Rubrique), sud céleste
Uranometria (premier atlas céleste, cartographie du ciel austral – 1603 – johann bayer)
Notre galaxie, La Voie lactée – (Rubrique) – Espace située sous le plan de la Voie lactée

(Chercheurs) Johann Bayer (astronome – uranometria, 1603) – (Rubrique) – Frederick (frederik) de Houtman (navigateur et cartographe céleste néerlandais, xvie s.) – (Rubrique) – Pieter Dirkszoon Keyser (petrus theodori, navigateur et cartographe céleste néerlandais, xvie s.) – (Rubrique) – Julius Schiller (astronome allemand) – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Page Wikipedia

(Contenu) Liste d’étoiles de L’Hydre mâle – Wikipedia
(Animations) Visibilité nocturne de la constellation (GIF) – Wikimedia Commons

Sources :

Michelet B (wikimedia commons) – ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionRémi Kaupp / Korrigan (wikimedia commons) – Orthogaffe (wikimedia commons) – Pixelmator (outil, mac-os)Poulpy / Grum (wikimedia commons) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

La Grue (constellation)

Constellation de l’hémisphère austral, située juste en dessous du Poisson austral, et qui ne contient pas beaucoup d’étoiles visibles à l’œil nu.

Abréviation/Symbole : Gru
Appelé aussi : (constellation de la) Grue – Grus (latin nominatif) – Gruis (latin génitif) – Krane (désuet) – Den Reygher (le héron, en néerlandais) – Phoenicopterus (le flamant, en latin)
Anglais : Grus (constellation)
Chinois : 天鹤座 (tiān hè zuò)
Russe : Журавль (созвездие) (zhuravl’, sozvezdiye – constellation)

Carte pour la constellation Grue Produite à l'aide du logiciel PP3 - Orthogaffe / Korrigan - Wikimedia Commons

Forme : Hexagone
Hémisphère :
 Sud
Observation : Au sud du Poisson austral
Position :
 Au sud de l’équateur, au sud de l’écliptique

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine : D’après Ian Ridpath, la Grue est une des douze constellations introduites à la fin du xvie siècle par les navigateurs et explorateurs néerlandais Pieter Dirkszoon Keyser et Frederik de Houtman à la suite de leurs observations du ciel austral . La constellation est représentée pour la première fois sur un globe céleste par Petrus Plancius et Jodocus Hondius en 1598 sous les noms de Krane et Grus (grue, respectivement en néerlandais et en latin) . Houtman la désigne Den Reygher (le héron, en néerlandais) dans son catalogue d’étoiles du ciel austral paru en 1603 mais Johann Bayer adopte la désignation Grus dans son Uranometria (premier atlas céleste à cartographier le ciel austral), qui paraît la même année à Augsbourg . Ultérieurement, la constellation est désignée Phoenicopterus (le flamant, en latin) par Paulus Merula (bibliothécaire de l’université de leyde) dans sa Cosmographiae Generalis qui paraît en 1605 . Phoenicopterus est repris sur un globe céleste fabriqué par Pieter van den Keere (Petrus Kaerius) en 1625 . La constellation est composée d’étoiles situées au sud du Poisson austral . Certaines de ses étoiles ont vraisemblablement relevé de celui-ci . C’est notamment le cas de l’étoile aujourd’hui connue comme γ Gruis : d’une part, l’Almageste de Ptolémée la répertorie parmi les étoiles du Poisson austral ; d’autre part, Aldhanab (son nom traditionnel, provient de l’arabe الذنب, al-ḏanab, qui signifie la queue) . L’abréviation Gru a été adoptée par l’Union astronomique internationale (uai) en 1922 . Ses limites ont été fixées par l’UAI à la suite des travaux d’Eugène Delporte parus en 1930.


Cf. les fiches-clées :

Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Austral (adjectif)
Cartographie – (Rubrique) – Cartographe – (Inventaire)
Catalogue d’étoiles du ciel austral de (frederick) Houtman (1603)
Ciel austral
Constellation – (Rubrique) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère sud – (Inventaire)
Cosmographiae Generalis (paulus merula, 1605)
Écliptique
Équateur – (Inventaire), céleste, terrestre – (Rubrique)

Étoile
 – (Rubrique) – (Inventaire), visible (à l’œil nu)(Inventaire)
Aldhanab (γ Gruis, étoile) (la queue de la grue) – (Rubrique)

Hémisphère, austral, (terrestre) sud – (Rubrique)

La Grue (constellation) – (Rubrique)

Le Poisson austral (constellation) – (Rubrique)
Uranometria (premier atlas céleste, cartographie du ciel austral – 1603 – johann bayer)

(Chercheurs) Johann Bayer (astronome) (Uranometria, 1603) – (Rubrique) – Eugène (Joseph) Delporte (astronome belge – 1930) – (Rubrique) – Jodocus Hondius (l’ancien) (josse de hond, cartographe – 1598) – (Rubrique) – Frederick (frederik) de Houtman (navigateur et cartographe céleste néerlandais – xvie s., 1603) – (Rubrique) – Pieter van den Keere (petrus kaerius) (1625) – Pieter Dirkszoon Keyser (petrus theodori, navigateur et cartographe céleste néerlandais – xvie s.)(Rubrique) – Paulus Merula (bibliothécaire – 1605) – (Rubrique) – Petrus Plancius (1598) – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles de la Grue – Wikipedia

Sources :

ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionRémi Kaupp / Korrigan (wikimedia commons) – Orthogaffe (wikimedia commons) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia