Le Poisson austral (constellation)

Petite constellation de l’hémisphère sud . Elle est surtout remarquable pour son étoile principale, Fomalhaut (α psa).

Abréviation/Symbole : PsA – PSA
Appelé aussi : (constellation du) Poisson austral – Piscis Austrinus (latin nominatif) – PISCIS AUSTRINUS – Piscis Austrini (latin génitif)
Anglais : Piscis Austrinus
Chinois : 南魚座 (nán yú zuò)
Russe : Южная Рыба (yuzhnaya ryba)

Piscis austrinus constellation map-fr.png - Wikimedia Commons

Hémisphère : Sud
Observation : …
Position :
 Au sud de l’équateur, au sud de l’écliptique

The constellation Piscis Austrinus as it can be seen by the naked eye - Till Credner - Wikimedia Commons

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine : Il semble que la constellation du Poisson austral était déjà connue sous un nom similaire dans l’Égypte antique . C’est donc une constellation ancienne qui fut répertoriée par Aratos, puis par Ptolémée dans son Almageste . Son nom fait bien sûr pendant à la constellation des Poissons, visible dans l’hémisphère nord.


Cf. les fiches-clées :

Almageste (catalogue céleste de ptolémée) – (Rubrique/Inventaire)
Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Constellation – (Rubrique), ancienne – (Inventaire), moderne – (Inventaire) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère nord – (Inventaire), de l’hémisphère sud – (Inventaire) – Petite constellation – (Inventaire)
Écliptique – Sud de l’écliptique – (Rubrique/Inventaire)
Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), brillante – (Rubrique) – (Inventaire), visible (à l’œil nu) – (Inventaire) – Fomalhaut (étoile α PsA) – (Rubrique)
Hémisphère (terrestre) nord – (Rubrique), (terrestre) sud – (Rubrique)

Les Poissons (constellation) – (Rubrique)

(Chercheurs) Aratos (aratus) de Soles – (Rubrique) – Claude Ptolémée – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Poisson austral – Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles du Poisson austral – Wikipedia

Sources :

ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionTill Credner (wikimedia commons) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

L’Hydre mâle (constellation)

Petite constellation située près du pôle sud céleste.

Abréviation/Symbole : Hyi
Appelé aussi : (constellation de l’) Hydre mâle – Hydrus (latin nominatif) – Hydri (latin génitif) – Serpent de mer
Anglais : Hydrus
Chinois : 水蛇座 (shuǐshé zuò)
Russe : Южная Гидра (созвездие) (yuzhnaya gidra, sozvezdiye – constellation)

Johann Bayer - Uraniometria - Southern Birds.jpg - Hydrus (lower right) in an extract from Johann Bayer's Uranometria, its first appearance in a celestial atlas - Wikimedia Commons

Elle découpe une partie de l’espace située sous le plan de la Voie lactée . Elle ne contient donc pas beaucoup d’étoiles visibles.

Carte pour la constellation de l'fr:Hydre mâle Produite à l'aide du logiciel PP3 - Grum / Orthogaffe / Korrigan - Wikimedia Commons

Attention : À ne pas confondre avec l’immense Hydre, dite Hydre femelle.
Hémisphère :
 Sud
Observation : Près du pôle sud céleste
Position :
 Au sud, au sud de l’écliptique

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine : La constellation de l’Hydre mâle est une création moderne . Elle fut inventée par les navigateurs hollandais Pieter Dirkszoon Keyser et Frederick de Houtman à la fin du xvie siècle pour remplir un espace sans dénomination près du pôle sud céleste . Elle fut popularisée par Johann Bayer lors de la publication de son Uranometria en 1603 . Parfois appelée Serpent de mer, elle n’a rien à voir avec l’Hydre (femelle) de Lerne de la mythologie grecque . L’astronome Julius Schiller combina l’Hydre mâle et le Toucan pour former la constellation biblique de l’archange Raphaël . Comme les autres constellations religieuses de Schiller, elle ne tarda pas à tomber en désuétude.


Cf. les fiches-clées :

Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Constellation – (Rubrique), équatoriale – (Inventaire) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère sud – (Inventaire)
Écliptique
Équateur – (Inventaire), céleste, terrestre – (Rubrique)
Étoile – (Rubrique) – (Inventaire), brillante – (Rubrique) – (Inventaire), visible (à l’œil nu) – (Inventaire)
Hémisphère (terrestre) sud – (Rubrique)
Espace située sous le plan de la Voie lactée

L’Hydre mâle (constellation) (rubrique) – L’Hydre (femelle, constellation) – (Rubrique)

Le Toucan (constellation) – (Rubrique)
Pôle – (Inventaire), sud (terrestre) – (Rubrique), sud galactique (voie lactée) – (Rubrique), sud céleste
Uranometria (premier atlas céleste, cartographie du ciel austral – 1603 – johann bayer)
Notre galaxie, La Voie lactée – (Rubrique) – Espace située sous le plan de la Voie lactée

(Chercheurs) Johann Bayer (astronome – uranometria, 1603) – (Rubrique) – Frederick (frederik) de Houtman (navigateur et cartographe céleste néerlandais, xvie s.) – (Rubrique) – Pieter Dirkszoon Keyser (petrus theodori, navigateur et cartographe céleste néerlandais, xvie s.) – (Rubrique) – Julius Schiller (astronome allemand) – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Page Wikipedia

(Contenu) Liste d’étoiles de L’Hydre mâle – Wikipedia
(Animations) Visibilité nocturne de la constellation (GIF) – Wikimedia Commons

Sources :

Michelet B (wikimedia commons) – ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionRémi Kaupp / Korrigan (wikimedia commons) – Orthogaffe (wikimedia commons) – Pixelmator (outil, mac-os)Poulpy / Grum (wikimedia commons) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia

La Couronne australe (constellation)

Petite constellation de l’hémisphère sud.

Abréviation/Symbole : CrA
Appelé aussi : (constellation de la) Couronne australe – Corona Australis (latin nominatif) – Coronae Australis (latin génitif)
Anglais : Corona Australis
Chinois : 南冕座 (nán miǎn zuò)
Russe : Южная Корона (yuzhnaya korona)

Carte pour la constellation Courone astrale Produite à l'aide du logiciel PP3 - Grum / Korrigan - Wikimedia Commons

Hémisphère : Sud
Position :
 Au sud de l’équateur, au sud de l’écliptique

Domaines : Astrologie (observationnelle), astronomie, constellations, navigation
Origine : Répertoriée par Ptolémée, le nom de cette constellation fait pendant à celui de la Couronne boréale . Ses étoiles sont en effet disposées selon un arc-de-cercle qui rappelle une couronne . Il s’agirait de celle du Sagittaire, tout proche.


Cf. les fiches-clées :

Astrologie – (Rubrique) – Glossaire astrologique (rubrique)
Astronomie – (Rubrique) – Glossaire astronomique (rubrique)
Constellation – (Rubrique) – Les constellations – (Inventaire), de l’hémisphère sud – (Inventaire)
Écliptique
Équateur – (Inventaire), céleste, galactique, terrestre – (Rubrique)
Étoile – (Rubrique) – (Inventaire)
Hémisphère (terrestre) sud – (Rubrique)

La Couronne australe (constellation) – (Rubrique)

La Couronne boréale (constellation) – (Rubrique) – Le Sagittaire (constellation) – (Rubrique)
(Chercheurs) Claude Ptolémée – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Page Wikipedia
(Contenu) Liste d’étoiles de La Couronne Australe – Wikipedia

Sources :

ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionRémi Kaupp / Korrigan (wikimedia commons) – Poulpy / Grum (wikimedia commons) – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia