Les missions spatiales habitées

Les principales dates des missions spatiales habitées …

Appelé aussi : Les missions habitées
Opposé à : Missions robotiques
Anglais : Human space flight
Chinois : 载人航天 (voyages spatiaux habités) – 载人 (habité) 航天 (aérospatiale)
Russe : Человеческий космический полет (chelovecheskiy kosmicheskiy polet)

Международные сутки человеческого космического полета - dreamstime

1957, 3 novembre : Spoutnik 2, emporte le premier animal sur orbite : Laïka.
1960, 19 août : Spoutnik 5, premiers retours d’animaux, des chiens Strelka / Belka, après un vol orbitat.

1961
12 avril :
Youri Gagarine (URSS), premier homme de l espace (Vostok 7, l h 48 minutes).
5 mai : Alan Shépard, premier américain sur un vol sub-orbital avec Mercury.

1962, 20 février : John Glenn devient le premier américain en orbite terrestre avec Mercury.
1963, 16 juin : Valentina Terechkova est la première femme de l’espace (Vostok 6).

1965
18 mars :
Alexeï Léonov est le premier piéton de l espace (Voskhod 2, 12 mn).
15 décembre : Gémini 6 et 7 effectuent premier rendez-vous spatial.

1967
27 janvier :
Apollo l, un incendie tue les astronautes Grissom. White et Chaffee (USA).
23 avril : Komarov se tue lors du retour de sa capsule Soyouz l, première victime russe.

1968, 21 décembre : Apollo 8, premier vol humain autour de la Lune, Borman, Anders et Lovell.

1969
14 janvier :
premier amarrage de deux capsules habitées Soyouz 4 et 5.
21 juillet : Armstrong et Aldrin, premiers hommes à marcher sur la Lune (Apollo 11).

1970, 11 avril : Apollo 13. Lovell, Haïse et Swigert, les premiers naufrages autour de la Lune.
1971, 19 avril : Lancement de la première station orbitale habitée Saliout l.
1972, 19 décembre : Apollo 17. Cernan. Evans et Schmitt. Retour du dernier équipage de la Lune.
1973, 14 mai : lancement de la première station orbitale américaine : Skylab, occupation dès le 25 mai.
1975, 15 juillet : Apollo-Soyouz, premier vol spatial habité conjoint USA / URSS.
1981, 12 avril : Young et Crippen premier vol orbital d’une navette spatiale.
1982, 24 juin : J.-L. Chrétien premier astronaute français dans l’Espace (Saliout 7).

1984
7 février :
McCandless (USA), avec le fauteuil MMU devient le premier homme-satellite.
25 juillet : Svetlana Savitskaïa, première femme à marcher dans l’Espace.

1985, 17 juin : Patrick Baudry, premier français à voler sur une navette spatiale (Discovery).

1986
28 janvier :
explosion de la navette Challenger, sept astronautes sont tués.
20 février : lancement du module principal de la station spatiale russe Mir.

1988
15 novembre :
premier vol de la navette spatiale soviétique Bourane en mode automatique.
9 décembre : J.-L. Chrétien est le premier français en sortie spatiale hors de Mir.
21 décembre : retour de Titov et Manarov après 365 jours passés dans l’Espace.

1990, 1er février : Alexandre Sérébrov teste le premier scooter de l’Espace Ikarus.
1992, 25 mars : Krikalev revient sur Terre après dix mois passés à bord de Mir.

1995
22 mars :
V. Poliakov rentre après 438 Jours à bord de Mir, record absolu !
29 juin : Premier amarrage réussi entre Mir et la navette spatiale Atlantis.

1996, 17 août : mission Cassiopée, première française Claudie Haigneré (mir/ quatorze jours).

1997
23 février :
 Un incendie se déclare à bord de Mir.
25 juin : Une collision a lieu entre un vaisseau Progress et la station Mir.

1998
29 octobre :
John Glenn, 77 ans, plus vieil astronaute dans l’Espace (navette Discovery).
20 novembre : Début d’assemblage de la station ISS (module Zarya).

2001, 28 avril-6 mai : Soyouz/station ISS, premier touriste de l espace : Dennis Tito.

2003
1er février :
Explosion de la navette Columbîa. tuant sept astronautes, au retour.
15/16 octobre : Yang Liweï, premier Chinois dans l’Espace, vaisseau Shenzou 5.

2004, 14 janvier : Discours du président Georges Bush JR à la NASA, annonçant le retour de l’Homme sur la Lune à l’horizon 2020, puis 2030 pour Mars.

2008
Premier rendez-vous spatial réussi par l’Europe entre 1-ATV et la station spatiale ISS.
Arrivée du module Colombus. le laboratoire spatial habité européen à l’I.S.S.
31 mars : Simulation martienne à Moscou : 105 jours dans un caisson, puis 520 jours (en cours).


Octobre : Première sortie spatiale d’un chinois (quinze minutes – Shenzou 7).

2011
5 avril :
Lancement du Soyouz TMA-21 Spécial « 50 Ans du vol de Youri Gagarine   » vers ISS.
Juillet : Arrêt des navettes (avec atlantis) après 135 vols. Fin d’assemblage de la station ISS.

Domaines : Astronautes, missions spatiales habitées, vols


Cf. les fiches-clées :

Dates (inventaire)

Mission (spatiale) – (Rubrique), habitée – (Rubrique) / de longue durée – (Rubrique), robotique, scientifique

Les missions (spatiales) – (Inventaire), Apollo – (Inventaire), longues – (Inventaire), robotiques – (Inventaire), spatiales – (Inventaire) / habitées (inventaire)

Chercheurs/Spécialistes/Vulgarisateurs :

Astronaute – (Rubrique) – (Inventaire)

Sources :

Aventures dans l’espace (livre) – Bing – ECOSIA – Google images – Wikipédia

KIC 8462852

Une étoile aux variations erratiques de luminosité.

Abréviation/Symbole : WTF
Appelé aussi : L’Étoile de Tabby (tabetha boyajian), de Boyajian – L’Étoile WTF (where’s the flux ?) – La plus mystérieuse étoile de la galaxie (2016) – NGC 6866 – 6866
Anglais : Tabby’s star
Chinois : KIC 8462852
Russe : Звезда Табби (zvezda tabbi)

Dessin d’artiste - Nasa, JPL-Caltech, Vanderbilt University - Aidez les astronomes à étudier « l’étoile la plus mystérieuse de la Galaxie » - FUTURA SCIENCES
dessin d’artiste
KIC 8462852 dans l'infrarouge et l’ultraviolet - Star KIC 8462852 in infrared (2MASS survey) and ultraviolet (GALEX) - Infrared: IPAC/NASA Ultraviolet: STScI (NASA) - WIKIMEDIA COMMONS
dans l’ultraviolet et infrarouge

Constellation : Le Cygne
Distance : 1 480 années-lumière – 454 parsecs
Spécificités : Variations erratiques de luminosité (non périodiques et d’intensités variables, jusqu’à 22%)

Position de l'étoile dans la constellation du Cygne - Map of NGC 6866 - Roberto Mura - WIKIMEDIA COMMONS

Missions : Mission Kepler
Observatoires :
Télescope spatial Kepler

Domaines : Constellation le cygne, étoiles (KIC)


Cf. les fiches-clées :

Étoile – (Rubrique) – Les étoiles – (Inventaire)

KIC (abréviation)
Kepler (mission)(Rubrique)
Kepler (télescope spatial)(Rubrique)
Kepler Input Catalog (KIC, catalogue d’entrées de kepler) – (Inventaire)

Le Cygne (constellation) – (Rubrique)

Mission (spatiale) – (Rubrique/Inventaire), d’exploration – (Inventaire), Kepler – (Rubrique)
Télescope spatial – (Inventaire), Kepler – (Rubrique)

Chercheurs/Spécialistes :

Astronome – (Rubrique) – (Inventaire) – Tabetha Suzanne (S.) Boyajian (astronome et professeur d’université américaine)(Rubrique) – Johannes Kepler – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Page Wikipedia

(Articles) Aidez les astronomes à étudier « l’étoile la plus mystérieuse de la Galaxie » – FUTURA SCIENCES

Sources :

2MASS – ВикипедияCaltech – FUTURA SCIENCES – GALEX – Google FranceGoogle images – Google TraductionIPAC – JPL (nasa) – Le Robert-Dixel MobileNASA – QwantRoberto Mura (wikimedia commons) – Laurent Sacco (futura sciences) – Stellaruim – STScl (nasa) – Vanderbilt University – Wikimedia CommonsWikipedia维基百科 – WikipédiaWiktionnaire

Station spatiale

Installation spatiale en orbite ou déposée sur un astre, ne disposant pas de moyens de propulsion autonomes ou ne disposant que de moyens de propulsion réduits, et destinée à assurer une ou plusieurs missions déterminées avec une certaine permanence.

Abréviation/Symbole : ОС (russe)
Appelé aussi : Station orbitale
Opposé : Station terrestre
Anglais : Space station
Chinois : 空间站 (kōngjiānzhàn) 空间 (espace) 站 (station)
Russe : Орбитальная станция (orbital’naya stantsiya – station orbitale)

GRAVITY : “DON’T LET GO” - IMBUS DE SOUFFLE. - WordPress.com

Jusqu’à présent, seules des stations spatiales destinées à être en orbite terrestre basse ont été construites . Elles sont désignées comme stations orbitales . Les stations actuelles et les précédentes ont été conçues pour rester en orbite de quelques semaines à plusieurs années . Les seules stations encore en activité en 2015 étaient la Station spatiale internationale (ISS) et le module chinois . Les stations précédentes étaient celles des programmes soviétiques Almaz, Saliout et Mir, ainsi que la station spatiale américaine Skylab.

Domaines : Astronautique, stations spatiales (orbitales)


Cf. les fiches-clées :

Astre – (Rubrique/Inventaire) – Astronautique – (Rubrique)
Installation spatiale – (Inventaire)
Mission (spatiale) – (Rubrique/Inventaire), habitée – (Rubrique) – (Inventaire), orbitale – (Rubrique) – (Inventaire)
Orbite – (Rubrique) – (Inventaire)basse – (Rubrique) – (Inventaire)terrestre basse (LEO) – (Rubrique)
Programme (spatial) – (Inventaire), Almaz – (Rubrique), Mir – (Rubrique), Saliout – (Rubrique) – Les programmes soviétiques – (Inventaire)
Propulsion – (Rubrique), autonome
Navette (spatiale) – (Rubrique) – (Inventaire) – Sonde spatiale – (Inventaire)

Station spatiale – (Inventaire), orbitale – (Inventaire), orbitale chinoise – (Inventaire) – La station spatiale (orbitale) internationale (ISS)(Rubrique) – La station (spatiale orbitale) Mir – (Rubrique) – La station (spatiale orbitale) Skylab – (Rubrique) – Les stations orbitales, américaines, soviétiques

(Chercheurs) Werner von Braun – (Rubrique) (1951) – Everett Hale (journaliste – 1869) – Hermann Noordung (1929) – Hermann Oberth – Constantin Edouardovitch Tsiolkovski (scientifique russe) – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Page Wikipedia

Sources :

ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionIMBUS DE SOUFFLE. – Qwant – Wikipedia维基百科 – Wikipédia – WordPress(.com)

Vent solaire

Flux de particules chargées, essentiellement composé de protons et d’électrons, émis en permanence par le Soleil (haute atmosphère) avec une intensité variable et constituant le plasma interplanétaire.

Anglais : Solar wind
Chinois : 太阳风 (tàiyángfēng)
Russe : Солнечный ветер (solnechnyy veter)

Schéma des relations Soleil-Terre - Le Soleil en EUV (à gauche), le dessin d’une éjection de masse, les lignes de courant du vent solaire déviées autour de la magnétosphère de la Terre. Autour de la Terre, à droite, le dessin des lignes de champ magnétique (bleu-gris) et de la surface frontière entre la magnétosphère et le vent solaire, la magnétopause (mauve). Les tailles et distances ne sont pas à l’échelle. Adapté d’une figure ©ESA - Perturbations héliosphériques et météorologie de l’espace - LESIA

Ce flux varie en vitesse et en température au cours du temps en fonction de l’activité solaire . Pour les étoiles autres que le Soleil, on parle généralement de vent stellaire . Une tentative de recueil de poussières issues du vent solaire a été tentée par le lancement d’une sonde (mission Genesis) mais la récupération des échantillons s’est avérée délicate à la suite de l’écrasement sur Terre de la capsule les contenant.

Domaines : Physique des plasmas


Cf. les fiches-clées :

Capsule (spatiale)(Inventaire), Genesis (mission genesis)
Échantillon (retour)(Inventaire) – Échantillons Genesis
Éjection de masse – Électron – (Rubrique)
Genesis
Magnétosphère – (Rubrique) – (Inventaire)
Mission (spatiale) – (Rubrique/Inventaire), Genesis – (Rubrique), scientifique – (Inventaire)
Particule
 – (Inventaire), chargée – (Rubrique), énergétique – (Rubrique)
Physique des plasmas – (Rubrique)
Plasma – (Rubrique/Inventaire), interplanétaire
Poussière – (Inventaire), solaire – (Rubrique), stellaire
Proton – (Rubrique)
Rayon (faisceau) – (Inventaire), UV, X
Solaire (adjectif) – Activité solaire – (Rubrique) – Haute atmosphère solaire – (Rubrique)
Le Soleil, notre étoile – (Rubrique)
Sonde spatiale – (Inventaire), Genesis
Spirale de Parker
Le Système solaire, notre système stellaire – (Rubrique)

Vent solaire (rubrique), stellaire – (Rubrique/Inventaire)

Documentation (liens externes) :

Page Wikipedia

Sources :

ВикипедияCNRS – ESA – L’EXPLORATION SPATIALE – Google FranceGoogle images – Google TraductionL’Observatoire de Paris – LESIA – Qwant – Wikipedia维基百科 – Wikipédia

Orbiteur

Partie d’un engin spatial restant sur orbite autour d’un astre pour accomplir une mission ; autour de sa cible . Sonde spatiale orbitale . De orbiter, avec le suffixe -eur.

Appelé aussi : Sonde orbitale
Opposé : Lander (atterrisseur) et Impacteur
Anglais : Orbiter
Chinois : 轨道器 (guǐdào qì)
Russe : Орбитальный аппарат (orbital’nyy apparat)

Mars Reconnaissance Orbiter over Nilosyrtis Mensae - Wikimedia Commons

L’orbiteur présente des avantages par rapport à un lander (atterrisseur) . Il est beaucoup plus facile de placer une sonde spatiale en orbite que de la faire atterrir : la masse nécessaire est plusieurs fois inférieure, car les opérations permettant un atterrissage sur le sol d’une planète sont très délicates . Dans la phase actuelle de l’exploration spatiale, les données scientifiques disponibles sur les planètes sont peu importantes . L’orbiteur peut disposer aujourd’hui d’instruments très performants tels que caméras, radars, spectromètres, magnétomètres, etc. Il peut balayer en quelques jours l’ensemble de la surface d’une planète en obtenant beaucoup d’informations à la fois sur la surface, l’atmosphère (si elle existe) et le sous-sol.

Domaines : Astronautique, exploration (planétaire, spatiale), planétologie


Cf. les fiches-clées :

-eur (suffixe) 
Astre
 – (Rubrique/Inventaire)
Astronautique – (Rubrique) – Glossaire astronautique (rubrique)
Engin spatial – (Rubrique/Inventaire)
Exploration (rubrique), planétaire – (Rubrique)spatiale – (Rubrique)
Impacteur – (Inventaire) – Lander (atterrisseur) – (Inventaire) – Mission (spatiale) – (Rubrique/Inventaire)

Orbit- (préfixe) – Orbital (adjectif)Glossaire orbital (rubrique) – Orbite – (Rubrique) – (Inventaire) – Orbiter (verbe)
(orbiteur)
 Masse d’un orbiteur

Planétologie – (Rubrique) – Glossaire planétologique (rubrique)
Sonde spatiale – (Inventaire)

Documentation (liens externes) :

Page Wikipedia

Sources :

ВикипедияGoogle FranceGoogle images – Google TraductionQwantLe Robert-Dixel MobileWikimedia CommonsWikipedia维基百科 – WikipédiaWiktionnaire

Navette (spatiale)

Véhicule spatial conçu pour faire plusieurs allers et retours entre la Terre et l’espace ; assurer la desserte des stations spatiales en orbite basse, le lancement et la réparation de satellites . De nef (navire).

Appelé aussi : Navette – Vaisseau spatial récupérable
Anglais : Space shuttle, orbiter
Chinois : 航天飞机轨道器 (hángtiān fēijī guǐdào qì – navette spatiale orbitale) – 航天飞机 (navette spatiale) – 轨道器 (orbiter)
Russe : Шаттл (shattl)

航天飞机轨道器 - models - bitmap3d.com

Plusieurs navettes ont été construites et utilisées par l’agence spatiale américaine (NASA), alors qu’une seule navette russe, Bourane, a volé en mode automatique, et que le projet européen Hermès a été abandonné.

Domaines : Astronautique, missions (habitées, orbitales)


Cf. les fiches-clées :

Astronautique – (Rubrique) – Glossaire astronautique (rubrique)
Fusée – (Rubrique)
Mission (spatiale) – (Rubrique/Inventaire), habitée – (Rubrique) – (Inventaire), orbitale – (Rubrique)(Inventaire)

Navette (spatiale) (rubrique) – (Inventaire) – Les navettes américaines

Orbite – (Rubrique/Inventaire), basse – (Rubrique) – Orbiter – Orbiteur
Satellite artificiel – (Inventaire) – Lancement d’un satellite – (Rubrique) – Réparation d’un satellite – (Rubrique)
Station spatiale – (Inventaire) – Desserte d’une station spatiale – (Rubrique)
La Terre, notre planète bleue – (Rubrique) – Aller-retour entre la Terre et l’espace
Véhicule spatial – (Inventaire)

Documentation (liens externes) :

Page Wikipedia

Sources :

蔚图网 – ВикипедияL’EXPLORATION SPATIALE – Google FranceGoogle images – Google TraductionQwantLe Robert-Dixel Mobile – Wikipedia维基百科 – WikipédiaWiktionnaire

Mal de l’espace

Ensemble de symptômes pathologiques manifestés dans l’espace par l’homme et par certains êtres vivants.

Appelé aussi : Syndrome d’adaptation spatiale
Anglais : Space adaptation syndrome
Chinois : 航天适应综合症 ? (hángtiān shìyìng zònghé zhèng)
Russe : Синдром космической адаптации (sindrom kosmicheskoy adaptatsii – syndrome d’adaptation spatiale)

Un astronaute victime du

Ces phénomènes disparaissent habituellement en quelques jours, voire une semaine, mais certains spationautes ne s’adaptent jamais et les subissent durant toute la durée du vol (séjour spatial) . Aucun facteur physiologique ou psychologique commun n’a encore été mis en évidence pour expliquer cette inadaptation.

Symptômes (non exhaustif) : une désorientation, des nausées, des vomissements, une somnolence ou des embarras gastriques bénins.

Domaines : Astronautique, missions spatiales habitées, vol (orbital, parabolique)


Cf. les fiches-clées :

Adaptation humaine à l’espace – (Rubrique)
Apesanteur – (Rubrique) – Les effets de l’apesanteur
L’espace est un milieu hostile
Mission (spatiale) – (Rubrique/Inventaire), habitée – (Rubrique)(Inventaire)
Sortie extravéhiculaire – (Rubrique)
Travailler dans l’espace, en apesanteur, en orbite
Troubles du métabolisme, locomoteurs, orthostatiques, vestibulaires
Vivre dans l’espace, en apesanteur, en orbite
Vol orbital – (Rubrique) – (Inventaire), parabolique – (Rubrique)

(Ophys) Adaptation humaine – (Rubrique) – Facteur physiologique – Oreille interne – (Rubrique) – Pathologie – (Rubrique) – (Inventaire) – Physiologie – (Rubrique) – Symptôme – (Inventaire), pathologique – Trouble (physique/physiologique) – (Inventaire), du métabolisme, locomoteur, orthostatique, vestibulaire
(Osy) Facteur psychologique – Psychologie – (Rubrique)

Documentation (liens externes) :

Page Wikipedia
(Dossiers) Le mal de l’espace – Luxorion

Sources :

Astrosurf – ВикипедияL’EXPLORATION SPATIALE – Google FranceGoogle images – Google TraductionLuxorion – Mon Quotidien.fr – QwantWikimedia CommonsWikipedia维基百科 – Wikipédia